Un protocole de marquage pour les objets archéologiques. Une recherche technico-scientifique dans le domaine de la conservation-restauration

Ce billet présente une recherche technico-scientifique sur la mise au point, l’expérimentation en laboratoire, l’expérimentation in situ et la mise en œuvre d’un protocole de marquage pratique, longue durée et réversible des objets issus de fouilles archéologiques.

Le marquage du matériel issu des fouilles est un problème récurrent dans le domaine de l’archéologie et de la conservation-restauration. Nous avons de nombreuses fois rencontré ce problème en tant que conservatrice-restauratrice dans diverses structures archéologiques (fouilles programmées, préventives, musées). Les objets ayant perdu leur numérotation ou présentant de nombreuses altérations dues à un marquage inadéquat sont nombreux (traces de colle difficiles à extraire dues aux marquages au ruban adhésif type Tesa® ou marquages à même l’objet à l’encre de Chine, etc.). Nous avons donc décidé de choisir cette thématique pour la partie technico-scientifique de notre mémoire de fin d’études en 2011 et sommes actuellement en cours de rédaction d’un article scientifique détaillé à ce propos dans la cadre de notre 6e année Master Recherche et publication en conservation-restauration du patrimoine.

Établissement d’un programme de recherche sur la problématique du marquage au sein de la chaîne opératoire archéologique

Le Centre d’Études Alexandrines (CNRS, USR 3134) nous a proposé de développer notre recherche au sein de son laboratoire en Égypte durant l’année 2011. Cette expérience nous a permis de bénéficier de conditions matérielles et humaines particulièrement favorables. C’est grâce à l’observation et à l’immersion aux côtés des différents acteurs du laboratoire que nous avons pu développer notre réflexion sur les enjeux de notre recherche.

La méthodologie employée a utilisé le principe de l’entonnoir. Nous sommes partis d’une idée générale et l’avons exploitée en affinant ses paramètres jusqu’à l’obtention de résultats et d’applications précis. Cette méthode, couplée à l’expérimentation nous a permis d’une part de ne rien laisser au hasard et d’autre part d’offrir au lecteur une démarche compréhensible mettant en valeur le résultat obtenu. Aujourd’hui, c’est à la demande de la MAFKF que nous relançons un chantier d’observation du comportement des étiquettes de marquage développées durant notre étude. Ce billet présente les grandes lignes. Cette demande met également en lumière l’investissement de la MAFKF quant aux problématiques de conservation du matériel archéologique et révèle un réel souci de collaboration entre restaurateur et archéologue.

Après leur découverte, il s’avère nécessaire de numéroter individuellement les objets. Cette numérotation doit être conservée durant toutes les interventions et rester visible sur un éventuel montage provisoire le temps que les chercheurs puissent garder la trace de ces données primordiales pour leurs études. La conservation de ces numéros pendant l’étude/manipulation par l’archéologue est un réel problème. Chaque tesson est individualisé dans un sachet marqué des informations nécessaires ou marqué directement à l’aide de systèmes destructifs et inappropriés d’un point de vue conservatoire (marquage à même l’objet à l’encre de chine, marquages sur bandes de ruban adhésif dont la colle se durcit avec le temps et devient de moins en moins réversible etc.).

Une fois l’objet remonté, si possible, et les études céramologiques, stratigraphiques et archéologiques effectuées, l’objet isolé obtient alors un numéro unique et il est décidé s’il sera restauré. Si l’objet est confié aux soins du conservateur-restaurateur, il lui faudra alors soustraire la numérotation existante. Enlever quelque trois cents numéros marqués sur vernis à l’encre de Chine reste une gageure et présente une perte de temps évidente. Il est également nécessaire, pour certaines pièces de grand volume, d’établir un ordre de pré-montage avant collage. Il faut donc une numérotation qui s’enlève rapidement, sans intervention fastidieuse, sans laisser de traces, réversible et également durable à long terme.

Nous avons pu constater que le très usité marquage sur une couche de vernis au Paraloid B72® était peu fiable dans certaines conditions environnementales. En effet, en Égypte notamment, nous avons vu ce type de marquage se décoller sur des objets sous l’effet de la chaleur et de l’humidité. Ainsi, le fait de pouvoir retrouver une étiquette dans un sac, même éventuellement décollée, reste plus sûr.

 Fig. 1 : tableau récapitulatif des marquages habituels (tableau S. Alami-Viguié 2012)
Fig. 1 : tableau récapitulatif des marquages habituels (tableau S. Alami-Viguié 2012)

Mise en place d’un protocole, résultats de l’expérience et ouverture sur l’utilisation du procédé de marquage

Comment, sur la base de ces besoins, développer un type de marquage adéquat puisque rien à notre connaissance ne répondait à ces demandes dans le commerce ou d’un point de vue technique ? Afin de répondre à cette demande, nous nous sommes tournés vers d’autres domaines de restauration. Les techniques et produits utilisés y sont en majeure partie réversibles et leur composition est connue contrairement à certains produits du commerce. Nous nous sommes inspirés de la technique du « facing » où, lorsqu’une peinture présente soulèvements et écaillages, on procède alors à un renforcement à l’aide du collage d’un papier non-tissé ou fin. Cette protection peut être effectuée avec divers types d’adhésifs. Elle est également utilisée en restauration d’arts graphiques sous forme de renforts. C’est cette association support/encollage qui nous a intéressés et qui a constitué une des bases de notre recherche. Le principe du timbre poste présentait également un axe de réflexion très intéressant pour notre projet, à combiner avec le principe du « facing ». En effet, obtenir un support pré-encollé réactivable une fois sec nous a semblé être une idée à développer notamment par rapport à sa facilité d’utilisation par l’archéologue lors de campagnes de fouilles où le temps est précieux.

Notre recherche, basée sur la compréhension et l’observation du fonctionnement de la chaîne opératoire, a donc eu pour but de faire le lien entre archéologue et conservateur-restaurateur et de proposer un ou plusieurs systèmes de marquage faciles, rapides d’utilisation, réversibles et les plus inoffensifs pour les objets marqués. Tenant compte des enjeux de chaque spécialité, c’est en empruntant certains produits et techniques utilisés quotidiennement par les autres disciplines de restauration que nous avons réfléchi à la mise en place de ce protocole. Voici le cahier des charges complet que nous avons établi pour le marquage envisagé :

 Fig. 2 : tableau du cahier des charges complet (tableau S. Alami-Viguié 2012)
Fig. 2 : tableau du cahier des charges complet (tableau S. Alami-Viguié 2012)

Au terme de notre étude, nous avons pu mettre au point un système d’étiquetage facile d’utilisation où il suffit de préparer les feuillets par badigeonnage d’un adhésif et dont le pouvoir collant est réactivable instantanément avec un spray d’acétone et où l’écriture au marqueur est quasi immédiate (+/– 5 secondes après pression de la pulpe du doigt).

Plusieurs tessons de céramique et de lapidaires ont été marqués ainsi et conservés au dépôt de fouille de Shallalat à Alexandrie. À ce jour, trois ans après, les marquages sont toujours effectifs.

Fig. 3 : marquages testés sur deux tessons céramiques de différent type issus du chantier de fouille de Maréa Philoxcénité, toujours en place à ce jour (photo S. Alami-Viguié 2012)
Fig. 3 : marquages testés sur deux tessons céramiques de différent type issus du chantier de fouille de Maréa Philoxcénité, toujours en place à ce jour (photo S. Alami-Viguié 2012)

Plusieurs supports d’écriture ont été testés (papiers japonais de différents grammages, papiers synthétiques…) ainsi que plusieurs encollages susceptibles d’avoir les propriétés escomptées (résines acryliques et polyvinyliques solubles à l’eau et au solvant).

Nous avons testé de nombreux paramètres en respectant les notions de répétabilité des tests.

Les tests que notre système d’étiquetage a subi sont les suivants : résistance du véhicule d’écriture à l’acétone et à l’eau, réactivation des étiquettes à l’acétone, séchage et rapidité d’écriture, processus de dessalage, variations de températures et d’hygrométrie, résistance à l’usure et enfin, force d’adhésion.

Fig. 4 : échantillons testés durant un processus de dessalage des céramiques issues de fouilles marines (photo S. Alami-Viguié 2012)
Fig. 4 : échantillons testés durant un processus de dessalage des céramiques issues de fouilles marines (photo S. Alami-Viguié 2012)

Une batterie de tests in situ sur des échantillons de matériaux issus des fouilles de la MAFKF (céramiques de différents types, lapidaires, os, coquillages) a été lancée durant la campagne de 2014. Ces échantillons ont été marqués avec le procédé précédemment présenté. Ils ont été entreposés dans les mêmes malles  métalliques que les objets afin de vérifier l’efficience de ces marquages dans les mêmes conditions de conservation.

Fig. 5 : marquages testés sur des échantillons de différents matériaux - céramique, pierre, os, et coquillage - issus des fouilles de la forteresse héllenistique de Tell Sa‘īd (photo S. Alami-Viguié 2012)
Fig. 5 : marquages testés sur des échantillons de différents matériaux – céramique, pierre, os, et coquillage – issus des fouilles de la forteresse hellénistique de Tell Sa‘īd (photo S. Alami-Viguié 2012)

Si le test se révèle positif, nous envisagerons en collaboration avec la direction de la mission d’étendre ce système de marquage.

Bibliographie

Alami-Viguié S., Étude et conservation-restauration de cinq serviteurs funéraires égyptiens en faïence siliceuse auto-émaillée de la Basse-Époque et du début de l’Époque ptolémaïque. Étude et développement d’un système de marquage des céramiques archéologiques poreuses pour étude, conservation et manipulation par l’archéologue, mémoire de fin d’études, Écoles de Condé, Paris, 2012.

Auffray M., Adhésion et adhérence des matériaux, cours 3A INP-ENSIACET, option MAFO, 2009.

Berducou M.-C. (dir.), La conservation en archéologie : méthodes et pratique de la conservation-restauration des vestiges archéologiques, Paris, 1990.

Deryagin B.V. & Smilga V.P. in Adhesion: fundamentals and practice: a report of an international conference held at the University of Nottingham, England, 20-22 september 1966 by the ministry of technology, United Kingdom, Amsterdam, 1970, pp. 152-163.

Meynis de Paulin J.J. (dir.), Les colles et adhésifs et leurs emplois industriels, Paris, 1977.

Pour citer ce billet

Sara Alami-Viguié, « Un protocole de marquage pour les objets archéologiques. Une recherche technico-scientifique dans le domaine de la conservation-restauration », Le carnet de la MAFKF. Recherches archéologiques franco-koweïtiennes de l’île de Faïlaka (Koweït), 11 mars 2015. [En ligne] http://mafkf.hypotheses.org/1024


Sara Alami-Viguié

Sara Alami-Viguié est conservatrice-restauratrice du Patrimoine spécialisée en Archéologie. Elle a obtenu son diplôme homologué par l’état en 2012 après cinq années d’études à Paris. Professionnelle depuis cette date, elle s’attache à faire valoir l’adaptabilité du conservateur-restaurateur et son insertion dans la chaîne opératoire des chantiers archéologiques tout en respectant les ordonnances des textes déontologiques régissant le métier de la conservation-restauration. Elle a ouvert l’Atelier Epona en 2013 et intervient pour la MAFKF depuis trois années mais aussi pour le Musée d’Archéologie Nationale de Saint-Germain-en-Laye, notamment sur les collections de verres gallo-romains. Elle travaille également pour des particuliers présentant une diversité de savoir-faire adaptés aux différentes techniques et matériaux : céramiques (terres cuites, verres, porcelaines, émaux), plâtres, stucs, matériaux d’art moderne et sculptures composites. Sara Alami-Viguié est actuellement en cours de 6e année de Master Recherche et Publication en parallèle de son activité professionnelle.

More Posts - Facebook

Une réflexion au sujet de « Un protocole de marquage pour les objets archéologiques. Une recherche technico-scientifique dans le domaine de la conservation-restauration »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *