Comblement et mise en teinte en conservation-restauration appliqués aux objets issus des fouilles archéologiques de la MAFKF : réflexion et application

Toute intervention de comblement d’un objet archéologique nécessite un questionnement préalable, faisant échos aux réflexions générales sur la lacune menées par les spécialistes. Le conservateur peut recourir à différents matériaux et techniques afin de s’adapter à l’objet à combler.

Notre billet présentera les options choisies, après réflexion au cas par cas, pour la restauration des objets découverts sur les sites de Tell Sa’īd et d’al-Quṣūr, sur l’île de Faïlaka (Koweït), dans le cadre de la Mission archéologique franco-koweïtienne de Faïlaka.

Réflexion sur la lacune

Qu’est-ce qu’une lacune sur un objet archéologique et/ou d’art ? Physiquement, il s’agit d’une carence, d’une rupture de la matière, d’une amputation d’une « partie » de l’objet. Elle peut également être conçue comme une absence. La lacune a un sens car elle témoigne de l’histoire de l’objet. Un contexte d’enfouissement, un rituel, un événement du passé s’expriment à travers cette carence.

La lacune a également un impact visuel. Ainsi, d’après Cesare Brandi, « une lacune, en ce qui concerne l’œuvre d’art, est une interruption dans le tissu figuratif » (Brandi 1963, p. 42). En effet, elle s’insère dans le « fond » que constitue le « reste » de l’objet. Créant une rupture visuelle, la lacune passe au premier plan et constitue une sorte de corps étranger visuel qui capte le regard.

Notre réflexion s’appuie sur ces deux constats. D’une part, en tant que donnée scientifique, la lacune doit être préservée et, en tant que donnée historique, elle doit être portée à la connaissance du public. Elle ne peut souffrir la dissimulation. D’autre part, elle interrompt néanmoins la lisibilité de l’œuvre, la plaçant visuellement en arrière-plan et il est donc préférable de la combler dans certains cas afin qu’elle n’attire pas le regard et ne nuise pas à l’appréciation visuelle de l’objet.

Comment, dès lors, intervenir en répondant à ces deux problématiques ? Afin de se conformer aux deux aspects de la lacune, l’orientation généralement suivie, dans le cadre de l’atelier de conservation de la MAFKF, est celle d’une restauration rétablissant une certaine homogénéité visuelle tout en permettant de lire encore le passage du temps.

Certains objets découverts à Tell Sa’īd et al-Quṣūr, considérés comme prestigieux en raison de leur rareté, de leur très bon état de conservation ou de leur intérêt scientifique, sont destinés à être exposés au public. C’est en étroite discussion avec les responsables des collections (Talal Al Saei et Hamed Al Mutairi) et de la mission (Mathilde Gelin puis Julie Bonnéric) qu’a été effectué, sur les objets issus des fouilles de la MAFKF, un type de restauration archéologique comprenant un comblement des lacunes et une mise en teinte discrète et décelable afin de repasser la lacune au second plan sur les objets destinés à l’exposition. Le comblement rend ainsi à l’objet son unité potentielle et stabilise sa structure tandis que cette mise en teinte permet à l’œil d’apprécier l’objet dans sa forme générale dans un premier temps, puis d’en comprendre l’état lacunaire dans un second temps.

Choix et adaptation des produits de comblement

De nombreux produits de comblement sont à la disposition des restaurateurs. Le choix est néanmoins fonction des objets et des objectifs.

Le plâtre est le matériau le plus utilisé en restauration de céramique archéologique (fig. 1), car il réunit de nombreuses propriétés appréciables : mise en œuvre aisée, multiples possibilités offertes (modelage et coulage), grande compatibilité avec le matériau céramique (dureté et porosité proche) et innocuité/réversibilité. Il peut être synthétique ou naturel. Le choix dépend de la dureté du matériau à restaurer et du travail envisagé. Nous avons utilisé en majeure partie du plâtre naturel pour nos interventions. Nous avons porté notre attention sur un dosage rigoureux des valeurs d’eau et de plâtre afin d’obtenir un gâchage toujours homogène. Cette attention des dosages à l’aide d’une petite balance permet d’obtenir un plâtre dont la corporalité s’exprimera au meilleur de ses capacités.

Fig. 1 : comblement avec retrait réalisé en plâtre teinté dans la masse avec effet de matière en surface (H. David-Cuny 2014)
Fig. 1 : comblement avec retrait réalisé en plâtre teinté dans la masse avec effet de matière en surface (H. David-Cuny 2014)

Les résines acryliques sont intéressantes par les multiples adaptations offertes et du fait de leur réversibilité. En effet, elles peuvent être chargées, teintées offrant ainsi une palette de textures, de brillances et de teintes très nombreuses.

Il existe également sur le marché des résines acryliques en dispersions vendues comme « mortiers de structure » pour peintres et sculpteurs. Ces mortiers sont déclinés sous différentes duretés et certains sont préalablement chargés, c’est-à-dire que de la matière ou des pigments visant à teinter ou modifier la structure et la granulométrie de la résine sont ajoutés. Nous avons eu l’occasion de tester ces résines dans le cadre de restaurations d’objets archéologiques conservés dans des pays au climat tempéré avec succès. Cependant, après avoir fait quelques échantillons tests lors de la campagne 2014 de la MAFKF, ces résines ont été définitivement écartées pour les objets de la mission car elles n’ont pas durci convenablement et leur ponçage s’est en outre révélé malaisé en raison du climat chaud et humide de l’île de Faïlaka.

Les mastics polyesters, très utilisés en restauration de faïences et porcelaine, se révèlent trop durs pour la céramique archéologique et leur réversibilité n’est pas satisfaisante. Les résines époxy, chargées ou non, sont écartées pour les mêmes raisons. Elles peuvent éventuellement être employées pour de très grosses pièces, lourdes et dont le tesson n’est pas friable et bien cuit, mais également pour le traitement de certains verres archéologiques.

Signaler le comblement : le retrait

Le comblement nécessite donc d’être délicatement signalé, par exemple par retrait (fig. 1). Un retrait marque un recul de la surface du comblement par rapport à celle de l’objet. Ce recul sera fonction de l’épaisseur du tesson d’origine. Cette solution a été choisie pour la plupart des objets destinés à être exposés au Musée national du Koweït. Cependant, elle ne peut être utilisée sur certains objets auxquels la technique de fabrication confère une finesse extrême, dont témoigne leur nom d’« eggshell » ou « coquilles d’œuf ». Pour ces objets épais de 1 à 2 mm, il est impossible de procéder à un retrait et nous avons alors privilégié le signalement de la restauration par une subtile mise en teinte (fig. 2 et 3), toujours limitée à la lacune, alliant différence de tons et, parfois, de textures.

Fig. 2 : comblements sans retrait limités à la lacune sur des bols de type eggshell (H. David-Cuny 2014)
Fig. 2 : comblements sans retrait limités à la lacune sur des bols de type eggshell (H. David-Cuny 2014)

Loin d’être une science exacte à standardiser, le comblement de type archéologique requiert, comme l’illustre tout à fait le cas des eggshell, une adaptabilité et une subtilité certaine ainsi qu’une réflexion adaptée à chaque objet, sa structure, son esthétique et sa destination. Un standard serait un non-sens préjudiciable.

Fig. 3 : comblements sans retrait limités à la lacune sur des bols de type eggshell (H. David-Cuny 2014)
Fig. 3 : comblements sans retrait limités à la lacune sur des bols de type eggshell (H. David-Cuny 2014)

Choix et adaptation des produits de mise en teinte

Les pigments purs sont les premiers éléments de la mise en teinte (fig. 1 et 4). Ils servent à obtenir la couleur de base en étant mêlés au produit de comblement. La qualité des pigments utilisés est essentielle, qu’ils soient synthétiques ou naturels, car elle garantit un rendu et une intensité de couleur certaine, ainsi qu’une bonne tenue dans le temps. Des modulations optiques seront ensuite apportées à l’aide d’aquarelle et de peintures acryliques choisies pour leur réversibilité et leurs qualités de tenue dans le temps. En effet contrairement à des peintures de mauvaise qualité, les marques choisies ne jaunissent pas.

Fig. 4 : comblement réalisé en plâtre teinté dans la masse avec effet de matière en surface et mouchetis (H. David-Cuny 2014)
Fig. 4 : comblement réalisé en plâtre teinté dans la masse avec retrait, effet de matière en surface et mouchetis (H. David-Cuny 2014)

Conclusion

Les comblements effectués dans le cadre de la MAFKF s’inscrivent donc dans une réflexion menée en amont de chaque intervention tout en étant fidèles aux exigences déontologiques de la profession. Les objets présentent des comblements préalablement teintés dans la masse à partir de la couleur de base, les retouches ne sont nullement dépassantes et les limites sont toujours visibles et signalées avec ou sans retrait selon l’épaisseur des tessons. Le choix des matériaux s’est fait en fonction du climat dans lequel ils sont conservés et seront exposés. Nous nous attachons à ce que la restauration de ces objets destinés à une exposition en musée allie la déontologie du métier (visibilité et réversibilité) avec un souci d’esthétisme et de valorisation.

Bibliographie

Alami-Viguié S., Étude et conservation-restauration de cinq serviteurs funéraires égyptiens en faïence siliceuse auto-émaillée de la Basse-Époque et du début de l’Époque ptolémaïque. Étude et développement d’un système de marquage des céramiques archéologiques poreuses pour étude, conservation et manipulation par l’archéologue, mémoire de fin d’études, Écoles de Condé, Paris, 2012.

Berducou M.-C. (dir.), La conservation en archéologie : méthodes et pratique de la conservation-restauration des vestiges archéologiques, Paris, 1990.

Berducou M.-C., « La restauration : quels choix ? ‘Dérestauration’, restauration-restitution », Technè, 13-14, 2001, p. 214.

Brandi C., Théorie de la restauration, Paris, 2001.

Guillemard D. (dir.), « Pourquoi restaurer les céramiques ? », Cahier technique, 11, 1998.

Pour citer ce billet

Sara Alami-Viguié, « Comblement et mise en teinte en conservation-restauration appliqués aux objets issus des fouilles archéologiques de la MAFKF : réflexion et application », Le carnet de la MAFKF. Recherches archéologiques franco-koweïtiennes de l’île de Faïlaka (Koweït), 15 juillet 2015. [En ligne] http://mafkf.hypotheses.org/1170


Sara Alami-Viguié

Sara Alami-Viguié est conservatrice-restauratrice du Patrimoine spécialisée en Archéologie. Elle a obtenu son diplôme homologué par l’état en 2012 après cinq années d’études à Paris. Professionnelle depuis cette date, elle s’attache à faire valoir l’adaptabilité du conservateur-restaurateur et son insertion dans la chaîne opératoire des chantiers archéologiques tout en respectant les ordonnances des textes déontologiques régissant le métier de la conservation-restauration. Elle a ouvert l’Atelier Epona en 2013 et intervient pour la MAFKF depuis trois années mais aussi pour le Musée d’Archéologie Nationale de Saint-Germain-en-Laye, notamment sur les collections de verres gallo-romains. Elle travaille également pour des particuliers présentant une diversité de savoir-faire adaptés aux différentes techniques et matériaux : céramiques (terres cuites, verres, porcelaines, émaux), plâtres, stucs, matériaux d’art moderne et sculptures composites. Sara Alami-Viguié est actuellement en cours de 6e année de Master Recherche et Publication en parallèle de son activité professionnelle.

More Posts - Facebook

Une réflexion sur « Comblement et mise en teinte en conservation-restauration appliqués aux objets issus des fouilles archéologiques de la MAFKF : réflexion et application »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *