Les archives de Mossoul révélées à Paris le temps d’un été. Compte rendu d’expositions

« Un manuscrit caché est un manuscrit mort. Si on l’expose, il reprend vie et devient immortel » (Père Najeeb Michaeel). Avec le sauvetage de la bibliothèque du couvent dominicain de Mossoul et la célébration du huitième centenaire de l’ordre des Prêcheurs, l’année 2015 présente une double opportunité pour les manuscrits irakiens de reprendre vie et devenir immortels.

Fig. 1 : affiche de l’exposition « Mésopotamie, carrefour des cultures. Grandes Heures des manuscrits irakiens (XIIIe-XIXe siècle) » aux Archives nationales
Fig. 1 : affiche de l’exposition « Mésopotamie, carrefour des cultures. Grandes Heures des manuscrits irakiens (XIIIe-XIXe siècle) » aux Archives nationales

Deux expositions ont été organisées à Paris : la première, « Mésopotamie, carrefour des cultures. Grandes Heures des manuscrits irakiens (XIIIe-XIXe siècle) » se tient à l’hôtel de Soubise des Archives nationales du 20 mai au 24 août 2015 ; la seconde « Mossoul, métropole chrétienne dans la plaine de Ninive » a eu lieu du 29 mai au 21 juin 2015 à la mairie du Ve arrondissement de Paris. Elles présentent chacune à leur manière un pan de l’histoire des chrétiens d’Orient. Le huitième centenaire de l’ordre dominicain est un événement inscrit au calendrier 2015 des commémorations nationales.

Fig. 2 : affiche de l’exposition « Mossoul, métropole chrétienne dans la plaine de Ninive » à la mairie du Ve arrondissement de Paris
Fig. 2 : affiche de l’exposition « Mossoul, métropole chrétienne dans la plaine de Ninive » à la mairie du Ve arrondissement de Paris

Archiver l’histoire de la plaine de Ninive

L’exposition « Mésopotamie, carrefour des cultures. Grandes Heures des manuscrits irakiens (XIIIe-XIXe siècle) » aux Archives nationales est un itinéraire à travers l’histoire de la Mésopotamie, l’histoire des Dominicains et l’intérêt qu’ils ont porté aux manuscrits qui circulaient à partir du Moyen-Âge. La première salle, intitulée « Voyageurs et archéologues », propose de découvrir la civilisation mésopotamienne grâce aux récits de voyageurs érudits comme Jean-Baptiste Tavernier (et ses Six Voyages en Turquie, en Perse et aux Indes en 1644), et des missions exceptionnelles comme celle des consuls et archéologues français Paul-Émile Botta et Victor Place à Khorsabad. Ces derniers ont fait entrer au musée du Louvre la culture assyrienne à partir de 1847 et ont ainsi offert à l’Europe un premier aperçu de la Mésopotamie. Cette thématique est illustrée par des tablettes de la collection de l’École pratique des hautes études, constituée entre 1910 et 1914 par le père Vincent Scheil (1858-1940), un pionnier de l’assyriologie.

Ces évocations épigraphiques d’une civilisation que l’on peut qualifier « du texte » annoncent le thème de la seconde salle d’exposition qui présente des fac-similés de sept manuscrits orientaux d’exception, issus de la collection de la bibliothèque dominicaine de Mossoul, considérée comme « l’une des plus belles bibliothèques ecclésiastiques du pays » (Mérigoux 2000, p. 132). Une immense variété de manuscrits liturgiques, théologiques, scientifiques, historiques et littéraires, tant en syriaque qu’en soureth et en arabe, parfois richement enluminés, y était conservée. En outre, sur le modèle de saint Antonin, archevêque dominicain de Florence qui inaugura en 1443 la première bibliothèque publique d’Europe au couvent Saint Marc à Florence, les pères dominicains mirent le fonds de Mossoul à disposition du public.

Des manuscrits jusque là inconnus, sauvés et rendus accessibles au public grâce à des fac-similés

C’est une véritable mission de sauvetage que réalisa le père Najeeb Michaeel en quittant Karakoch in extremis pour le Kurdistan irakien en août 2014. En 2007, suite à une vague d’assassinats, le père Najeeb décide de quitter le couvent historique de Mossoul et se réfugie à Karakoch. Ce premier exode apparaît aujourd’hui comme une prémonition puisque le 8 juin 2014, Daech entre à Mossoul pour en prendre le contrôle, soumettre la population et en détruire le patrimoine, notamment chrétien. Par conséquent, le 25 juillet 2014 le père Najeeb décide d’envoyer les archives de Mossoul vers le nord. Le 6 août, jour de la transfiguration, il quitte définitivement la plaine de Ninive dans ce qu’il appelle « la nuit noire » (en ligne), en emportant avec lui plus de 800 manuscrits.

Fig. 3 : le père Najeeb Michaeel transférant les manuscrits irakiens du couvent de Mossoul vers le Kurdistan, (archives photographiques du couvent des Dominicains de Mossoul 2014)
Fig. 3 : le père Najeeb Michaeel transférant les manuscrits irakiens du couvent de Mossoul vers le Kurdistan, (archives photographiques du couvent des Dominicains de Mossoul 2014)

Parmi les sept fac-similés exposés aux Archives nationales, mentionnons celui du Commentaire du Poème (ʾurğūzah) de la Médecine d’Avicenne par Averroès, réalisé à partir d’un manuscrit de 131 folios. Cet ouvrage est cité par Ernest Renan dans son essai historique Averroès et l’Averroïsme (1852) comme l’un des vingt ouvrages les plus importants du philosophe Ibn Rushd, plus connu en Europe sous le nom d’Averroès, qui vécut en al-Andalus et au Maghreb de 1126 à 1198 (Charles-Gaffiot & Desreumaux 2015, p. 337, notice n° 150).

Fig. 4 : Averroès, commentaire du Poème de la médecine d’Avicenne (Al‑Arjūza al‑mānzūmh Il‑shīkh Abū Alī Ibn Sīna), folio 106 r° du fac-similé, 22,5 x 16,5 cm, cote DFM 00397 (Centre numérique des Manuscrits orientaux)
Fig. 4 : Averroès, commentaire du Poème de la médecine d’Avicenne (Al‑Arjūza al‑mānzūmh Il‑shīkh Abū Alī Ibn Sīna), folio 106 r° du fac-similé, 22,5 x 16,5 cm, cote DFM 00397 (Centre numérique des Manuscrits orientaux)

Mossoul et les chrétiens d’Orient. Missions des Dominicains en Irak : prêche, éducation, assistance

Ville du prophète Jonas, Mossoul, al‑Mawsil, en conservait le tombeau avant que fin juillet 2014 Daech ne détruise la mosquée qui l’abritait. Métropole située sur les ruines de Ninive, « Mossoul aurait déjà existé et aurait été convertie au christianisme dès les temps apostoliques » (Fiey 1959, p. 11). Comme Bagdad, Beyrouth, Damas et Le Caire, Mossoul est un centre ecclésiastique de première importance et une des grandes villes du christianisme en Orient. Constituée des archives des couvents dominicains, la troisième partie de l’exposition évoque l’histoire orientale de l’ordre dominicain. Cet ordre, fondé en 1215 par saint Dominique à Toulouse et qualifié d’ordre prêcheur par Honorius III, a été continuellement présent en Orient et surtout en Irak, si bien que Jean-Marie Mérigoux parle d’« irakisation de la communauté dominicaine » (Mérigoux 2000, p. 123). Depuis la fin du XIIIe siècle, frères italiens et frères français se sont succédés dans la plaine de Ninive jusqu’à la prise en charge en 1856 de la mission de Mossoul par le père français Jean-Baptiste Besson, dit frère Hyacinthe (1816-1861). Son arrivée marque une ère de renouveau : la première imprimerie mossouliote est mise en place (1860), le couvent est reconstruit (1862-1866), le clocher de son église est offert par l’impératrice Eugénie, épouse de Napoléon III (1880).

Fig. 5 : photographie du toit de l’église Notre-Dame de l’Heure de Mossoul (vers 1880). Album 12, p. 22, B. 4, cliché ADM 01405, contact collé sur carton (archives photographiques du couvent des dominicains de Mossoul)
Fig. 5 : photographie du toit de l’église Notre-Dame de l’Heure de Mossoul (vers 1880). Album 12, p. 22, B. 4, cliché ADM 01405, contact collé sur carton (archives photographiques du couvent des dominicains de Mossoul)

Entre la fin du XIXe siècle et 1915, date à laquelle l’Empire ottoman les expulse de la région, les Dominicains mènent de très nombreuses actions sociales, éducatives et scientifiques en fondant écoles, hospices et dispensaires et en alimentant le fonds de leur bibliothèque. Toutes ces actions sont parfaitement illustrées par les documents d’archives rassemblés dans la troisième salle de l’exposition à l’hôtel de Soubise et par l’exposition de photographies montée en parallèle à la mairie du Ve arrondissement de Paris. Cette dernière évoque le quotidien des Dominicains grâce à 150 clichés inédits issus du fonds photographique du couvent de Mossoul. Constituée de 76 albums qui rassemblent environ 8800 prises de vue le plus souvent anonymes, cette collection est un réel témoignage car elle décrit l’environnement et la condition des populations avec lesquelles les pères partagent leur existence ainsi que la convivialité et la tolérance entre les différents groupes religieux. On retient, entre autres, l’hypnotique portrait de 1884 du Loup Blanc (le père Jacques Rhétoré) en seigneur ottoman, qui est repris sur l’affiche de l’exposition. Avec le concours de la collection d’un particulier, Emmanuel Siman Pataq, la seconde partie de la visite projette le public dans un panorama social de la région qui s’occidentalise et se modernise à partir des années 1950. À la manière d’un anthropologue, ce dominicain irakien installé en France depuis 1963 évoque les mutations de la société irakienne et la disparition progressive des traditions populaires. Plus modeste que celle des Archives nationales, l’exposition photographique de la mairie du Ve arrondissement de Paris la complète pour autant parfaitement bien.

Mission d’hier, d’aujourd’hui et de demain. L’avenir, l’espoir

Sauvegarder le patrimoine irakien a pris un sens nouveau depuis l’offensive des djihadistes. La Bibliothèque nationale de Bagdad (fondée en 1920), ayant déjà subit de graves pertes avec l’invasion américaine en 2003, s’affaire aujourd’hui activement à un titanesque projet de restauration et de numérisation de son inestimable collection. De même, le père Najeeb Michaeel veut insuffler de l’espoir pour sensibiliser le plus grand nombre et encourager sa communauté à ne pas baisser les bras. Au Centre numérique des Manuscrits orientaux, il dirige depuis 1990 une vaste campagne de numérisation de manuscrits chrétiens, musulmans, yézidis, turkmènes… Il estime que « c’est un service pour le monde entier » et avoue que « préserver et numériser ces peaux mortes pour qu’elles soient vivantes et aider les peaux vivantes que sont les êtres humains ; cela ne fait qu’un » (en ligne).

C’est sans doute un désir similaire qui, sous le règne de Louis XIV, avait stimulé des figures comme le père Johann Michael Vansleb et le bibliothécaire Louis Picques à enrichir de nombreux manuscrits orientaux la Bibliothèque royale et la bibliothèque du Couvent des Jacobins. Ces collections sont désormais conservées à la Bibliothèque nationale de France qui n’a cessé d’alimenter son fonds. La dernière partie de l’exposition « Mésopotamie, carrefour des cultures. Grandes Heures des manuscrits irakiens (XIIIe-XIXe siècle) » la clôt en invitant le visiteur à naviguer entre une vingtaine de manuscrits orientaux de la BnF : un magnifique manuscrit syriaque de l’Ancien Testament datant du XIVe siècle, des Corans du XIIIe siècle, une Histoire et description de La Mecque de 1609, etc.

Le catalogue de l’exposition « Mésopotamie, carrefour des cultures. Grandes Heures des manuscrits irakiens (XIIIe-XIXe siècle) » est disponible au prix de 39 €. Celui de l’exposition « Mossoul, métropole chrétienne dans la plaine de Ninive » est au prix de 38 €. Il aurait été appréciable de trouver dans un même ouvrage la documentation de ces deux expositions qui se complètent, ou bien de se voir proposer une offre moins onéreuse. Le coût est cependant justifié au vu du contenu, particulièrement riche, et qui donne à voir une documentation iconographique et textuelle plus vaste et approfondie que celle des expositions. Y figurent, entre autres, des articles d’éminents spécialistes de l’Orient (ancien, chrétien et islamique) comme Béatrice André-Salvini, Françoise Briquel-Chatonnet ou Émile Puech. Les deux expositions partiront en itinérance au Centre Saint-Louis de l’Institut français de Rome dès octobre 2015.

Si aujourd’hui « il y a du sang qui coule des ailes des taureaux ailés [de Nimrud] » (en ligne) l’encre des manuscrits sauvés par le père Najeeb Michaeel ne pourra en tout cas pas se transformer en sang.

Bibliographie

Mossoul, métropole chrétienne dans la plaine de Ninive (1880-1980), Paris, 2015.

Charles-Gaffiot J., Desreumaux A., Grandes Heures des Manuscrits irakiens. Une collection dominicaine inconnue de manuscrits orientaux (XIIe-XXe siècles), Suresnes, 2015.

Fiey J.-M., Mossoul chrétienne, essai sur l’histoire, l’archéologie et l’état actuel des monuments chrétiens de la ville de Mossoul, Beyrouth, 1959.

Mérigoux J.-M., Va à Ninive ! Un dialogue avec l’Irak. Pages d’histoire dominicaine, Paris, 2000.

Conférence « Patrimoine des chrétiens d’Orient », 15 avril 2015 à l’Institut du monde arabe (Jeudis de l’IMA) [en ligne] https://youtu.be/ht8xbQflD8g

Pour citer ce billet

Louise Contant, « Les archives de Mossoul révélées à Paris le temps d’un été. Compte rendu d’expositions », Le carnet de la MAFKF. Recherches archéologiques franco-koweïtiennes de l’île de Faïlaka (Koweït), 12 août 2015. [En ligne] http://mafkf.hypotheses.org/1184


Louise Contant

Née en 1990, Louise Contant est étudiante en histoire de l’art et archéologie. Après une bi-licence en histoire de l’art et anglais LLCE, elle a entrepris un master de recherche à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne sous la direction de François Villeneuve. En master 1, son mémoire présentait un aperçu général de la coroplastie levantine des époques perse et romaine. En master 2, elle a pu bénéficier d’une bourse accordée par l’équipe APOHR de l’UMR 7041 ArScAn et d’une résidence de courte durée à l’Ifpo de Beyrouth afin d’y étudier un corpus de figurines en terre cuite mis au jour en 2014 à Beyrouth (dir. J. Nassar et J. Chanteau). Elle a principalement travaillé en musées : au service des collections du musée national des arts asiatiques–Guimet, mais aussi au musée du Louvre au DAGER, au DAO et au département de la production culturelle ; et sur le terrain avec des fouilles sur le site d’Alésia en Bourgogne.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *