Yallah Faïlaka ! Mission archéologique franco-koweïtienne – 2015

La cinquième campagne de terrain de la Mission archéologique franco-koweïtienne de Faïlaka (resp. J. Bonnéric et S. Duwish) se tiendra du 8 octobre au 2 décembre 2015. Elle réunira divers spécialistes (professionnels et doctorants, archéologues, céramologues, historiens de l’art, architecte, dessinateurs), sous la tutelle du National Council for Culture, Arts, and Letters et de l’Institut français du Proche-Orient. Elle reçoit un soutien précieux de la Fondation Total et de Total Kuwait.

Depuis 2011, l’étude de la forteresse hellénistique de Tell Saʿid est placée sous la responsabilité de Mathilde Gelin et celle du site d’al-Quṣūr sous la responsabilité de Julie Bonnéric. Les objectifs scientifiques s’organisent en fonction des deux sites sur lesquels la mission mène ses recherches, répondant ainsi à des problématiques spécifiques. La campagne 2015 est particulièrement importante car elle précède le travail d’étude et de rédaction pour la publication finale, qui débutera en 2016. La MAFKF se propose donc de poursuivre cette année son travail de fouille, de traitement des données et du matériel et de conservation, en vue de cette publication. Le traitement du matériel sera en outre renforcé par l’étude des stucs d’al-Quṣūr et de celle des figurines en terre cuite de Tell Saʿid.

Al-Quṣūr

L’objectif de la MAFKF est de clarifier la nature, la datation et l’organisation du site. Tout d’abord, la nature monastique de l’établissement n’a pas pu être prouvée antérieurement. La similarité de l’église ouest, découverte par la mission française précédente, avec d’autres églises du Golfe interprétées comme monastiques, n’est pas un élément suffisant. Par ailleurs, la datation d’al-Quṣūr, établie par les missions antérieures (italienne, française et slovaque) puis ajustée en 2011 par la MAFKF (occupation continue du centre, du VIIe au IXe s.) grâce à une étude céramologique, doit être encore affinée pour dater plus précisément les différentes phases d’occupation révélées durant les dernières campagnes. Enfin, les secteurs fouillés par les missions précédentes n’offraient pas une vue d’ensemble de l’établissement, permettant d’en comprendre son fonctionnement. Les cartes antérieures étaient par ailleurs trop imprécises.

Afin de répondre à ses objectifs, la MAFKF s’attache donc à I) fouiller des secteurs centraux du site, où pourraient être localisés des bâtiments monastiques permettant de définir clairement la nature de l’établissement, II) étudier le matériel afin d’affiner la datation, III) réaliser un relevé détaillé des vestiges en surface afin, notamment, de mieux en comprendre l’organisation.

Fouilles

Les fouilles seront concentrées sur trois zones à proximité des églises, visant toutes à confirmer ou non l’existence d’un monastère (bâtiments conventuels ou murs d’enclos). En 2014, a été découvert, dans la partie sud du secteur A4, un bâtiment qui pourrait être un élément décisif dans l’interprétation du site : le plan restitué à partir des vestiges découverts est en effet très proche d’un réfectoire de moines fouillé sur l’île de Kharg. L’association de ce type d’édifice avec les églises serait en effet un marqueur incontestable. La campagne de 2015 nous permettra de vérifier cette hypothèse. Ce secteur sera dirigé par Julie Bonnéric. Dans la partie nord du secteur A4, les traces d’un large édifice à sol en plâtre avaient été découvertes en 2012, mais la fouille n’avait pu se poursuivre. Très proche du possible réfectoire, cet édifice pourrait lui aussi être conventuel. Julie Clerc et Sarah El Dirani se concentreront sur cette zone. Enfin, Gwénaël Herviaux sera chargé de travailler sur le mur d’enclos du monastère. Un mur, orienté N/S et situé contre le chevet de l’église est, pourrait ceindre l’ensemble monastique. Son prolongement est néanmoins difficile à suivre. L’hypothèse formulée en 2011, grâce aux traces visibles en surface, avait été infirmée par les fouilles de la campagne 2012 et la recherche du prolongement du mur doit être poursuivie.

Fig. 1 : secteurs de fouille de la campagne 2015 de la MAFKF sur le site d’al-Quṣūr (photo Y. Guichard, DAM 2009)
Fig. 1 : secteurs de fouille de la campagne 2015 de la MAFKF sur le site d’al-Quṣūr (photo Y. Guichard, DAM 2009)

Étude du matériel

En 2011, une étude céramologique avait permis de réajuster la datation jusque-là proposée, montrant une occupation continue du site jusqu’au IXe s. Depuis, les tessons datant sont enregistrés, au fur et à mesure, par Julie Bonnéric, avec le concours de Hamed Al Mutairi, une étude globale et finale étant programmée pour 2016. De nombreux stucs, croix ou frises décoratives, ont été découverts par la précédente mission française et une étude comparative de ces éléments par Agnieska Lic devrait apporter des éléments intéressants de datation de l’église ouest, la plus monumentale.

Fig. 2 : fragment de stuc découvert en 2008 dans l’église monumentale (MAFKF 2014)
Fig. 2 : fragment de stuc découvert en 2008 dans l’église monumentale (MAFKF 2014)

Relevé des vestiges en surface

La campagne 2015 devrait voir l’achèvement d’un axe particulièrement important de la MAFKF : le relevé précis et selon plusieurs registres d’interprétation, des vestiges apparaissant en surface sur l’ensemble du site d’al-Quṣūr. Environs 130 unités ont été jusqu’ici relevées, Jean Humbert devrait cette année achever le relevé des 25 unités restantes. D’une part, ce relevé complétera les différents plans établis par d’autres missions, moins précis et moins exhaustifs. D’autre part, il permettra de réfléchir à l’organisation d’ensemble du site.

Tell Saʿid

Les objectifs de la MAFKF sur la forteresse hellénistique de tell Saʿid (IIIe-Ier s. av. J.-C.) sont principalement d’en comprendre le fonctionnement et d’en affiner le phasage, en particulier grâce à l’étude des fortifications et de la circulation interne. Les chantiers, en lien avec les ouvrages défensifs, sont désormais concentrés dans la partie ouest du site. La forteresse est par ailleurs particulièrement riche en matériel : la céramique est étudiée au fur et à mesure et certains types d’objets doivent maintenant faire l’attention de spécialistes, en vue de la publication finale des travaux de la mission. La campagne 2015 se concentrera donc sur l’achèvement des principaux chantiers et des études de matériel, la céramique et les figurines en terre cuite.

Fouilles

Dans la tranchée A1 Nord, située entre les deux remparts septentrionaux, les niveaux d’occupation antérieurs à la destruction du premier rempart ayant été atteints en 2014, Barbara Couturaud se concentrera cette année sur les relations chronologiques et stratigraphiques entre la tour 2, la chicane et le premier rempart. L’étude de la tour 7 (angle sud-ouest) par Jean-Michel Gelin a mis en évidence, en 2014, l’existence d’une stratigraphie complète, de la mise en place à l’abandon de la forteresse. Son achèvement cette année permettra d’affiner la stratigraphie d’un secteur largement perturbé par les fouilles précédentes ainsi que la chronologie du site dans son ensemble. Mathilde Gelin devrait quant à elle achever la fouille du secteur A2 Est, situé à l’extrémité nord de la principale voie de circulation nord-sud, et atteindre ainsi les niveaux de fondation de la porte du premier rempart nord. L’étude des liens entre ces premiers niveaux de fondation et la circulation interne et leur comparaison avec la première occupation fouillée au sud en 2012 (Jeanine Abdul Massih) et en 2014 (Mathilde Gelin) devrait permettre d’éclairer l’occupation générale de la forteresse et les liens entre les différentes parties du site.

Fig. 3 : secteurs de fouille poursuivis durant la campagne 2015 de la MAFKF sur le site de la forteresse hellénistique de Tell Saʿid (photo Y. Guichard, DAM 2009)
Fig. 3 : secteurs de fouille poursuivis durant la campagne 2015 de la MAFKF sur le site de la forteresse hellénistique de Tell Saʿid (photo Y. Guichard, DAM 2009)

Étude du matériel

L’ensemble du matériel découvert durant les fouilles de la forteresse est enregistré et catalogué au fur et à mesure de sa découverte. Deux céramologues, Caroline Durand et Johanna Lhuillier, s’attacheront, en 2015, à étudier la typologie de la céramique et à travailler sur des ensembles clos. Cette campagne sera également l’occasion d’entreprendre l’étude des figurines en terre cuite de la forteresse. Louise Contant, avec le concours de Talal Al Saei, mettra en place une base de données et un recensement de l’ensemble des figurines découvertes sur le site, en vue de leur étude.

Fig. 4 : jarres prises dans la berme du secteur A2 de la forteresse hellénistique (MAFKF 2011)
Fig. 4 : jarres prises dans la berme du secteur A2 de la forteresse hellénistique (MAFKF 2011)

Protection et conservation

La MAFKF est particulièrement attentive à la conservation du site de la forteresse hellénistique dont l’ensemble des vestiges fouillés depuis une soixantaine d’années par différentes missions (danoise, américaine, koweïtienne, grecque, française), jamais recouverts, est assez mal préservé et se dégrade rapidement. Durant la campagne 2015, Emmanuelle Devaux continuera donc à assurer la protection des structures découvertes par la mission et à protéger les murs de la forteresse dont la situation est particulièrement périlleuse. En collaboration avec Shehab Shehab et Mathilde Gelin, elle poursuivra sa réflexion sur un programme de conservation à plus grande échelle.

Conclusion

Afin de remplir ces nombreux objectifs, la partie française de la mission sera donc composée, durant la campagne 2015, de 15 membres. Sept archéologues seront réunis : B. Couturaud, J.-M. Gelin et M. Gelin pour la forteresse ; J. Bonnéric, J. Clerc, S. El Dirani et G. Herviaux pour al-Quṣūr. Deux céramologues, C. Durand et J. Lhuillier, travailleront sur le matériel de la forteresse tandis que J. Bonnéric et J. Clerc, en parallèle de la fouille, procèderont à un premier traitement des objets d’al-Quṣūr. Trois dessinateurs seront présents : H. David-Cuny réalisera les dessins et photographies d’objets, J. Humbert achèvera le plan du site d’al-Quṣūr tandis que C. Raad prendra en charge les relevés de chantier sur les deux sites. L’architecte de la MAFKF, E. Devaux, s’attachera à préserver le site de la forteresse. De plus, deux nouvelles recrues travailleront sur le matériel : L. Contant commencera l’étude des figurines en terre cuite et A. Lic celle des stucs.

Nous espérons que cette campagne sera également l’occasion de présenter notre travail à un large public. Comme les années précédentes, des visites devraient avoir lieu sur les sites et une conférence être organisée par l’Institut français de Koweït.

Pour citer ce billet

Julie Bonnéric, « Yallah Faïlaka ! Mission archéologique franco-koweïtienne – 2015 », Le carnet de la MAFKF. Recherches archéologiques franco-koweïtiennes de l’île de Faïlaka (Koweït), 12 octobre 2015. [En ligne] http://mafkf.hypotheses.org/1204


Julie Bonnéric

Docteur en histoire et archéologie de l’Islam médiéval (École Pratique des Hautes Études), responsable scientifique de la partie française de la Mission archéologique franco-koweïtienne de Faïlaka depuis 2014, Julie Bonnéric travaille sur le site d’al-Quṣūr depuis 2007 et en dirige l’étude dans le cadre de la MAFKF depuis 2011. Elle s’intéresse au christianisme oriental, en particulier dans le golfe Arabo-Persique, à la fin de l’Antiquité tardive et aux débuts de l’Islam. Céramologue et archéologue de terrain, elle participe ou a participé à des missions au Liban, en Jordanie, en Égypte, en Libye et dans le Golfe (Koweït, Qatar). Elle conduit également des travaux d’anthropologie historique, s’appuyant sur des sources à la fois archéologiques, textuelles, architecturales et iconographiques. Sa thèse était ainsi consacrée à la question de la lumière, naturelle et artificielle, dans les mosquées d’Égypte et de Syrie médiévales, des conquêtes arabes à la fin de la dynastie ayyūbide.

More Posts

3 réflexions sur « Yallah Faïlaka ! Mission archéologique franco-koweïtienne – 2015 »

  1. Bonjour,

    j’ai lu un articule dans le supplément du monde sur les fouilles d’al-qusur.
    C’est super intéressant de constater que l’archéologie peut permettre d’analyser et pourquoi pas d’un peu comprendre les relations socio-sociétales de l’époque en terre d’islam entre les individus de différentes religions.

    bravo en tous cas pour votre travail passionné.

    Cordialement et bon courage,

    rabah

    1. Bonjour,
      Merci beaucoup pour vos encouragements !
      Un article de Fanny Arlandis est en effet paru dans un hors-série du Monde des religions du mois de juin (http://www.lemondedesreligions.fr/une/mahomet-et-les-origines-de-l-islam-09-06-2017-6353_115.php). Deux autres devraient paraître en septembre, dans le Monde de la Bible et dans les Dossiers d’archéologie. Je vous invite également à lire les billets publiés, non seulement sur Le carnet de la MAFKF mais également sur Les Carnets de l’Ifpo, comme celui-ci : https://ifpo.hypotheses.org/7572.
      Cordialement
      Julie Bonnéric

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *