Dessin archéologique et documentation graphique. Petit itinéraire d’une mine de plomb à une souris

Au 21e siècle, le dessin d’objets archéologiques peut paraître une discipline surannée. Pourquoi dessiner encore à la main à l’heure où la technologie a tellement évolué qu’image digitale et 3D font quasiment partie du quotidien des archéologues ? La révolution numérique oblige le graphiste à repenser son métier sur le fond autant que la forme.

Il n’y a pas si longtemps pourtant, le dessin était la meilleure façon de représenter et de publier les objets archéologiques. La photographie était à l’origine un luxe en soi, puis quand elle se généralisa dans le travail de documentation, le resta au moins dans la phase de publication, le prix d’une planche photo – particulièrement en couleur – chez un imprimeur dépassant largement celui d’une simple planche de texte ou de dessin au trait. Le DAO (dessin assisté par ordinateur, avec les logiciels vectoriels et d’image raster) est devenu accessible sur ordinateur individuel au début des années 90. Mais ce n’est que depuis une dizaine d’années qu’un boom technologique a vraiment mis à la portée de tous des techniques de documentation graphique, allant au-delà de la simple production d’images, qui sont en train de révolutionner le métier. En 2D ou en 3D – voire plus si l’on considère la profondeur des données accessibles via un SIG par exemple -, il est maintenant possible d’engranger en quantité quasi illimitée, sous forme graphique et numérique, des informations qu’auparavant seuls la description textuelle et le dessin manuel permettaient de transcrire et d’enregistrer. Quant à la publication, elle aussi change de format et de standards. Elle mélange de plus en plus texte et graphisme, photographie et dessin, rendu à la main et traitement digital, 3D et vidéo. Elle démultiplie les échelles et la couleur n’est plus le « seuil économique » rédhibitoire qu’elle était pour beaucoup, sans même parler de la publication en ligne sur internet.

Fig. 1 : photographie et dessin vectoriel d’un fragment de stuc (H. David-Cuny, MAFKF 2014).
Fig. 1 : photographie et dessin vectoriel d’un fragment de stuc (H. David-Cuny, MAFKF 2014).

Face à ces transformations, le dessin archéologique a nécessairement évolué dans ses techniques mais également dans sa méthodologie. Il a toujours été, ne l’oublions pas, outil d’analyse de l’objet autant que simple moyen de reproduction – la standardisation des conventions du dessin de céramique et d’objet en est la meilleure preuve. Outil de reproduction, le dessin manuel est maintenant largement concurrencé par les technologies digitales et la mine de plomb semble faire pâle figure face à la souris, au stylet et au laser. En tant qu’outil d’analyse, il reste plus que jamais d’actualité. L’avantage du dessin sur la photographie a longtemps été d’être le seul à autoriser la projection orthogonale, qui représente exactement l’objet dans sa forme et ses dimensions sans les déformations dues à la perspective, inhérentes à toute prise de vue à travers une lentille photographique. Des règles strictes de géométrie descriptive sont à la base du dessin archéologique, divisant virtuellement l’objet en deux pour montrer à la fois sa surface extérieure et autant de sections transversales que nécessaire pour permettre de l’appréhender dans toutes ses dimensions. Même avec les meilleures capacités mentales de visualisation dans l’espace, un céramologue ne pouvait obtenir une vision d’ensemble – qui plus est, diffusable aux autres chercheurs – d’un corpus céramique qui lui parvient sous forme de tessons le plus souvent très fragmentaires, qu’en reconstituant les formes complètes en les dessinant à la main. Ce n’est plus vrai avec les techniques automatisées de la photogrammétrie et du scanner 3D. En revanche, tout archéologue sait que pour bien dessiner un objet, il faut l’observer sous toutes les coutures afin de comprendre : comment il fonctionne, comment il a été fabriqué, ce qu’il a « vécu » et « subi » au cours de son « existence » et encore après. Autant de questions dont certaines peuvent être oubliées ou sous-estimées quand on ne fait que décrire et photographier des lots en séries, parfois pressé par le temps dans l’urgence d’une mission de terrain. Et c’est pourquoi, si tout archéologue n’est pas forcément dessinateur, tout dessinateur se doit d’être archéologue. Il ne suffit pas toujours que le spécialiste lui explique quels sont les caractères pertinents de l’objet qui devront être mis en évidence par le dessin. Pour bien les représenter, le dessinateur doit pouvoir les voir, les « sentir » de lui-même, au terme d’un processus d’observation analytique orienté selon la problématique de l’étude scientifique en jeu.

Car le plus grand risque du dessin est l’hyperréalisme sans discernement. Cet aspect de la documentation graphique peut être laissé à la photographie, qui forme de plus en plus avec le dessin un binôme complémentaire. Quel serait l’intérêt d’un dessin qui montrerait exactement la même chose qu’une photo ? Dans le cas d’un outil en pierre par exemple, avec la texture et les couleurs inhérentes à son matériau, ses accidents de surfaces (altérations aléatoires) et portant à la fois des traces de fabrication et des marques d’usage, une photo même très détaillée donnera une vision exacte mais brouillée de tous ces éléments réunis sur la surface. Le dessin permet de faire abstraction des informations qui sont les plus visibles sur la photographie (couleur et texture de la matière) et de mettre l’accent sur celles dont la lecture est perturbée par les précédentes (traces anthropiques). Il constitue donc un outil d’analyse à la fois objectif et subjectif qui peut être d’autant plus signifiant dans le discours que le chercheur développe autour de l’objet, incluant d’ailleurs le risque de la surinterprétation.

Fig. 2 : photographie et dessin vectoriel d’une parure en pierre tendre (H. David-Cuny, Joint Hadd Project 1998)
Fig. 2 : photographie et dessin vectoriel d’une parure en pierre tendre (H. David-Cuny, Joint Hadd Project 1998)

Le développement récent des programmes de DAO facilite immensément le travail du dessinateur, tout en l’obligeant à constamment mettre à jour ses compétences techniques. Il le conduit également à remettre en cause les conventions installées dans la pratique du métier, définies initialement pour ce qui est du rendu en fonction de critères imposés par des techniques d’édition et d’impression qui ne sont plus de rigueur (noir et blanc, figure au trait, choix des échelles et de l’épaisseur des tracés, trames monochromes, etc.). L’innovation d’abord purement technique s’accompagne logiquement d’une évolution de la réflexion méthodologique. De même que la mine de crayon n’est rien sans la main guidée par le cerveau du dessinateur, l’ordinateur ne sera jamais qu’une machine qui ne sait faire que ce qu’elle a été conçue pour faire. Jusqu’à preuve du contraire, seul l’œil de l’archéologue expérimenté sait faire in fine la différence entre l’altération accidentelle et celle qui est intentionnelle, que ce soit sur les macro-photos de l’intérieur de la perforation d’une perle miniature ou sur les photos aériennes d’une région entière. Le dessinateur archéologique d’aujourd’hui dispose donc d’un super-crayon fonctionnant en binaire et en millions de couleurs, il n’en reste pas moins lui-même le « facteur humain » indispensable pour savoir quoi en faire. Son travail doit à ce titre se faire en étroite collaboration avec les chercheurs qui lui permettent d’affiner son regard sur l’artefact, tandis que lui peut les aider à se poser les bonnes questions grâce à sa vision des multiples possibilités d’analyse graphique de l’objet. Ainsi de nouveaux outils graphiques permettent, par leur sensibilité accrue, de développer de nouvelles problématiques de recherche dépassant largement le cadre de la pure représentation graphique. Par exemple sur l’affinement de typologies morphométriques (https://crhrarchaeology.wordpress.com/home/morphometrics/), ou l’analyse de traces de tournage sur des poteries mettant en évidence l’existence de différents tourneur ou ateliers (https://crhrarchaeology.wordpress.com/2014/12/10/3d-morphometrics-of-coil-built-ceramics-quantifying-deviation-from-rotational-symmetry/).

Fig. 3 : dessin manuel d’une figurine en argile crue. Crayon sur calque scanné, contours et section vectorisés (H. David-Cuny, Louvre-DAE-Mission Mouweis 2012)
Fig. 3 : dessin manuel d’une figurine en argile crue. Crayon sur calque scanné, contours et section vectorisés (H. David-Cuny, Louvre-DAE-Mission Mouweis 2012)

Sans aller forcément aussi loin dans l’exploitation scientifique de la documentation graphique, le numérique a donc profondément transformé le travail de l’illustrateur. Ce dernier terme plus générique s’applique mieux à la redéfinition de son métier, « dessinateur » évoquant peut-être trop étroitement l’image tracée au crayon sur une feuille de papier. Il n’est pas besoin de rappeler l’un des premiers avantages du numérique : sa polyvalence. Là où un dessin sur papier est très difficile à retoucher par la suite, on peut facilement transformer une image digitale pour l’adapter à de multiples usages sans avoir à la redessiner intégralement : en quelques clics on peut alterner versions couleur et noir et blanc, changer d’échelle en adaptant la densité du rendu pour des publications en différents formats, livres, posters, présentations PowerPoint, etc. Du simple point de vue du graphisme, les possibilités sont nombreuses et c’est maintenant en permanence que l’on teste avec les outils logiciels, tant vectoriels que raster, de nouveaux rendus pour remplacer le classique « petit point » à l’encre de Chine réalisé à la main sur papier calque. L’utilisation de la photographie est l’un des aspects les plus intéressants de ce bouleversement des processus de travail. Si le dessin manuel reste indispensable pour une part de l’image – notamment pour les sections à travers l’objet, rares étant encore les graphistes ayant accès à un laser -, certaines étapes de sa réalisation peuvent être facilitées, voire remplacées, par la photo. Une vue de détail prise judicieusement pour minimiser la perspective peut éviter la prise de nombreuses cotes normalement nécessaire pour transcrire en 2D un décor en relief. Quant au rendu, il est tout aussi possible de créer directement l’aspect « petit point » ou tout autre rendu ombré avec des outils vectoriels ou raster sur un dessin au crayon fait sommairement, que de scanner un dessin au crayon parfaitement fini et, après un léger toilettage virtuel sur les contrastes, d’en faire une image aussi publiable qu’un dessin encré manuellement. Dans certains cas où la forme de l’objet et sa texture s’y prêtent, on peut aussi traiter directement une photo pour lui donner, plus précisément et beaucoup plus rapidement qu’un dessin fait à la main, un aspect tout aussi parlant. L’illustrateur devient ainsi photographe à part entière, car pour parfaitement contrôler son travail, il lui revient de faire les prises de vue dont il a besoin selon des angles et avec des éclairages adaptés à l’illustration qu’il va réaliser, qui ne sont pas forcément ceux d’une photographie de documentation ou d’un cliché publiable selon les critères classiques. Simultanément, davantage d’options pour le rendu final permettent au graphiste d’élaborer le type d’illustration qui sera le plus adapté à chaque objet. Une figurine en terre crue ou une parure en coquillage finement incisée ne s’accommodent pas du même rendu qu’une lame en obsidienne ou une scorie de bronze. Le processus de travail de documentation graphique s’est donc considérablement enrichi et met en œuvre davantage de techniques qui se complètent les unes les autres.

Fig. 4 : illustration composite d’un outil en pierre. Vues frontales à partir de photographies digitales dont le contraste et le grain ont été accentués, sections vectorisées (H. David-Cuny, MAFKF 2012)
Fig. 4 : illustration composite d’un outil en pierre. Vues frontales à partir de photographies digitales dont le contraste et le grain ont été accentués, sections vectorisées (H. David-Cuny, MAFKF 2012)

Dans ce contexte, parler de conventions en dessin archéologique ne peut plus avoir le sens qu’il avait conservé presque depuis l’origine de la discipline. Si les règles qui président au relevé morphologique restent toujours valables pour des raisons évidentes de rigueur scientifique, les standards visuels de représentation et la méthodologie même sont en pleine redéfinition et suivent désormais une dynamique aussi rapide que celle des méthodes de recherches. Quelle meilleure preuve que le métier est loin d’être moribond, même si le dessinateur en est parfois le premier étonné ?

Pour citer ce billet

Hélène David-Cuny, « Dessin archéologique et documentation graphique. Petit itinéraire d’une mine de plomb à une souris », Le carnet de la MAFKF. Recherches archéologiques franco-koweïtiennes de l’île de Faïlaka (Koweït), 18 novembre 2015. [En ligne] http://mafkf.hypotheses.org/1232


Hélène David-Cuny

Archéologue, graphiste et photographe, Hélène David-Cuny travaille régulièrement comme illustratrice archéologique sur de nombreux chantiers de fouilles, de la préhistoire à l’époque moderne, principalement au Moyen-Orient (Irak, Syrie, Liban, Jordanie, Oman, Emirats arabes unis, Koweït, Yémen, Chypre, Soudan, Pakistan et Vietnam). En parallèle à ses recherches personnelles sur la vaisselle en pierre tendre de l'Âge du Bronze au Moyen-Orient, elle dirige la publication d'un catalogue de plusieurs centaines de sceaux trouvés sur l'île koweïtienne de Faïlaka. Elle a également contribué à l’édition des planches d’illustrations et à la mise en page de plusieurs dizaines de publications scientifiques. Elle a réalisé des cartes et des illustrations pour de nombreuses expositions et musées en France et dans le monde. Son expérience de l’ensemble de la chaîne opératoire graphique autour des artefacts, du relevé sur le terrain à la sortie finale chez l’imprimeur en passant par les multiples possibilités du traitement d’image, la conduit à s’interroger sur la place de l’image dans la recherche archéologique et comment intégrer son apport dans la démarche analytique en tirant parti au mieux de l’évolution technologique récente.

More Posts - Website - Facebook - LinkedIn - Flickr

4 réflexions au sujet de « Dessin archéologique et documentation graphique. Petit itinéraire d’une mine de plomb à une souris »

  1. Une amie d’Athènes vient de me faire découvrir votre article et le carnet hypothèses de votre laboratoire. Je vous avoue que sa lecture m’a fait grand plaisir. Je suis architecte, ingénieur de recherche à l’IRAA (Institut de Recherche sur l’Architecture Antique) de Lyon. Nous sommes également concernés par les booms techniques tels l’acquisition et la modélisation 3D. Je suis convaincu, comme vous, que le dessin demeure un des meilleurs moyens d’analyse et que les nouvelles techniques ne remplaceront pas les moyens traditionnels du relevé mais peuvent être sereinement intégrées dans leur chaîne opératoire.

    1. Merci pour votre appréciation ! J’ai toujours pensé que le dessin d’objet archéologique n’était pas très différent du relevé architectural, simplement à une autre échelle. Vous me confirmez que nos questions techniques et méthodologiques se rejoignent. Et quand l’évolution technologique accélère un peu brutalement, il y a tout à gagner à monter dans le train pour en tirer le meilleur parti en en gardant le contrôle.

  2. Chère carnetière, cher carnetier,
    Nous avons particulièrement apprécié votre billet. Pour que la communauté puisse plus aisément le découvrir, nous avons décidé de le mettre en Une d’Hypothèses.
    Bien cordialement,
    L’équipe d’Hypotheses.org

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *