Un choix approprié d’adhésifs pour le remontage des céramiques archéologiques. Étude de deux cas comparatifs

Ce billet souligne la nécessité d’une réflexion minutieuse préalable à tout choix d’adhésif et tenant compte de la corporalité de l’objet, afin d’éviter les choix systématisés. Il s’appuie sur deux cas comparatifs : les remontages d’un ouchebti d’époque ptolémaïque en céramique auto-émaillée, dit de la Dame de Semset, provenant du Musée de l’Oise, et d’une céramique hellénistique à glaçure (OBJ-FOR-09-7013-7014) issue des fouilles de la forteresse de Faïlaka en 2009 (Mission française à Koweït) et étudiée dans le cadre de la MAFKF en 2013.

ANALYSE DES TECHNIQUES DE FABRICATION, CONSTATS D’ÉTATS ET COMPARAISON DES DEUX OBJETS

Étudier la technique de fabrication d’un objet renseigne le conservateur-restaurateur sur l’identité matérielle de l’objet, sur ses éléments endogènes, sur son état initial et sa composition chimique probable. Cette étude doit être complétée par un constat d’état de l’objet au moment de l’intervention envisagée. Ce constat d’état définit comment l’objet a traversé le temps depuis sa fabrication jusqu’à son étude et quels effets de dégradations et de modifications il a subi dans sa matérialité. Doivent être déterminés le type d’utilisation (quotidiennes ou rituelles), le contexte d’enfouissement (et échanges physico-chimiques en résultant) et, enfin, les éléments exogènes perturbant l’état de l’objet. Les résultats de ces deux analyses combinées conditionnent la nature de l’intervention et déterminent le choix des produits de restauration.

L’ouchebti de Semset

Les céramiques siliceuses auto-émaillées de l’ancienne Égypte sont communément, mais erronément, nommées faïences égyptiennes, terme qui désigne l’ensemble des objets créés à partir d’une pâte contenant de la silice et revêtus d’une glaçure de nature alcaline. En réalité, il convient ici de parler d’auto-émaillage. L’émaillage par efflorescence (ou auto-émaillage) intègre les éléments de la glaçure dans la pâte de façonnage. Toujours siliceuse, la pâte contient les fondants qui, en se combinant à la silice durant la cuisson et grâce au phénomène d’efflorescence (remontée des sels durant le séchage), entraîneront la formation d’une couche vitrifiée. Le résultat est obtenu en une seule cuisson à basse température dans une atmosphère oxydante. Souvent, des agglomérats de sels alcalins et d’oxydes métalliques ne finissent pas leur migration à la surface et forment alors un noyau vitrifié dans la masse de l’objet. L’exemplaire à restaurer présentait, avant collage, des cassures traversantes qui l’ont fragmenté en six morceaux. Une fragilité de la couche supérieure de vitrification était visible. La cassure a été occasionnée par un choc mais la pièce présentait une fragilité structurelle due à la fabrication (noyau vitrifié dans la masse). Le tesson quant à lui est dur, bien conservé, très peu poreux et aucune pulvérulence de la pâte n’est observée.

Fig. 1 : détail de la pâte de l’ouchebti de Semset avant remontage : grain très serré et vitrification dans la masse due à la technique de l’auto-émaillage (S. Alami-Viguié 2011)
Fig. 1 : détail de la pâte de l’ouchebti de Semset avant remontage : grain très serré et vitrification dans la masse due à la technique de l’auto-émaillage (S. Alami-Viguié 2011)

Céramique hellénistique à glaçure (OBJ-FOR-09-7013-7014)

Sa fabrication suit la technique de l’émaillage par application, à l’aide d’une louche ou par trempage, des composants de la glaçure mélangés à de l’eau jusqu’à obtention d’une crème liquide sur un corps sec ou déjà biscuité. La glaçure se forme à l’extérieur de la pièce, sans pénétration. Cette terre cuite poreuse et glaçurée présente une dégradation de la glaçure, fortement dévitrifiée et pulvérulente. Les altérations sont typiques des glaçures archéologiques : la couche de couverte se matifie, s’irise ou forme une croûte. Ces dégradations résultent de la dissolution des sels alcalins et alcalinoterreux qui se recristallisent au contact des éléments atmosphériques (carbone, soufre, hydrogène), modifiant ainsi la composition du matériau originel. La pâte, en revanche, est bien conservée, bien que sa consistance reste faible et qu’elle soit poreuse, avec une granulométrie moyenne. Une pâte poreuse « absorbe les liquides ou les corps gras par capillarité car les vides, les pores, laissés entre les grains, créent un réseau de canaux enchevêtrés dans cette pâte, dite pâte ouverte » (Blondel 2001, p. 40).

Fig. 2 : vue de la pâte de l’assiette hellénistique glaçurée OBJ-FOR-09-7013-7014 : granulométrie plus épaisse et pâte plus ouverte (S. Alami-Viguié 2012)
Fig. 2 : vue de la pâte de l’assiette hellénistique glaçurée OBJ-FOR-09-7013-7014 : granulométrie plus épaisse et pâte plus ouverte (S. Alami-Viguié 2012)

À titre de comparaison, la céramique hellénistique glaçurée OBJ-FOR-09-7013-7014 présente une solidité moindre que celle de l’ouchebti de Semset. En effet, de par sa technique de fabrication, elle possède un corps de tesson assez poreux et légèrement pulvérulent, au grain plus épais et fragile. En revanche, l’ouchebti de Semset présente une pâte à tendance siliceuse forte, dont le corps du tesson est assez solide et peu poreux grâce à l’inclusion directe dans la pâte des éléments de glaçure qui formeront la vitrification après cuisson.

RÉFLEXION ET CHOIX D’UN ADHÉSIF

De nombreux adhésifs adaptés au collage des céramiques sont aujourd’hui disponibles sur le marché et couramment utilisés en restauration. Les plus stables sont les résines acryliques. Le Paraloïd® et ses différentes déclinaisons sont les polymères acryliques les plus utilisés en restauration. Leur résistance au vieillissement (ils sont utilisés depuis les années 50) et leur stabilité chimique en font les résines généralement conseillées par un grand nombre de publications pour toute intervention de collage, consolidation ou vernis. Leurs propriétés différentes de Tg, de viscosité et de dureté les rendant adaptables aux différentes problématiques et besoins des restaurateurs définis dans le cahier des charges de chaque objet.

Cahier des charges du collage de l’ouchebti de Semset

– L’adhésif doit pouvoir assurer une bonne solidité au collage.

– La transition vitreuse (intervalle de température à travers lequel la matière passe d’un état caoutchouteux à un état vitreux puis solide) devra être supérieure à 40 °C afin que le collage puisse résister à des conditions d’exposition en vitrine où l’ensoleillement et l’éclairage aux lampes électriques augmentent rapidement la température.

– La viscosité, conditionnée par le choix du solvant, doit être suffisamment basse pour limiter les bulles d’air, obtenir une bonne mouillabilité et couvrir ainsi uniformément la surface des tranches.

Cahier des charges du collage de la céramique hellénistique glaçurée OBJ-FOR-09-7013-7014

– L’adhésif doit pouvoir assurer une bonne solidité mais, une fois sec ou polymérisé, sa dureté ne doit pas être supérieure à celle du tesson. Il en résulterait, en cas de traction excessive, la rupture du tesson lui-même au niveau du joint de collage.

– Comme pour l’ouchebti, la Tg doit être supérieure à 40 °C et la viscosité basse.

Au regard de l’étude de l’état des objets et du cahier des charges, deux adhésifs présentent des caractéristiques compatibles. Pour l’ouchebti de Semset, l’adhésif correspondant le mieux aux critères définis est le Paraloïd® B 44 (méthacrylate de méthyle) car sa Tg est de 60 °C. Il est en outre plus dur que le Paraloïd® B 72 et présente un compromis intéressant entre dureté, flexibilité et adhésion, correspondant aux besoins de l’ouchebti et de sa dureté. En revanche, concernant la céramique hellénistique glaçurée OBJ-FOR-09-7013-7014, l’adhésif correspondant le mieux aux critères définis est le Paraloïd® B 72 (méthacrylate de méthyle) car sa Tg est de 40 °C. Le Paraloïd® B 72 est moins dur que le Paraloïd® B 44. Là encore, le rapport entre dureté, flexibilité et adhésion répond aux problèmes posés par la céramique hellénistique glaçurée elle-même.

La qualité du joint de collage dépend de la mouillabilité de l’adhésif et du temps de prise. La bonne relaxation du collage, c’est-à-dire l’étalement optimal de l’adhésif entre les deux tessons, est conditionnée par une durée d’évaporation peu longue et par le taux de concentration de l’adhésif dans le solvant. L’acétone est donc le solvant recommandé par rapport aux propriétés recherchées. Son temps d’évaporation est plus court que celui du toluène, du xylène et du diacétone alcool. La nocivité des solvants aromatiques doit également être prise en compte et justifie leur exclusion.

Le Paraloïd® peut être utilisé à 50 % ou 30 % en poids dans le solvant pour les collages. Sa mise en œuvre est détaillée par S.P. Koob (Koob 1982). Cette mise en œuvre présente une optimisation des propriétés des Paraloïd® et sera donc utilisée pour la préparation de nos solutions. Nous avons testé deux solutions présentant des concentrations différentes (50 % et 30 % en poids dans de l’acétone). Les résultats sont synthétisés dans le tableau suivant.

Fig. 3 : tableau de test des concentrations d’acétone (S. Alami-Viguié 2012)
Fig. 3 : tableau de test des concentrations d’acétone (S. Alami-Viguié 2012)

A donc été choisie, pour le collage de l’ouchebti, une solution de Paraloïd® B 44 à 30 % dans de l’acétone et, pour le collage de la céramique hellénistique à glaçure OBJ-FOR-09-7013-7014, une solution de Paraloïd® B 72 à 30 % dans de l’acétone.

Fig. 4 : vue du collage en cours de l’ouchebti de la Dame de Semset avec les serre-joints (S. Alami-Viguié 2011)
Fig. 4 : vue du collage en cours de l’ouchebti de la Dame de Semset avec les serre-joints (S. Alami-Viguié 2011)
Fig. 5 : vue de l’assiette hellénistique glaçurée OBJ-FOR-09-7013-7014 après intervention (S. Alami-Viguié 2012)
Fig. 5 : vue de l’assiette hellénistique glaçurée OBJ-FOR-09-7013-7014 après intervention (S. Alami-Viguié 2012)

CONCLUSION

Deux cas de remontage de céramiques archéologiques ont été présentés dans ce billet afin de mettre en évidence l’importance d’une réflexion préalable propre à chaque collage. Par extension, une réflexion doit précéder chaque intervention de restauration, comme nous l’avons montré pour d’autres pratiques de conservation-restauration dans nos billets antérieurs (Alami-Viguié 2015). La systématisation n’a pas lieu d’être en conservation-restauration. Il est important de garder un regard critique sur les idées reçues et les raccourcis techniques.

Bibliographie

Alami-Viguié S., Étude et conservation-restauration de cinq serviteurs funéraires égyptiens en faïence siliceuse auto-émaillée de la Basse-Époque et du début de l’Époque ptolémaïque. Étude et développement d’un système de marquage des céramiques archéologiques poreuses pour étude, conservation et manipulation par l’archéologue, mémoire de fin d’études, Écoles de Condé, Paris, 2012.

Alami-Viguié S., « Un protocole de marquage pour les objets archéologiques. Une recherche technico-scientifique dans le domaine de la conservation-restauration », Le carnet de la MAFKF. Recherches archéologiques franco-koweïtiennes de l’île de Faïlaka (Koweït), 11 mars 2015. [En ligne] http://mafkf.hypotheses.org/1024

Alami-Viguié S., « Comblement et mise en teinte en conservation-restauration appliqués aux objets issus des fouilles archéologiques de la MAFKF : réflexion et application », Le carnet de la MAFKF. Recherches archéologiques franco-koweïtiennes de l’île de Faïlaka (Koweït), 15 juillet 2015. [En ligne] http://mafkf.hypotheses.org/1170

Berducou M.-C. (dir.), La conservation en archéologie : méthodes et pratique de la conservation-restauration des vestiges archéologiques, Paris, 1990.

Blondel N., Céramique : vocabulaire technique, Paris, 2001.

Brandi C., Théorie de la restauration, Paris, 2001.

Deryagin B.V. & Smilga V.P. in Adhesion: Fundamentals and Practice: a report of an International Conference held at the University of Nottingham, England, 20-22 September 1966 by the Ministry of Technology, United Kingdom, Amsterdam, 1970, pp. 152‑163.

Koob S.P., « The instability of Cellulose Nitrate Adhesives », The conservator, 6, 1982, pp. 31‑34.

Koob S.P., « The use of Paraloid B-72 as an Adhesive: its Application for Archaeological Ceramics and Others Materials », Studies in Conservation, 31, 1986, pp. 7‑14.

Meynis de Paulin J.J. (dir.), Les matières premières : les colles et adhésifs et leurs emplois industriels, Paris, 1977.

Pour citer ce billet

Sara Alami-Viguié, « Un choix approprié d’adhésifs pour le remontage des céramiques archéologiques. Étude de deux cas comparatifs », Le carnet de la MAFKF. Recherches archéologiques franco-koweïtiennes de l’île de Faïlaka (Koweït), 5 mars 2016. [En ligne] http://mafkf.hypotheses.org/1348


Sara Alami-Viguié

Sara Alami-Viguié est conservatrice-restauratrice du Patrimoine spécialisée en Archéologie. Elle a obtenu son diplôme homologué par l’état en 2012 après cinq années d’études à Paris. Professionnelle depuis cette date, elle s’attache à faire valoir l’adaptabilité du conservateur-restaurateur et son insertion dans la chaîne opératoire des chantiers archéologiques tout en respectant les ordonnances des textes déontologiques régissant le métier de la conservation-restauration. Elle a ouvert l’Atelier Epona en 2013 et intervient pour la MAFKF depuis trois années mais aussi pour le Musée d’Archéologie Nationale de Saint-Germain-en-Laye, notamment sur les collections de verres gallo-romains. Elle travaille également pour des particuliers présentant une diversité de savoir-faire adaptés aux différentes techniques et matériaux : céramiques (terres cuites, verres, porcelaines, émaux), plâtres, stucs, matériaux d’art moderne et sculptures composites. Sara Alami-Viguié est actuellement en cours de 6e année de Master Recherche et Publication en parallèle de son activité professionnelle.

More Posts - Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *