Mésopotamie et Golfe : réflexions sur les modalités d’échanges de matériaux de prestige au IIIe millénaire av. J.-C.

Au Bronze ancien (2900-2000 av. J.-C.), la nature des contacts entre la Mésopotamie et le golfe Arabo-Persique reste relativement imprécise. Dans l’état actuel des recherches, les témoins archéologiques de ces contacts correspondent à des matériaux bruts (lapis-lazuli, cornaline, coquillages, stéatite, chlorite, cuivre, etc.) ou des objets manufacturés, provenant du Golfe et retrouvés sur le territoire mésopotamien.

Le commerce au Bronze ancien : une définition ?

Très peu de textes de l’époque sont susceptibles d’apporter un éclairage précis sur la nature et les modalités du commerce à longue distance. Pour les Mésopotamiens eux-mêmes, il semble conçu, dès l’origine, comme un échange nécessaire à l’acquisition de biens de prestige qui serait l’unique raison du contact établi avec les régions périphériques, principalement l’Iran, le golfe Arabo-Persique et le delta de l’Indus. En atteste notamment une épopée mythique mettant en scène deux souverains légendaires : Enmerkar à Uruk, dans le sud de la Mésopotamie, et le roi du mythique pays d’Aratta, que l’on situe en Iran central. Afin d’ériger à la déesse Ishtar un temple à la mesure de sa splendeur, Enmerkar décide de soumettre par la force le pays d’Aratta pour en acquérir les matériaux précieux. N’y parvenant pas, il se résout à un compromis : en échange des matériaux précieux dont il a besoin, Enmerkar consent à livrer au souverain d’Aratta les surplus de son agriculture. Ce texte reflète très clairement que le seul intérêt à initier un contact avec une région lointaine est d’en acquérir les biens et les richesses que l’on ne peut trouver chez soi : les matériaux deviennent ainsi des produits de luxe, non essentiels au bon fonctionnement d’une cité ou d’un royaume, mais nécessaires à la valorisation d’un statut social.

Fig. 1 : carte du Proche-Orient au Bronze ancien (B. Couturaud 2016 d’après Google Earth)
Fig. 1 : carte du Proche-Orient au Bronze ancien (d’après Google Earth)

Mais ces échanges ont-ils eu une réalité historique ? Le cas échéant, quelle contrepartie la Mésopotamie a-t-elle fournie ? L’acquisition de matériaux à sens unique est envisageable, d’autant plus si l’on considère certaines sources, telles que des récits de souverains, qui ne mentionnent pas d’échange en parts égales et insistent sur les relations très hostiles entretenues avec les populations voisines. Mais l’on sait que ce type de sources n’illustre qu’une partie de l’histoire. On peut ainsi également envisager que la contrepartie de cet échange consistait en « biens invisibles », matières périssables qui ne peuvent plus être retrouvées sur les sites archéologiques, à savoir d’éventuels surplus de production agricole, des céréales, des dattes, des peaux, de la laine, des tissus, etc.

Cette impossibilité à préciser la définition même de commerce à cette époque a poussé les chercheurs à adapter les théories économiques modernes à ce que l’on sait des sociétés du Bronze ancien. En résultent trois formes possibles d’échanges : le commerce libre, où les biens circulent assez ouvertement ; le commerce en contact direct, sans intermédiaire, et régulé par une des deux parties ; le commerce où un tiers joue le rôle d’intermédiaire, dans des places centrales ou des ports de commerce. Dès lors se pose la question des intermédiaires et de la nature des marchands : s’agissait-il de marchands voyageant en personne avec des biens, ou d’intermédiaires postés dans de grands centres urbains qui assuraient le rôle de plates-formes ou de relais commerciaux, gérant le flux de diverses marchandises ? Des hypothèses et des questions qui, dans l’état actuel des recherches, n’ont pas trouvé de réponse.

Des matériaux de prestiges : l’exemple des coquillages et du lapis-lazuli

Quelques exemples illustrent la nature des échanges entre la Mésopotamie et le Golfe. Les coquillages, par exemple, provenant majoritairement du Golfe ou du delta de l’Indus, font partie de ces matériaux précieux à valeur symbolique forte, comme l’attestent leur présence dans certains dépôts de fondation de temples, à Mari ou à Assur, ou encore les coquillages gravés de cartouches royaux. Cet aspect symbolique des coquillages pose question : est-ce une valeur « originelle » qui a ensuite contribué à en faire un matériau de luxe ? Ou, à l’inverse, est-ce parce que ce matériau exotique est issu de régions lointaines et difficilement accessibles, qu’il est devenu un objet à forte valeur symbolique et prophylactique, puis de luxe ? Il n’est pas possible de répondre à ces questions, mais cela amène au moins à considérer l’importance de la valeur commerciale d’un matériau dont, paradoxalement, l’extraction ne requiert pas de compétences particulières puisqu’il suffit de le récolter en eaux généralement peu profondes ou sur les grèves. En outre, aucune information relative à son déplacement ni aux modalités de son acquisition n’indique s’il faisait l’objet d’un réseau commercial spécifique ou s’il était plutôt dépendant d’un réseau d’échanges déjà en place.

Fig. 2 : objets en coquillages : récipient à libation retrouvé dans un dépôt de fondation (DGAMS) ; murex gravé au nom du roi Rimush (musée du Louvre) ; sceau-cylindre (DGAMS) ; bagues (DGAMS)
Fig. 2 : objets en coquillage (d’après Aruz 2003 et RMN) : récipient à libation retrouvé dans un dépôt de fondation ; murex gravé au nom du roi Rimush ; sceau-cylindre ; bagues

Les Mésopotamiens divisaient les mers en deux catégories, les « mers supérieures » avec la mer Méditerranée, la mer Noire et la mer Caspienne, et les « mers inférieures », avec la mer Rouge, le Golfe et l’océan Indien. C’est avec ces dernières qu’une grande partie du commerce s’est effectuée. Le lapis-lazuli, par exemple, extrait dès le VIIe millénaire dans la vallée de l’Indus sur des sites tels que Mehrgarh ou Mundigak, transitait sans doute par la voie maritime du Golfe. Les routes terrestres étaient difficiles et traversaient des régions hostiles : elles passaient soit par le nord, à savoir le Khorasan, jusqu’à la vallée de la Diyala – voie qui deviendra la Route de la soie reliant l’Asie centrale à la Mésopotamie – soit par le sud, en passant par Shar-i-Sokhta et le désert du Lut. Or, les rapports belliqueux que les Mésopotamiens entretenaient avec leurs populations sont bien connus. La voie maritime offrait l’avantage de contourner les territoires du Zagros et transitait par le pays de Dilmun, l’actuelle île de Bahreïn. Il semble que, sur la route, les blocs de lapis-lazuli faisaient étape par de grands centres urbains tels que Mundigak, Tepe Hissar ou Shar-i-Sokhta, où ont été retrouvés de nombreux ateliers de dégrossissage et de nettoyage. Ces centres ne jouaient pas seulement le rôle de centres de transformation, mais aussi sans doute de relais commerciaux et d’étapes de marchands pour la redistribution des pièces.

Fig. 3 : objets en lapis-lazuli : sceau-cylindre (DGAMS) ; perle gravée au nom du roi Meskalamdug (DGAMS) ; collier (British Museum) ; pectoral (DGAMS)
Fig. 3 : objets en lapis-lazuli (d’après Aruz 2003 et British Museum) : sceau-cylindre ; perle gravée au nom du roi Meskalamdug ; collier ; pectoral

Contrairement au lapis-lazuli, il semble que les techniques de travail des coquillages ont voyagé avec le matériau depuis leur région d’origine, le Golfe et l’antique pays de Magan, correspondant à la région d’Oman. Des ateliers spécialisés y sont attestés dès la deuxième moitié du Ve millénaire. En Mésopotamie, les coquillages étaient sans doute travaillés au sein même des palais, ce qui implique le transfert d’un savoir-faire réservé à une catégorie d’artisans gérée par le palais même, et une production placée sous le contrôle d’une élite, pour son usage. Les coquillages constituent d’ailleurs le matériau de base de nombreux objets, tels que des parures, des lampes, des récipients à cosmétiques ou encore des sceaux-cylindres, appartenant tous aux élites. L’utilisation des coquilles pourrait ainsi être directement mise en relation avec le développement des élites au Bronze ancien, dans le cadre d’une production d’objets de prestige au sein d’un système d’économie palatiale. Dans ce contexte, la spécialisation artisanale permettrait de réserver un objet ou une technique à une classe.

Un rapport entre commerce, développement des sociétés complexes et apparition des élites ?

Malgré les natures très différentes et encore trop rarement documentées que présentent les échanges au Bronze ancien, on observe que, dès la fin du IVe millénaire et l’apparition de sociétés urbaines complexes, les échanges entrent dans une dimension plus vaste sur le plan géographique, mais aussi sur celui de la nature des biens échangés, puisqu’il ne s’agit plus seulement de produits de base. Cette modification pourrait avoir un rapport avec la complexification et la hiérarchisation de la société, où le palais, notamment, prend une importance considérable en tant qu’institution gestionnaire dans l’acquisition de matériaux entrant en compte dans la production de biens de prestige. Ces autorités – puisqu’il n’est pas encore établi dans le cadre des recherches actuelles que des particuliers aient pu jouer un rôle dans le commerce – envoyaient dans de grands centres urbains des marchands qui, au nom de leur cité, échangeaient divers produits. Ces centres urbains devenaient ainsi de réels lieux d’échange, dans tous les sens du terme. À ce titre, il est possible de réfléchir au rôle des agents commerciaux dans les transferts matériels ou immatériels de la culture, qu’il s’agisse de la langue, de l’écriture, des techniques ou des traditions artistiques et symboliques. Il faut également bien envisager le poids des élites qui trouvent, dans ces biens de prestige en matériaux précieux requérant un haut degré de spécialisation artisanale, une réelle valorisation sociale. Certains n’ont pas hésité à parler de prestige goods system pour définir ce schéma dans lequel la spécialisation artisanale relèverait plus d’un acte politique que d’un cadre économique ou artistique favorable. Ainsi, le transfert de technologies, de décors, de motifs ou encore de symboles participerait de cette même volonté politique et idéologique.

Même si l’on est encore loin d’une forme de globalisation du Proche-Orient telle qu’elle se traduira de manière plus évidente avec l’arrivée des premiers « grands empires » au cours du IIe millénaire, on commence à entrevoir qu’elle est déjà en marche au Bronze ancien. Est-il possible que ce désir de plus en plus important d’acquérir des matériaux exotiques par les différentes cités qui composent la Mésopotamie au Bronze ancien ait eu sa part à jouer dans la première tentative réussie d’hégémonie du Proche-Orient sous la houlette de Sargon d’Akkad (XXIVe s. av. J.-C.) ? Cette thèse est certainement insuffisante et l’adopter reviendrait à opter pour une vision purement économiste des relations politiques, alors que l’économie et le commerce ne devraient peut-être, à ce stade, qu’être considérés comme les multiples manifestations d’un système réglé par différents acteurs, au même titre que la guerre ou la diplomatie.

Bibliographie

Aruz J., Art of the First Cities, the Third Millennium B.C. from the Mediterranean to the Indus, New York, 2003.

Casanova M., Le lapis-lazuli dans l’Orient ancien : production et circulation du Néolithique au IIe millénaire av. J.-C., Paris, 2013.

Crawford H.E.W., « Mesopotamia Invisible Exports in the Third Millennium B.C », World Archaeology, 5/2, 1973, pp. 232-241.

Edens C., « Dynamics of Trade in the Ancient Mesopotamian World System », American Anthropologist, 94/1, 1992, pp. 118-139.

Gensheimer T.R., « The Role of Shell in Mesopotamia: Evidence for Trade Exchange with Oman and the Indus Valley », Paléorient, 10/1, 1984, pp. 65-73.

Khol P.L., « The Balance of Trade in Southwestern Asia in the Mid-Third Millennium B.C », Current Anthropology, 19/3, 1978, pp. 463-492.

Lamberg-Karlovsky C.C, « Trade Mechanisms in Indus Mesopotamian Interrelations », Journal of the American Oriental Society, 92/2, 1972, pp. 222-229.

Potts D.T., « Rethinking Some Aspects of Trade in the Arabian Gulf », World Archaeology, 24/3, 1993, pp. 423-440.

Potts T.F., Mesopotamia and the East, an Archaeological and Historical Study of Foreign Relations 3400-2000 B.C., Oxford, 1994.

Quenet P., Les échanges du nord de la Mésopotamie avec ses voisins proche-orientaux au IIIe millénaire (ca. 3100-2300 av. J.-C.), Turnhout, 2008.

Pour citer ce billet

Barbara Couturaud, « Mésopotamie et Golfe : réflexions sur les modalités d’échanges de matériaux de prestige au IIIe millénaire av. J.-C. », Le carnet de la MAFKF. Recherches archéologiques franco-koweïtiennes de l’île de Faïlaka (Koweït), 13 octobre 2016. [En ligne] https://mafkf.hypotheses.org/1389


Barbara Couturaud

Barbara Couturaud est docteure en Histoire et archéologie des mondes anciens, aujourd’hui chercheure postdoctorale à l'université de Liège, dans le service d’Assyriologie et d’archéologie de l’Asie antérieure, et associée à l’Ifpo. Archéologue spécialisée dans l’étude de l’iconographie des sociétés du Proche-Orient au Bronze ancien, elle a participé à différentes missions archéologiques en Syrie, en Jordanie, au Kurdistan irakien et en France. Membre de la MAFKF depuis 2012 en tant qu’archéologue, elle est en charge du chantier A1 sur le site de la forteresse hellénistique de Tell Sa‘īd.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *