Yallah Faïlaka ! Mission archéologique franco-koweïtienne – 2016

La campagne 2016 de la Mission archéologique franco-koweïtienne de Faïlaka sera l’occasion d’amorcer le travail de publication finale des campagnes précédentes (2011‑2016), tout en poursuivant les fouilles et l’étude du matériel des deux sites étudiés par la MAFKF : la forteresse hellénistique de Tell Sa’īd (resp. scien. Mathilde Gelin) et le monastère sassanido-islamique d’al‑Quṣūr (resp. scien. Julie Bonnéric). La partie française réunira sur l’île de Faïlaka, du 10 octobre au 23 novembre 2016, six archéologues, deux céramologues, un archéozoologue, une architecte, trois dessinateurs et deux historiennes de l’art, épaulés par des collègues koweïtiens. Placée sous la tutelle du National Council for Culture, Arts, and Letters du Koweït et de l’Institut français du Proche-Orient, la MAFKF bénéficie également du soutien de la Fondation Total et de Total Kuwait. Elle collabore en outre avec plusieurs institutions implantées au Koweït : le Centre français d’archéologie et de sciences sociales, l’Institut français et l’Ambassade de France.

Al‑Quṣūr

Les dernières campagnes de fouille de la MAFKF ont permis de clarifier la nature et la chronologie du site d’al‑Quṣūr : la partie centrale de l’établissement est un monastère occupé aux débuts de l’Islam. Néanmoins, certaines questions demeurent, par exemple sur l’origine de l’installation ou sur son fonctionnement, et c’est pourquoi il s’avère nécessaire de poursuivre les fouilles dans le secteur implanté au nord du réfectoire, d’approfondir l’étude du matériel et d’achever le relevé du plan général du site en parallèle du travail de publication.

Fouilles archéologiques

La dernière campagne de la MAFKF, en 2015, a permis de restituer le plan du bâtiment B23, confirmant qu’il s’agissait bien d’un réfectoire. Au nord de cet édifice monumental, de nombreuses structures aux formes inédites à al‑Quṣūr peuvent être mises en relation avec des productions alimentaires : presse et cuve de madbassa (destinée à la fabrication de mélasse de dattes), jattes alignées prises dans un massif plâtré, une structure en quart de cercle plâtrée probablement liée à la préparation du poisson, etc. Cette campagne permettra d’établir le lien chronologique entre ces installations, situées face à l’église ouest, et le réfectoire. La découverte de nouvelles structures sera également l’occasion de mieux comprendre la fonction de ce secteur (Julie Clerc, Sarah El Dirani).

Fig. 1 : secteur A4 nord à la fin de la campagne 2015 (photo H. Al Mutairi © DAM 2009)
Fig. 1 : secteur A4 nord à la fin de la campagne 2015 (photo H. Al Mutairi © DAM 2009)

Étude du matériel

Lors de la prochaine campagne devraient être achevés l’enregistrement du matériel découvert par la MAFKF, mais également par l’ancienne mission française, et sa documentation graphique (Hélène David-Cuny, Hamed Al Mutairi). De la mission française précédente, seule la céramique a jusqu’à présent fait l’objet d’une étude préliminaire. Cette année, l’ensemble du matériel des deux missions sera donc étudié : la faune (Hervé Monchot), le verre (Julie Bonnéric) et le métal (Julie Clerc). La typologie de la céramique devrait être achevée (Julie Bonnéric) et établie en collaboration avec l’équipe koweïto-italienne (Andrea Di Miceli) qui a mis au jour du matériel similaire dans les niveaux les plus anciens du site d’al‑Qurayniyya, au nord d’al-Quṣūr. La publication des stucs sera finalisée et s’y ajoutera une comparaison avec la croix en stuc d’Akkaz (Agnieszka Lic). Nous espérons pouvoir prélever des échantillons de plâtre et de stucs pour comparaison et datation.

Relevé des vestiges en surface.

Environ 140 unités architecturales, principalement des édifices entourés d’un enclos, ont été relevées depuis 2011 (Jean Humbert). Les 17 unités restantes devraient être intégrées au plan durant la prochaine campagne, dessinant ainsi un portrait complet de l’ensemble du site (environ 2,80 x 1,60 km). Ce plan permettra par exemple d’étudier l’organisation du site, d’examiner la chronologie de son extension, de chercher une distinction entre les bâtiments à enclos à proximité des églises et du réfectoire et ceux de la périphérie, dessinant peut-être une limite entre cellules monastiques et maisons villageoises.

Fig. 2 : le relevé des vestiges en surface sur l’ensemble du site d’al‑Quṣūr par Jean Humbert devrait être achevé à la fin de la campagne 2016 (MAFKF 2016).
Fig. 2 : le relevé des vestiges en surface sur l’ensemble du site d’al‑Quṣūr par Jean Humbert devrait être achevé à la fin de la campagne 2016 (MAFKF 2016).

Publication

Les membres de la mission seront également appelés à débuter leur travail de publication des campagnes effectuées depuis 2011. Dans cette perspective seront achevés tous les travaux graphiques, comme les mises au net de plans, coupes, restitutions 3D, etc. Par ailleurs, les données des archives fournies par la Mission française de Faïlaka seront intégrées à la base de données de la MAFKF en vue de la publication des résultats de la mission précédente, en accord avec celle‑ci (Catherine Raad). La rédaction de certains chapitres de l’ouvrage débutera pendant la campagne.

Fig. 3 : l’équipe de la Mission archéologique franco-koweïtienne de Faïlaka pour la campagne 2016.
Fig. 3 : l’équipe de la Mission archéologique franco-koweïtienne de Faïlaka pour la campagne 2016.

Tell Saʿīd

D’après les précédentes missions archéologiques danoise et française, la forteresse aurait été fondée sous le règne d’Antiochos Ier, au début du IIIs. av. n. è. et son occupation aurait perduré jusqu’au Ier s. av. J.‑C. Si elle a été largement fouillée, de nombreux points demeurent obscurs quant à sa chronologie précise, à l’origine de sa fondation, aux raisons de son emplacement sur la côte sud-ouest de l’île, etc. L’étude des fortifications et de la circulation interne constitue l’un des axes de recherche principaux de l’équipe qui travaille sur ce site car elle permet en particulier d’en comprendre le fonctionnement et d’en affiner le phasage. Les travaux de terrain s’accompagneront bien sûr d’une analyse approfondie du matériel. La MAFKF veillera, cette année encore, à la préservation du site.

Fouilles archéologiques

De mauvaises conditions climatiques ayant perturbé la campagne 2015 ont empêché l’achèvement des sondages entrepris par la MAFKF sur le site de la forteresse. Les secteurs de fouille sont concentrés dans la partie ouest de la forteresse et portent sur les ouvrages défensifs. Leur réouverture en 2016 est nécessaire, dans la perspective de la publication, afin d’atteindre certains niveaux décisifs. Les fouilles entreprises dans les secteurs A1 nord (Barbara Couturaud et Jordan Boucard), A2 est (Mathilde Gelin) et C (Jean-Michel Gelin) devraient conduire aux premiers niveaux d’occupation. Leur analyse est primordiale pour proposer un phasage chronologique précis. L’un des objectifs de la campagne 2016 est par ailleurs de compléter les prélèvements en vue d’analyses, en particulier concernant les matériaux de construction. Cela permettra de connaître les techniques employées, mais également les circulations de matériaux et le ravitaillement de l’île.

Documentation

La forteresse hellénistique a été fouillée par de nombreuses missions, depuis les années 50. Ces travaux n’ont pas été entièrement publiés et de nombreuses archives sont perdues, imposant de compléter la documentation à disposition. Le plan général du site doit ainsi être clarifié (Jean Humbert). Basé sur le phasage des précédentes missions, en particulier celui la Mission française de Faïlaka, le plan doit être enrichi graphiquement des avancées de la MAFKF concernant le phasage de l’établissement. L’utilisation du système de référence koweïtien depuis 2008 nécessite par ailleurs la conversion des données géospatiales plus anciennes.

Un puits de l’âge du Bronze, découvert par la Danish Archaeological dans les années 50, est à la fois en très mauvais état de conservation et peu documenté. Pourtant, les missions précédentes estimaient qu’il était à l’origine de l’emplacement de la forteresse, la présence d’eau étant essentielle à l’établissement d’une garnison. Or, une analyse de la stratigraphie et des vestiges encore visibles a montré qu’il avait été bouché et scellé par les arrivants. Sa compréhension étant donc de première importance, il sera dégagé de ses effondrements et accumulations éoliennes afin de procéder à une couverture photogrammétrique (Emmanuelle Devaux), à son relevé et à des vérifications, puis protégé et partiellement rebouché.

Fig. 4 : le puits de l’âge du Bronze au moment de sa découverte par la mission danoise (à gauche, Moesgaard Museum 1960) et au début de son redégagement par la MAFKF en 2016 (à droite, MAFKF 2016).
Fig. 4 : le puits de l’âge du Bronze au moment de sa découverte par la mission danoise (à gauche, Moesgaard Museum 1960) et au début de son redégagement par la MAFKF en 2016 (à droite, MAFKF 2016).

Étude du matériel

Le matériel découvert sur le site de la forteresse est varié : autels portatifs en pierre, pesons en brique crue, enduits de terre, monnaies, poids de filet, etc. Il est enregistré et catalogué par les archéologues au fur et à mesure des découvertes, puis photographié et dessiné (Hélène David-Cuny). La céramique est particulièrement abondante et son étude se poursuivra durant la prochaine campagne (Jean‑Baptiste Houal), de même que le catalogage des figurines en terre cuite découvertes par la MAFKF et les autres missions (Louise Contant). L’étude archéozoologique débutera cette année et se concentrera sur les restes fauniques de mammifères (Hervé Monchot). Les os de poisson et les coquillages seront triés pour être étudiés prochainement.

Préservation du site

Le programme de préservation du site entrepris dès la création de la MAFKF sera poursuivi. La forteresse a connu un intense programme de fouille depuis plus de 50 ans sans que soient apportées toutes les solutions nécessaires à la préservation des vestiges qui sont exposés aux intempéries. Les dégâts sont donc nombreux. Pour protéger les vestiges, la mission nettoie annuellement la végétation, réoriente les eaux d’écoulement, consolide les maçonneries et rebouche les sondages trop profonds (Emmanuelle Devaux). Ces deux dernières opérations assurent la préservation du site mais également sa mise en valeur. Le site est en effet peu compréhensible pour les visiteurs car toutes les découvertes demeurent apparentes. Des choix doivent donc être opérés pour présenter au public les éléments les plus importants de la forteresse tandis que les autres secteurs sont rebouchés.

Conclusion

La campagne 2016 devrait permettre, cette année encore, d’enrichir nos connaissances de la forteresse de Tell Sa’īd et de l’établissement monastique d’al‑Quṣūr, que ce soit par le travail de terrain ou par les études spécialisées, tout en commençant le travail de publication. Elle sera également l’occasion de renforcer notre coopération avec la partie koweïtienne. Ainsi, Hamed Al Mutairi devrait réaliser des photographies aériennes et les photographies des objets provenant d’al‑Quṣūr. Il approfondira ses compétences en topographie grâce à une formation avec Jean Humbert. Enfin, certains jeunes archéologues du Département comme Anwar Al Tamimi, Mohammad Al Mutairi, Faleh Al Otaibi et Nawwaf Al Rachidi, participeront quant à eux à chacune des activités de la mission afin d’avoir une vision d’ensemble des différentes spécialités et activités archéologiques.

Bibliographie

Bonnéric J., « Les établissements chrétiens du golfe Arabo-Persique au tournant de l’Islam à la lumière du site archéologique d’al-Quṣūr (île de Faïlaka, Koweït) », Parole de l’Orient, 41, 2016, pp. 103‑123.

Bonnéric J., « Yallah Faïlaka ! Mission archéologique franco-koweïtienne – 2015 », Le carnet de la MAFKF. Recherches archéologiques franco-koweïtiennes de l’île de Faïlaka (Koweït), 12 octobre 2015. [En ligne] http://mafkf.hypotheses.org/1204

Bonnéric J., « Al-Quṣūr (Koweït), état des recherches de la mission archéologique franco-koweïtienne de Faïlaka (2011-2013) », Les Carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient (Hypotheses.org), 2 septembre 2014. [En ligne] http://ifpo.hypotheses.org/6164

Devaux J., « Préservation de la forteresse hellénistique de Faïlaka : premiers pas et solutions d’urgence », Les Carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient (Hypotheses.org), 23 octobre 2014. [En ligne] http://ifpo.hypotheses.org/6231

Gelin M., « De retour de mission … Faïlaka au Koweït (4). L’établissement hellénistique », Les Carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient (Hypotheses.org), le 1er juillet 2016. [En  ligne] http://ifpo.hypotheses.org/7321

Gelin M., « New French-Kuwaiti research in the Hellenistic fortress of Faïlaka-Ikaros », in Bielinski P., Gawlikowski M., Kolinski R., Lawecka D., Soltysiak A. & Wygnanska Z. (dir.), 8th International Congress on the Archaeology of the Ancient Near East, 2, Excavation and Progress Reports, Wiesbaden, 2014, pp. 87-100.

Gelin M., « De retour de mission… Faïlaka au Koweït (3). La forteresse hellénistique », Les Carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient (Hypotheses.org), 16 juillet 2014 [en ligne]. http://ifpo.hypotheses.org/6123

Gelin M., « De retour de mission… Faïlaka au Koweït (2) », Les Carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient (Hypotheses.org), 18 mars 2013 [en ligne]. http://ifpo.hypotheses.org/4929

Gelin M., « De retour de mission… Faïlaka au Koweït (1) », Les Carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient (Hypotheses.org), 26 janvier 2012 [en ligne]. http://ifpo.hypotheses.org/2908

Pour citer ce billet

Julie Bonnéric, « Yallah Faïlaka ! Mission archéologique franco-koweïtienne – 2016 », Le carnet de la MAFKF. Recherches archéologiques franco-koweïtiennes de l’île de Faïlaka (Koweït), 31 octobre 2016. [En ligne] https://mafkf.hypotheses.org/1436


Julie Bonnéric

Docteur en histoire et archéologie de l’Islam médiéval (École Pratique des Hautes Études), responsable scientifique de la partie française de la Mission archéologique franco-koweïtienne de Faïlaka depuis 2014, Julie Bonnéric travaille sur le site d’al-Quṣūr depuis 2007 et en dirige l’étude dans le cadre de la MAFKF depuis 2011. Elle s’intéresse au christianisme oriental, en particulier dans le golfe Arabo-Persique, à la fin de l’Antiquité tardive et aux débuts de l’Islam. Céramologue et archéologue de terrain, elle participe ou a participé à des missions au Liban, en Jordanie, en Égypte, en Libye et dans le Golfe (Koweït, Qatar). Elle conduit également des travaux d’anthropologie historique, s’appuyant sur des sources à la fois archéologiques, textuelles, architecturales et iconographiques. Sa thèse était ainsi consacrée à la question de la lumière, naturelle et artificielle, dans les mosquées d’Égypte et de Syrie médiévales, des conquêtes arabes à la fin de la dynastie ayyūbide.

More Posts

2 réflexions sur « Yallah Faïlaka ! Mission archéologique franco-koweïtienne – 2016 »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *