Réflexions sur la présence de chats dans le port médiéval de Qalhât (Oman)

Par le passé, les chats vivaient dans ou à proximité des zones d’habitations humaines et ont profité de la ville comme source de nourriture et abri. La rareté des découvertes archéozoologiques rend pourtant difficile l’étude des populations félines. Naturellement, il est encore plus malaisé de tirer des conclusions sur leur mode de vie. Dans ce contexte, la découverte de centaines d’ossements, comprenant de nombreux chatons, dans plusieurs bâtiments du port médiéval de Qâlhat en Oman apparaît alors tout à fait exceptionnelle.

Contrairement aux chiens, les chats (quṭṭ) sont considérés par la tradition islamique comme rituellement purs (ṭāḥir) et sont bien acceptés dans les maisons, et même dans les mosquées, car ils chassent la vermine comme les rats qui envahissent les villes. Dans son Kitâb al‑Hayawân, al‑Jâhiz fait naître le chat sur l’arche de Noé. L’arche étant infestée de rats, Noé gratta le museau d’un lion qui, en éternuant, fit apparaître un couple de chats. La génération spontanée du chat est présentée comme une nécessité pour mettre un terme à la prolifération des rongeurs qui menaçaient les provisions et, donc, la pérennité de l’ensemble des espèces.

Archéozoologie féline

Bien que les chats (Felis catus, L. 1758) étaient certainement abondants dans les villes et villages médiévaux au Proche et Moyen-Orient, leurs ossements se retrouvent généralement en petit nombre dans les assemblages fauniques. Ainsi le long du golfe Arabo-Persique, les découvertes félines restent le plus souvent marginales. Citons quelques découvertes en Iran dans l’ancien port de Siraf (Driesch & Dockner 2002) et à Bahreïn sur les sites de Saar (Dobney & Jacques 1994), Qal’at al-Bahrein (Uerpmann & Uerpmann 1997), Barbar Well (Bangsbaard 2001) ou encore à Bilad Qadim (Smith 2005). Par ailleurs, les squelettes complets ou partiellement articulés sont rares, exception faite, par exemple, d’un chaton retrouvé à Tell Akkaz au Koweït (Tomé 2003). Pour ces différents sites, la distinction n’est pas toujours réalisable entre l’espèce domestique Felis catus et les espèces sauvages, Felis silvestris et Felis margarita.

En général, les ossements découverts lors de fouilles archéologiques ont plusieurs origines. D’une part,  une origine naturelle indépendante des activités humaines. Ceci est particulièrement vrai pour les espèces intrusives, comme les rongeurs ou les carnivores, (p. ex. chats et chiens), retrouvées mortes in situ pour diverses raisons (maladie, accident, incendie, inondation, effondrement de structures, etc.). D’autre part, une origine anthropique : les os, appartenant majoritairement à des herbivores, représentent des déchets alimentaires retrouvés in situ (p. ex., dans un four ou sur un sol d’occupation) ou rejetés par les habitants plus tard, lors du nettoyage d’une maison, dans une fosse ou dans un talus. Mais la mort de certains herbivores peut être naturelle (maladie, vieillesse ou accident) ; les individus sont alors rejetés, sans être consommés, hors des habitations dans des tranchées ou des zones de remplissage. Enfin, dans de rares cas, les espèces intrusives citées précédemment peuvent être consommées, et leur étude archéozoologique devient alors particulièrement complexe.

fig-1_hm

Fig. 1 : Localisation du port médiéval de Qalhât.

Les chats qalhâtis

Situé sur la côte de la province sud-Sharqiya en Oman (fig. 1), près de l’extrémité orientale de la péninsule Arabique, Qalhât était un port majeur durant la période médiévale. Fondée vers 1100 CE, la ville était, du XIIIe au XVe siècle, la seconde capitale du royaume d’Hormuz qui dominait alors les routes commerciales entre le golfe Arabo-Persique et l’océan Indien occidental. Elle aurait été dévastée par un tremblement de terre à la fin du XVe siècle, puis saccagée par les Portugais en 1508 et, enfin, totalement abandonnée dans la seconde moitié du XVIe siècle. Qalhât est mentionnée dans de nombreuses sources médiévales et a été reconnue comme l’un des principaux ports d’échange avec l’Inde. Les fouilles, commencées en 2008, ont livré de nombreuses informations sur l’évolution et l’organisation spatiale de la ville, la vie quotidienne de ses habitants et les liens commerciaux de ce port cosmopolite (Rougeulle 2010). Autour de l’ancien quartier central situé en bord de mer, une impressionnante mosquée (the Great Friday Mosque) a été érigée le long de la plage, dans un vaste complexe architectural comprenant de larges cours et des structures secondaires. Ce bâtiment très complexe et très décoré présente un sous-sol avec de nombreux caissons de soubassement, sur lesquels la salle de prière s’est effondrée lors du saccage de la ville par les Portugais.

carteA0

Fig. 2 : Localisation des différents bâtiments du port de Qalhât présentant des ossements de chats : 1 : B12 (Grande Mosquée) ; 2 : B13 (fonction inconnue) ; 3 : B140-141 (suq) ; 4 : B16 (résidence du gouverneur ?) ; 5 : B94 (maisons domestiques) ; 6 : B2 (citerne).

De nombreux os de chat (n = 492) ont été découverts dans différents bâtiments (fig. 2). La citerne B2 a livré 103 restes, tandis que 52 restes ont été retrouvés dans une structure domestique (B94), 5 dans le bâtiment du « gouverneur » (B16), 9 dans la zone du souk, 6 dans deux bâtiments de fonction inconnue (B13 et B95) et, enfin, 317 restes dans la Grande Mosquée (B12). La maison domestique B94, qui représente deux maisons jumelles distinctes et non communicantes accolées, possède un étage où devaient être situées les pièces à usage domestique, le rez-de-chaussée paraissant avoir été essentiellement consacré à des activités artisanales (madbasa, etc.). Au sein des différentes pièces de la structure, un minimum de 10 chats (7 immatures et 3 adultes) a été repéré. Signalons également de très nombreux ossements présentant des traces de grignotage par des rongeurs (taille rat). Dans la Grande Mosquée, 57 ossements ont été répertoriés à différents emplacements de la cour, tandis que les 260 ossements restants furent retrouvés dans les différents caissons de soubassement du sous-sol de la mosquée. Bien que toutes les parties du squelette soient le plus souvent présentes, il s’agit d’ossements isolés se retrouvant dans des contextes d’effondrement, de remplissage et, parfois, dans des niveaux de circulation. Parmi ces derniers, les restes de deux individus adultes trouvés dans le sous‑sol de la Grande Mosquée, dans le caisson J, sont particulièrement intéressants. En effet, ils présentent de nombreuses lésions traumatiques (fracture osseuse, exostoses péri-articulaires). Certaines sont liées à l’homme, comme la présence d’un coup sur le crâne, tandis que d’autres sont infectieuses (maladie parodontale), soulignant un très mauvais état de santé de ces individus (fig. 3, Monchot & Guintard soumis).

fig-3_hm

Fig. 3. Profil squelettique en nombre de restes des chats du caisson J de la Grande Mosquée avec mention des ossements présentant des lésions pathologiques. A = Mandibule présentant des infections ayant entrainé une résorption osseuse ; B = Fémur gauche présentant une fracture osseuse au milieu de la diaphyse et une disparition de la tête articulaire proximale.  

La forte mortalité des juvéniles observée sur le site n’est pas inhabituelle. Les jeunes chats sont en effet particulièrement vulnérables car ils sont bien souvent indépendants de leurs mères. Aucune strie de découpe sur les os de chat indiquant, soit une activité de dépouillement pour la fourrure, soit la consommation de viande n’a été observée à Qalhât. L’ailurophagie est illicite selon les prescriptions religieuses de l’islam et est ainsi rarement attestée au Moyen Âge dans la péninsule Arabique sensu lato, au contraire de l’Europe occidentale (e.g. Luff & Moreno-Garcia 1995). Néanmoins, à Bilad al‑Qadim (Bahreïn) ont été décrites de nombreuses stries de découpe sur des ossements de chats (Smith 2005, p. 203‑206).

Pests or pets ?

Les chats vivaient à la périphérie des établissements humains, mais étaient attirés par les ordures des aliments, des caprinés et des poissons essentiellement. Des chercheurs de l’université Washington de Saint-Louis, aux États-Unis, ont récemment découvert des preuves ADN de la domestication du chat. Le séquençage et l’analyse du génome ont permis en effet d’identifier des régions spécifiques, absentes chez le chat sauvage, et liées à la mémoire, à la peur et à la recherche de récompense. Les scientifiques émettent aujourd’hui l’hypothèse que « les humains ont offert aux chats de la nourriture comme une récompense les encourageant à rester dans les parages » (Montague et al. 2014).

La présence de dix chats (7 adultes et 3 chatons, deux âgés d’environ 12 mois et un d’environ 4 mois ; fig. 4) découverts dans des niveaux d’abandon de la citerne B2 suggère que cette dernière a servi de dépotoir pour se débarrasser des cadavres encombrants présents sur le site. En effet, s’il est envisageable qu’un individu puisse se faire piéger en tombant dans la citerne et ne puisse plus remonter, le nombre élevé de chats découverts ici ne correspond pas à ce type de schéma. Ces animaux ont pu être récupérés morts sur le site ou être délibérément abattus en raison d’une prolifération excessive (Monchot & Béarez 2016). Dans ce contexte d’omniprésence des chats, il n’est alors pas surprenant de retrouver des individus présentant divers symptômes traumatiques et infectieux, en particulier si l’on tient compte de leur fréquence élevée dans les différentes populations de chats. Les deux individus pathologiques mentionnés précédemment ont été trouvés dans une salle d’ablution située sous la mosquée et accessible uniquement par des escaliers. Plusieurs hypothèses pourraient expliquer leur présence : même impotents, ils ont pu se réfugier dans cette salle et sont morts in situ, ou bien leurs cadavres, comme pour la citerne, ont été déversés pendant une phase d’abandon avant la destruction complète de la mosquée.

fig-4_hm

Fig. 4. Extrémités distales d’humérus de chat retrouvées dans la citerne B2.

L’exemple de Qalhât souligne parfaitement les relations mouvementées existant entre les chats et l’homme, oscillant entre tolérance et exaspération. Ces rapports conflictuels remonteraient à la naissance du chat sur l’arche de Noé. Ce dernier les auraient punis d’avoir fait leurs griffes sur le bois de l’arche en les forçant à rester sur le pont, sous la pluie du déluge. C’est ici que se trouverait l’origine de la détestation violente des chats pour l’eau en général.

Bibliographie

Bangsgaard P., 2001, « Animal bones from the Barbar well », in Frifelt K., Islamic remains in Bahrain, Aarhus, Jutland Archaeological Society, p. 183‑200.

Dobney K.M. & Jacques D., 1994, « Preliminary report on the animal bones from Saar », Arabian archaeology and epigraphy 5, p. 106‑120.

Driesch von den A. & Dockner A., 2002, « Animal exploitation in medieval Siraf, Iran, based on the faunal remains from the excavations at the Great Mosque (seasons 1966-1973) », Bonn. zoo!. Beitr. 50/3, p. 227‑247.

Luff R.M. & Moreno-Garcia M., 1995, « Killing Cats in the Medieval Period: An unusual episode in the history of Cambridge, England », Archaeofauna 4, p. 93‑114.

Monchot H. & Béarez P., 2016, « Des ossements dans les citernes. Les exemples de Dharih (Jordanie) et de Qalhât (Oman) », Syria 93, p. 339-352.

Monchot H. & Guintard C., « Chronic diseases in cats from the medieval site of Qalhât (Oman) », International Journal of Paleopathology, soumis.

Montague M.‑J. et al., 2014, « Comparative analysis of the domestic cat genome reveals genetic signatures underlying feline biology and domestication », Proc Natl Acad Sci USA 111/48, p. 17230‑17235.

Rougeulle A., 2010, « The Qalhât project: new research at the medieval harbour site of Qalhât, Oman (2008) », Proceedings of the Seminar for Arabian Studies 40, p. 303‑319.

Smith I., 2005, « The mammal, bird, reptile and molluscs remains », in Insoll T. (éd.), The Land of Enki in the Islamic Era. Pearls, Palms and Religious identity in Bahrain, Londres, New York, Bahrain, p. 193‑231.

Tomé C., 2003, Les mammifères et les oiseaux dans l’économie des sociétés protohistoriques et historiques du golfe Arabo-Persique (IIIe millénaire avant J.-C. – VIIe siècle après J.-C.), thèse de doctorat, Université Aix-Marseille 1.

Uerpmann M. & Uerpmann H.‑P., 1997, « Animal bones find from Excavation 519 at Qala’at al-Bahrain », in Højlund F. et Andersen H., Qala’at al-Bahrain, volume II: The Central Monumental Buildings, The Carlsberg Foundation’s Gulf Project, Aarhus, Jutland Archaeological Society, p. 235‑264.

Le projet Qalhât est réalisé par une équipe du CNRS (UMR 8167, Orient & Méditerranée) en collaboration avec l’agence Eveha International, sous l’autorité du Ministère du Patrimoine et de la Culture du Sultanat d’Oman et de la Commission des Fouilles du MAEDI.
Pour citer ce billet

Hervé Monchot, « Réflexions sur la présence de chats dans le port médiéval de Qalhât (Oman) », Le carnet de la MAFKF. Recherches archéologiques franco-koweïtiennes de l’île de Faïlaka (Koweït), 27 décembre 2016. [En ligne] https://mafkf.hypotheses.org/1479


Hervé Monchot

Rattaché au Labex Resmed et à l’UMR 8167 « Orient & Méditerranée », Hervé Monchot étudie les ossements d'animaux recueillis lors des fouilles archéologiques en Bilâd al-Shâm. Son projet de recherche vise à mieux comprendre les régimes alimentaires carnés et de suivre leurs évolutions au fil de l’époque médiévale, de la dynastie omeyyade à l’empire ottoman, sans oublier les liens avec les périodes précédentes. Il travaille sur de nombreux sites archéologiques du Proche Orient dont la Jordanie, la Palestine, l’Arabie Saoudite, l’Oman ou encore le Koweït.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *