Les «Aventuriers des mers» de l’océan Indien à la Méditerranée (VIIe-XVIIe s.). Compte-rendu d’exposition

« Il ne reste plus des voyages que de grands désordres d’images » déclarait P. Nizan (p. 162), après sa visite du port d’Aden au début du XXe s. Cette vision désenchantée contraste néanmoins avec celle des commissaires de l’exposition Aventuriers des mers, qui nous invitent à suivre le sillage des navires des voyageurs des temps passés, en Méditerranée, dans le golfe Persique, en mer Rouge et dans l’océan Indien. Fruit d’une collaboration entre l’Institut du monde arabe (IMA) et le Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (Mucem) à Marseille, l’exposition est proposée successivement dans ces deux institutions : du 15 novembre 2016 au 26 février 2017 à l’IMA et du 6 juin au 9 octobre 2017 au Mucem. Le commissariat principal de l’exposition se compose de Nala Aloudat et Agnès Carayon, chargées de collections et d’exposition à l’IMA, et de Vincent Giovannoni, conservateur au Mucem (fig. 1).

Les mers lointaines sont depuis longtemps objets de fantasmes. Ainsi, pour J. Legoff (p. 280‑299), « l’océan Indien, c’est le monde clos de l’exotisme onirique de l’Occident médiéval, l’hortus conclusus d’un Paradis mêlé de ravissement et de cauchemars ». En effet, là où se heurtent les rêves d’ailleurs et la recherche de nouveaux marchés fructueux se situe le cœur des relations que l’Europe entretient avec les pays orientaux. L’exposition proposée à l’IMA s’en fait l’écho en mêlant les histoires maritimes de différentes régions. « Histoire » est ici à prendre dans toutes ses acceptions. La présentation et l’étude des sources écrites anciennes accompagnent les récits, l’anecdotique, la légende et le conte. Le mobilier archéologique et les manuscrits côtoient des illustrations audio-visuelles aux thématiques exotiques. Les enjeux socio-économiques, enfin, se mêlent à la rêverie.

Fig. 1 : affiche de l’exposition « Aventuriers des mers » présentée à l’IMA de Paris © IMA.
Fig. 1 : affiche de l’exposition « Aventuriers des mers » présentée à l’IMA de Paris © IMA.

Au cours de la visite, l’exposition aborde trois thèmes majeurs : la mer, lieu de dangers et d’exotisme ; les riches pièces d’artisanat échangées dans des circuits commerciaux complexes ; les productions textuelles et cartographiques (fig. 2), sources de savoirs et d’émerveillements. On retrouve dans le sommaire du catalogue de l’exposition (fig. 5) cette tripartition du discours proposé aux visiteurs : « La mer, étrange et redoutable », « Naviguer, une intelligence du monde » et « Marchandises et convoitises ».

Fig. 2 : le golfe Persique représenté sur une carte de l’Arabie, de l’océan Indien et de l’Inde provenant de l’Atlas Miller, chef d’œuvre de la cartographie portugaise du début du XVIe s composé par Lopo Homen, Pedro et Jorge Reinel, Antónion de Holanda (enluminure sur vélin, 1519, Paris, BnF).
Fig. 2 : le golfe Persique représenté sur une carte de l’Arabie, de l’océan Indien et de l’Inde provenant de l’Atlas Miller, chef d’œuvre de la cartographie portugaise du début du XVIe s composé par Lopo Homen, Pedro et Jorge Reinel, Antónion de Holanda (enluminure sur vélin, 1519, Paris, BnF).

« La mer, étrange et redoutable »

Le parcours muséographique nous plonge en premier lieu dans une semi-pénombre et une ambiance d’abysses. Les conservateurs souhaitant impliquer émotionnellement les visiteurs, « cette exposition s’ouvre par une représentation de la mer, de ses mouvements impétueux et ses monstres, réels ou fantasmés. » (Aloudat, Carayon & Giovannoni 2016, p. 13). Les manuscrits présentés mêlent avec habileté les iconographies médiévales occidentales et du monde musulman sur des thèmes communs présents dans les textes religieux. La monstrueuse baleine avalant Jonas côtoie ainsi le chantier titanesque de l’arche de Noé. La première est présentée sous la forme d’une miniature du Jâmi al-tawârîkh (histoire universelle) de Rashîd al-Dîn (« Jonas et la baleine », 1314‑1315, Tabriz, Iran, The Nasser D. Khalili Collection of Islamic Art, Mss 727 folio 59a). Le second apparaît sur une autre miniature, extraite du Fal Nâmeh ou Livre des sorts (Construction de l’arche de Noé, vers 1610-1630, Deccan Inde, The Nasser D. Khalili Collection of Islamic Art, Mss 979 folio 26b). L’oreille du visiteur baigne quant à elle dans une ambiance sonore choisie. Différentes prestations d’acteurs déclamant les récits des aventures de Sindbad, Ibn Jubayr, Zheng He ou Marco Polo sont accompagnées d’une notice biographique claire, mais néanmoins peu dense en terme de contenu.

« Naviguer une intelligence du monde »

Dans un deuxième temps, un espace plus paisible s’ouvre aux visiteurs. Il est surplombé par un luminaire faisant écho aux constellations ayant guidé les marins. Ces derniers sont présentés comme des astronomes, héritiers des acquis de l’époque ptolémaïque. Différentes périodes se mêlent : se côtoient en effet des photographies des années 1930 d’Alan Villiers, un manuscrit d’Al‑Istakhrî daté de 1306-1307, des maquettes de bateaux du XIXe s. aussi variés que le Bandan Safar de Mascate, le Khatira de mer Rouge ou la pirogue à balancier de Ceylan.

Fig. 3 : ancre en pierre taillée d’époque abbasside, Xe s., Proche-Orient ou Iran, 48 x 41 x 8 cm, Paris, Institut du Monde Arabe (photographie de l’auteur).
Fig. 3 : ancre en pierre taillée d’époque abbasside, Xe s., Proche-Orient ou Iran, 48 x 41 x 8 cm, Paris, Institut du Monde Arabe (photographie de l’auteur).

« Marchandises et convoitises »

La seconde salle de l’exposition, plus lumineuse, débute par un encart intitulé « Marchandises et convoitises », le troisième thème discursif abordé par l’exposition. Une vitrine circulaire abrite divers minéraux, épices et matières précieuses échangés le long des voies commerciales maritimes. La présentation est minimaliste, voire un peu sèche. Une carte de provenance de ces denrées aurait pu favoriser la compréhension des réseaux d’échanges tandis que le rôle des cauris, coquillages utilisés comme monnaie des îles de l’océan Indien, aurait gagné à être explicité. En revanche, la carte didactique animée des réseaux d’échanges est efficace, présentant tour-à-tour différentes régions. L’histoire de la Méditerranée aux périodes anciennes y est plus volontiers mise en valeur. La carte du XVIe s. est également centrée sur la Méditerranée. Une présentation des comptoirs et parcours maritimes portugais ou chinois dans l’océan Indien aurait cependant été instructive. Cette carte ne fournit par ailleurs pas assez d’éléments permettant la comparaison des parcours entre la Méditerranée et les régions du Golfe, de la mer Rouge et de la mer d’Arabie.

La seconde partie de cette salle propose deux espaces de circulation autour d’une vitrine centrale. L’espace est ici plus volontiers dédié aux recherches archéologiques et à la culture matérielle. Deux épaves sont mises à l’honneur par la présentation de leur cargaison. L’une est celle du Belitung, qui a fait naufrage en mer de Java au IXe s. Ce navire de construction indo-arabe sombra en revenant de son voyage vers les ports de la Chine méridionale. Il témoigne ainsi d’un commerce à longue distance. L’exposition présente les céramiques chinoises de type Changsha produites dans la région de Guangzhou transportées par le Belitung sous le califat abbasside, principalement au cours des IXe et Xe s. L’autre épave est celle d’Agay échouée au Xe s. dans la rade du port éponyme, dans le Var. Le navire, de tradition andalouse, a été fouillé dans les années 1970.

Une série de vidéos anime la suite du parcours. Byzantium 1200 présente ainsi une reconstitution numérique du port de Théodose en 1200 (en ligne). Des extraits du documentaire Jewel of Muscat (en ligne) mettent en image la navigation et le boutre omanais le Nizwa installé pour l’occasion sur le parvis de l’IMA.

Cette partie de l’exposition s’achève par un projet artistique sous la forme d’un court-métrage, Ibn Battûta ou les ailes du destin, réalisé en 2016 par N. Mora et P. Guinet. Sur un mode proche du conte, il raconte de manière concise les voyages d’Ibn Battûta en reprenant des passages de son ouvrage. Ce théâtre d’ombres, tout en contraste de lumière, reprend avec subtilité l’esthétique des manuscrits médiévaux, par exemple celle des Maqâmât d’al‑Harîrî. Cette production oscille entre un discours artistique et esthétique sur les voyages à l’époque médiévale et une forme d’orientalisme moderne traitant le passé comme une source de rêveries, d’idéal de voyages et d’échanges pacifiques.

Fig. 4 : céramique chinoise destinée au marché musulman, XVIe s., Chine, ht. 18,8 cm, Londres, Furusiyya Art Foundation (photographie de l’auteur).

La dernière salle, intitulée « Le temps des expansions, XVe-XVIIIsiècles », est principalement axée sur les relations et influences artistiques entre chrétiens et musulmans selon les mécanismes du commerce et les mouvements de population. À travers l’artisanat, sont abordés la présence portugaise en Inde, les adaptations des céramiques chinoises au marché musulman (fig. 4) et la chaîne d’influences et d’imitations des porcelaines chinoises bleu et blanc, depuis le golfe Persique jusqu’aux productions d’al-Andalous.

À l’extrémité de la salle, des extraits de deux documentaires traitant de la culture comorienne et de Zanzibar recueillent les analyses d’anthropologues. Intitulés Comores, le chant de la mer. Entretien avec D. b. Ali et Zanzibar, au carrefour du monde. Entretien avec A. Sheriff, ils ont été réalisés par C. Coulange entre 2008 et 2014. Ils soulignent non seulement le lien fort que ces cultures entretiennent avec la mer, mais également l’influence du commerce international ancien en mer Rouge, en Iran et en Oman. La présence des navigateurs reflète alors les rapports de force dans la région à différentes époques. L’évocation du commerce des esclaves, sous la forme d’une unique photographie, est extrêmement discrète (« Bateau d’esclaves à Zanzibar » vers 1880, tirage récent, Greenwich, National Maritime Museum E9085).

Enfin, la dernière partie de l’exposition, « Les prémices d’un nouveau monde », évoque très rapidement la fin des monopoles régionaux et l’arrivée massive des puissances européennes dans l’océan Indien.

Fig. 5 : première de couverture du catalogue de l’exposition Aventuriers des mers, VII<sup>e</sup>-XVII<sup>e</sup> siècle. De Sindbad à Marco Polo, Méditerranée-Océan Indien (Gille &amp; Massot 2016) ; l’illustration est issue d’une miniature du Sefer Nâmeh, le récit de voyage de Nâsir Khusraw (encre, gouache et or sur papier, 1450-1500, Inde, Londres, collection Bashir Mohamed).
Fig. 5 : première de couverture du catalogue de l’exposition Aventuriers des mers, VIIe-XVIIe siècle. De Sindbad à Marco Polo, Méditerranée-Océan Indien (Gille & Massot 2016) ; l’illustration est issue d’une miniature du Sefer Nâmeh, le récit de voyage de Nâsir Khusraw (encre, gouache et or sur papier, 1450-1500, Inde, Londres, collection Bashir Mohamed).

En terminant ce parcours, la visite nous invite à « briser le miroir, prendre le large : l’histoire continue l’aventure » (Boucheron 2016, p. 21). Cette exposition remplit une grande partie de ses objectifs en permettant au visiteur d’appréhender différents aspects de l’héritage maritime oriental, en particulier les techniques de navigation, les routes de commerce ou les échanges culturels qui ont contribué au développement technique et artistique des peuples de ce vaste espace maritime. À travers la présentation d’artefacts anciens et de créations audiovisuelles, l’évènement apporte au plus grand nombre une expérience plaisante que complète le catalogue de l’exposition (fig. 5). Complet et pertinent, il présente des objets variés, depuis les exceptionnelles enluminures des manuscrits jusqu’au mobilier archéologique.

Bibliographie

Agius D., Classic ships of Islam: from Mesopotamia to the Indian Ocean, Boston, 2008.

Aloudat N., Carayon A. & Giovannoni V., « Raconter des histoires. Le propos des commissaires », Gille. J. & Massot S. (éd.), Aventuriers des mers, VIIe-XVIIe siècle. De Sindbad à Marco Polo, Méditerranée – Océan Indien, Vanves, 2016, p. 13‑20.

Beaujard Ph., Les mondes de l’océan Indien. Tome 2 : L’océan Indien, au cœur des globalisations de l’Ancien Monde (7ème-15ème siècle), Paris, 2012.

Boucheron P., « Briser le miroir, prendre le large », Gille. J. & Massot S. (éd.), Aventuriers des mers, VIIe-XVIIe siècle. De Sindbad à Marco Polo, Méditerranée – Océan Indien, Vanves, 2016, p. 21‑27

Gille. J. & Massot S. (éd.), Aventuriers des mers, VIIe-XVIIe siècle. De Sindbad à Marco Polo, Méditerranée – Océan Indien, Vanves, 2016.

Le Goff J., « L’Occident médiéval et l’océan Indien : un horizon onirique », in Pour un autre Moyen Âge. Temps, travail et culture en occident : 18 essais, Paris, [1970] 1977 p. 280‑299.

Nizan P., Aden Arabie, Paris, 2002.

Rashard Kh. O., Sailing Ships of the Mediterranean Sea and the Arabian Gulf, vol.2, Athènes, 2000.

Rougeulle A., « Golfe Persique et mer Rouge : notes sur les routes de la céramique aux Xe-XIIe siècles », TAOCI : revue annuelle de la Société française d’étude de la céramique orientale, 2005, p. 41‑51.

Vagnon E. & Vallet E., La fabrique de l’océan Indien. Cartes d’Orient et d’Occident (Antiquité-XVIe siècle), Paris, 2016.

Pour citer ce billet

Rémi Perrogon, « Les « Aventuriers des mers » de l’océan Indien à la Méditerranée (VIIe-XVIIe s.). Compte-rendu d’exposition », Le carnet   de la MAFKF. Recherches archéologiques franco-koweïtiennes de l’île de Faïlaka (Koweït), 23 février 2017. [En ligne] https://mafkf.hypotheses.org/1550

 

 


Rémi Perrogon

Rémi Perrogon est étudiant en master 1 d’Archéologie de l’islam à l’université Paris 1 Panthéon Sorbonne. Il travaille sur Les infrastructures portuaires de la côte nord du Golfe Persique du 9ème au 12ème siècle. Son mémoire de master 1, dirigé par Alastair Northedge, porte sur la navigation dans l’Océan Indien aux périodes médiévales, et plus particulièrement sur les zones portuaires du Golfe Persique de la période abbasside. Riche de son expérience archéologique en France, il participera en 2017 à la Mission archéologique franco-ouzbèke dans l’Oasis de Boukhara sous l’égide du Département des Arts de l’Islam du Louvre. Il est membre actif et vice-trésorier de l’association Routes de l’Orient.

More Posts

Une réflexion sur « Les «Aventuriers des mers» de l’océan Indien à la Méditerranée (VIIe-XVIIe s.). Compte-rendu d’exposition »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *