Conservation de la forteresse hellénistique de Faïlaka (Koweït) : problématiques et méthodologie d’intervention

La conservation de la forteresse hellénistique de Faïlaka pose des problèmes complexes liés à la fragilité des matériaux constructifs, aux interventions successives de nombreuses équipes ou encore au manque de protection et d’entretien des vestiges. La Mission archéologique franco-koweïtienne de Faïlaka (MAFKF) a dû s’adapter à ce contexte particulier pour élaborer une méthodologie d’intervention appropriée et efficace.

Problématiques : préservation et présentation du site

Parallèlement au travail archéologique proprement dit, la préservation actuelle de la forteresse constitue une problématique primordiale pour la MAFKF, qui nécessite de prendre en compte ses caractéristiques intrinsèques, liées à ses contextes historiques, constructifs et archéologiques. L’importance historique de ce site majeur appelle la conservation de cet ensemble architectural (Gelin  2012, 2013, 2014 & sous presse). Fondée sous le règne d’Antiochos Ier vers le début du IIIe siècle av. n. è et occupée jusqu’au Ier siècle de. n. è., cette place forte est un quadrilatère d’une soixantaine de mètres de côté entouré d’un fossé édifié en pierres. Elle est construite à l’aide de matériaux fragiles et sensibles aux intempéries (briques de terre crue et grès marin maçonnés au mortier de terre). Par ailleurs, la fouille archéologique a eu un impact direct sur les problèmes actuels. De 1958 à 2009, la forteresse a en effet été partiellement dégagée par de multiples équipes internationales (voir sur le blog de la MAFKF) dont les travaux ont modifié et complexifié la topographie originelle du site. En effet, la plupart d’entre eux n’ont pas été parachevés par un rebouchage des zones étudiées ou une protection des vestiges. Ils n’ont pas non plus été accompagnés d’une réflexion portant sur la gestion des déblais de fouilles et leurs possibles incidences sur le drainage global du site. Ces manquements ont en grande partie entraîné les problèmes actuels de conservation.

Une seconde problématique essentielle concerne la future présentation de la forteresse au public. Ce dessein est pris en compte dans chacune des démarches de conservation, puisqu’il dicte nos décisions depuis le choix des vestiges à mettre en valeur jusqu’à la sélection des matériaux utilisés. Le manque de gestion en matière de préservation depuis le début des travaux archéologiques a des conséquences directes sur ces questions actuelles. En effet, des vestiges datant de la création de la forteresse jusqu’à son abandon apparaissent aujourd’hui simultanément, brouillant la compréhension distincte des édifices et des phases d’occupation. À cela s’ajoute la présence de nombreux sondages archéologiques non rebouchés, perturbant la présentation d’ensemble. Il en résulte une lisibilité et une compréhension difficiles du site, ainsi qu’une circulation compliquée pour les visiteurs (fig. 1). Constatant ces problèmes, la MAFKF s’est donné pour objectif de freiner la dégradation de la forteresse et de rendre, à terme, sa visite plus didactique. Ainsi son programme de conservation est fondé, d’une part sur l’étroite collaboration scientifique entre archéologues et architectes, afin de convenir ensemble des priorités à la fois historiques et techniques, d’autre part sur la sensibilisation des acteurs locaux et la formation aux bonnes pratiques de préservation patrimoniale.

Fig. 1 La forteresse hellénistique de Faïlaka en 2013 après de fortes pluies : forts ruissellements, stagnation d’eau engendrant de la future végétation et des effondrements (H. Al Mutairi, DAMK 2013).
Fig. 1 La forteresse hellénistique de Faïlaka en 2013 après de fortes pluies : forts ruissellements, stagnation d’eau engendrant de la future végétation et des effondrements (H. Al Mutairi, DAMK 2013).

Méthodologie d’intervention pour la préservation du site en vue de sa mise en valeur

Bien que la forteresse soit fouillée depuis la fin des années 50, ce n’est que récemment que les archéologues se préoccupent des modalités de sa préservation. C’est notamment grâce à la création en 2011 de la MAFKF qu’un programme préventif a pu débuter et que les pratiques de conservation ont été systématisées par les archéologues eux-mêmes. En second lieu, depuis 2012, un membre de l’équipe se consacre spécifiquement aux problématiques de conservation en contexte archéologique (Dr. M. Bendakir et M. Imbert en 2012, puis Arch. E. Devaux de 2013 à 2016). Un programme d’intervention stratégique, combinant fouille archéologique et programme de conservation, a ainsi pu se mettre en place. Il se concentre prioritairement sur les secteurs explorés par la MAFKF et, lorsque cela est possible, sur les zones antérieurement dégagées. Ce programme est régi par une méthodologie appropriée aux contraintes spécifiques du site, notamment par l’emploi de matériaux identiques aux usages antiques. Il se déroule en quatre phases : étude documentaire, analyses et expérimentations, formation et, enfin, mise en place d’une stratégie de conservation programmée.

La première phase a consisté en une étude documentaire, dont les éléments continuent d’être mis à jour lors de chaque campagne. Tout d’abord, un fonds photographique et graphique a été établi afin de rendre compte de l’état des lieux sanitaire de la forteresse. Ainsi, depuis 2011, chaque action de protection réalisée est située sur ces documents, afin de garder précisément leur trace avant et après nos interventions et d’évaluer leur efficacité. Depuis 2012, l’évolution de l’état de conservation du site et des menaces qui pèsent sur lui est précisément suivie grâce à un recensement des structures effondrées et en danger, ainsi qu’à un plan figurant les zones d’écoulement et de stagnation des eaux pluviales. Depuis 2015, cette documentation est complétée par des relevés photogrammétriques des vestiges (fig. 2), notamment avant leur rebouchage. Les facteurs et processus de dégradation ont par ailleurs été identifiés. Ils sont naturels (érosion éolienne et pluviale) ou humains (fouille archéologique et restauration inappropriée). Cette expertise globale nous a permis de poser les grandes lignes de notre programme de conservation. Notre stratégie est fondée sur une méthodologie d’intervention d’urgence, toujours à caractère réversible, dont les impactes sont de plusieurs degrés : protection, préservation, entretien, conservation et consolidation. Un échantillonnage des techniques et matériaux qui pourraient être préconisés pour la restauration de l’ensemble de la forteresse a ainsi pu être effectué.

Fig. 2 : Relevé photogrammétrique (orthophoto et coupe) du puits dégagé dans les années 60 par la Danish Archaeological Expedition to Kuwait après nettoyage par la MAFKF en 2016 et avant consolidation et rebouchage (E. Devaux, 2016).
Fig. 2 : Relevé photogrammétrique (orthophoto et coupe) du puits dégagé dans les années 60 par la Danish Archaeological Expedition to Kuwait après nettoyage par la MAFKF en 2016 et avant consolidation et rebouchage (E. Devaux, 2016).

La deuxième phase comporte une série d’expérimentations continues, en laboratoire ou sur le site. Les protocoles doivent être souvent réadaptés car il est compliqué de constamment disposer sur l’île d’une terre aux propriétés optimales. Par ailleurs, nous améliorons sans cesse nos techniques de préservation qui sont nécessairement réévaluées chaque année. Les expérimentations de type « laboratoire » consistent en des tests de matériaux tels que l’analyse granulométrique par sédimentation des terres disponibles, suivie de tests isolés d’enduits in situ. Des expérimentations à plus grande échelle sont effectuées directement sur les vestiges et comportent plusieurs catégories. Tout d’abord, les interventions d’urgence peuvent être de différents types et degrés : protections provisoires ponctuelles (bâches en nylon) et annuelles (géotextile recouvert de sable et terre), assainissements (dégagements de la végétation et des effondrements), rebouchages d’anciens sondages avec marqueurs, renforcements et étayages (sacs de sable, petites structures en bois, moellons de terre cuite), systèmes de drainage (murets réorientant et évacuant les eaux pluviales hors du site, fig. 3), consolidations de murs (mortier de terre).

Fig. 3 : Système de drainage et d’évacuation de l’eau en surface à l’aide de murets de réorientation construits en pierres et en terre (Y. Guichard, DAMK 2009).
Fig. 3 : Système de drainage et d’évacuation de l’eau en surface à l’aide de murets de réorientation construits en pierres et en terre (Y. Guichard, DAMK 2009).

Ensuite, une intervention test de consolidation a été conduite sur un édifice complet, la tour nord (tour 2). Depuis sa réfection en 2014, elle n’a comme seule protection qu’un enduit de terre, qui est chaque année partiellement rénové, si nécessaire (fig. 4). À ce jour, ce test à grande échelle a été concluant puisque l’enduit sacrificiel de terre joue pleinement son rôle : il est le seul à être abimé par les intempéries tandis que la maçonnerie d’origine est préservée. Enfin, la dernière catégorie d’intervention, débutée en 2015, consiste à « dé-restaurer » du ciment blanc appliqué sur de nombreuses maçonneries dans les années 1980. Ce matériau, non compatible avec les usages antiques, a engendré d’importants désordres structurels. Nos actions n’interviennent néanmoins qu’en contexte d’urgence, lorsque le mur est mis en danger par ce ciment. Ainsi, en 2016, de nombreux joints au ciment blanc se sont désolidarisés des maçonneries du temple A, le monument le plus connu de la forteresse et du Koweït. Les infiltrations d’eau endommageant alors le cœur des structures, nous avons entrepris de rejointoyer les murs au mortier de terre, tels qu’ils devaient être à l’origine.

Fig. 4 : La tour nord : en haut en 2014 avant et après sa réfection à l’aide d’un mortier de terre laissé à nu ; en bas en 2015 où seule une légère reprise a été nécessaire, tout comme en 2016.
Fig. 4 : La tour nord : en haut en 2014 avant et après sa réfection à l’aide d’un mortier de terre laissé à nu ; en bas en 2015 où seule une légère reprise a été nécessaire, tout comme en 2016.

La troisième phase a débuté en 2013 : des opérations théoriques et pratiques visent à sensibiliser les autorités locales (Direction des Antiquités et des Musées du Koweït) aux bonnes pratiques de conservation patrimoniale. Ainsi, une visite permet tout d’abord d’exposer les intérêts historiques et scientifiques de la forteresse, mettant en exergue la nécessité de le protéger. Sont ensuite présentés des exemples de restitutions et de restaurations effectuées sur d’autres sites. Par ailleurs, des ouvriers, à l’origine non spécialisés dans la fouille ou la restauration, sont également sensibilisés et formés spécifiquement aux techniques de conservation. Les plus compétents sont désignés pour superviser de petits groupes d’intervention, encadrés de manière constante par les membres de la mission (fig. 5). L’objectif est de constituer une équipe pérenne de superviseurs opérationnels dès l’ouverture des chantiers et de pouvoir proposer au National Council for Culture, Arts and Letters du Koweït (NCCAL) du personnel qualifié pour prendre en charge l’entretien annuel du site.

Fig. 5 : Plan des tâches à effectuer en autonomie par les ouvriers formés à la conservation par la MAFKF (J. Humbert, E. Devaux, 2014).
Fig. 5 : Plan des tâches à effectuer en autonomie par les ouvriers formés à la conservation par la MAFKF (J. Humbert, E. Devaux, 2014).

La quatrième et dernière phase est la mise en place d’une stratégie de conservation programmée, afin de coordonner la mise en valeur finale de la forteresse pour sa présentation au public. D’une part notre projet de conservation a atteint une phase clef de son déroulement. Pour rester viable, une planification et une gestion à long terme sont nécessaires. La majorité des problèmes techniques et freins ont été identifiés et nos objectifs sont clairs concernant les zones de travail de la MAFKF (Gelin sous presse). Depuis 2015, nous avons pu obtenir le matériel professionnel nécessaire à un travail de meilleure qualité (bétonnière, citerne d’eau, livraison de sable et terre, tractopelle pour évacuer les déblais, outils spécifiques aux travaux de maçonnerie et restauration), autorisant une véritable évolution technique. D’autre part, le Koweït a déposé une candidature auprès de l’UNESCO en vue de l’inscription de la forteresse sur la Liste du patrimoine mondial. Cette volonté d’inscription sur la liste indicative nationale devrait logiquement appeler un véritable programme pérenne de gestion et conservation. Dans ce cadre, nous pourrions poursuivre nos activités et renforcer nos diverses capacités d’action, aussi bien en matière de sensibilisation et formation que d’interventions techniques en vue de la restauration complète de la forteresse hellénistique. Cela nécessiterait la constitution d’une équipe stable, comme aujourd’hui composée d’archéologues, d’architectes et de conservateurs, mais également de maçons spécialisés formés et expérimentés.

En conclusion, les résultats probants obtenus sont particulièrement encourageants : nos expérimentations apportent chaque année des résultats plus performants, nous permettant d’évoluer sur de nouveaux secteurs sans avoir à rectifier nos mises en œuvre antérieures. Ces réussites sont en grande partie dues à notre maîtrise grandissante du contexte structurel de la forteresse, ainsi qu’à la formation d’ouvriers de plus en plus qualifiés et qui, grâce à l’acquisition de matériel optimal, peuvent mettre en œuvre tout leur savoir-faire. Afin de parfaire notre engagement, la gestion et la planification sur le long terme, accompagnées d’une véritable politique de conservation à l’échelle locale seront les clefs indispensables à la pérennité des mesures conservatoires mises en œuvre.

Bibliographie

Bendakir M., Les vestiges de Mari. La préservation d’une architecture millénaire en terre, Paris, 2009.

Devaux E., « Préservation de la forteresse hellénistique de Faïlaka : premiers pas et solutions d’urgence », Les Carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient (Hypotheses.org), 23 octobre 2014. [En ligne] http://ifpo.hypotheses.org/6231.

Devaux E., « Conservation et mise en valeur de la forteresse d’Ikaros », Pré-actes du Congrès mondial Terra 2016, à paraître.

Feilden B.-M. & Jokilehto J., Guide de gestion des sites du patrimoine culturel mondial, Rome, 1996.

Gelin M., « De retour de mission… Faïlaka au Koweït 4. L’établissement hellénistique », Les Carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient (Hypotheses.org), 1er juillet 2016. [En  ligne] http://ifpo.hypotheses.org/7321.

Gelin M., « De retour de mission… Faïlaka au Koweït 3. La forteresse hellénistique », Les Carnets de l’Ifpo, La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient, 16 juillet 2014. [En ligne] http://ifpo.hypotheses.org/6123.

Gelin M., « De retour de mission… Faïlaka au Koweït 2 », Les Carnets de l’Ifpo, La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient, 18 mars 2013. [En ligne] http://ifpo.hypotheses.org/4929.

Gelin M., « De retour de mission… Faïlaka au Koweït 1 », Les Carnets de l’Ifpo, La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient, 26 janvier 2012. [En ligne] http://ifpo.hypotheses.org/2908.

Gelin M., « The Hellenistic settlement in Failaka-Ikaros Island. New research of the Kuwaiti-French archaeological mission », in actes du colloque Kuwait through the ages, through monumental witnesses and historical sources, Koweït, sous presse.

Houben H. & Guillaud H., Traité de construction en terre, Marseille, 1995.

Pour citer ce billet

Emmanuelle Devaux, « Conservation de la forteresse hellénistique de Faïlaka (Koweït) : problématiques et méthodologie d’intervention », Le carnet de la MAFKF. Recherches archéologiques franco-koweïtiennes de l’île de Faïlaka (Koweït), 07 juin 2017. [En ligne] https://mafkf.hypotheses.org/1614


Emmanuelle Devaux

Emmanuelle Devaux est architecte DPLG, diplômée du DSA-Terre de Craterre et chercheur associée à l’Ifpo. Ses spécialités sont l’expertise et la recherche en architecture et archéologie ainsi que la conservation des sites archéologiques et patrimoniaux (Égypte, France, Irak, Jordanie, Koweït, Liban, Mali, Ouzbékistan, Syrie). Elle est co-responsable, avec Dr. M. Gelin, du programme de restauration de la forteresse hellénistique de Faïlaka-Ikaros pour la Mission archéologique franco-koweïtienne de Faïlaka (MAFKF).

More Posts - Website

Une réflexion sur « Conservation de la forteresse hellénistique de Faïlaka (Koweït) : problématiques et méthodologie d’intervention »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *