Entre enquête scientifique et imagination : produire une image tridimensionnelle de l’église d’al-Qusur (Faïlaka, Koweït)

Une restitution 3D de l’église monumentale d’al-Qusur (île de Faïlaka, Koweït) a été produite dans le cadre de la Mission archéologique franco-koweïtienne de Faïlaka (MAFKF) afin d’en fournir une vision en volume la plus réaliste possible et de disposer d’un support pour la diffusion scientifique. Sur l’île koweïtienne de Faïlaka, le site d’al-Qusur a livré deux églises au centre d’un monastère. Si sa fondation est encore mal datée, la MAFKF a montré que cet établissement avait subsisté jusqu’aux débuts de l’Islam. L’église qui nous intéresse ici est située à l’ouest de la seconde, beaucoup plus petite et plus simple (nef unique donnant accès à un sanctuaire quadrangulaire). Construite en briques crues, l’église occidentale n’est pas conservée en élévation (fig. 1). Ce mauvais état de conservation rend donc difficile la visualisation de l’édifice en volume. Afin de donner une idée de son aspect d’origine au moment où il était utilisé comme lieu de culte, il fallait compléter les éléments manquants, en particulier en élévation. Ce billet présente le processus de restitution 3D de l’église, entre enquête scientifique et imagination. La recherche étant encore en cours sur le site d’al-Qusur et sur son église, cette restitution est provisoire.

Exploitation des données de terrain

Pour restituer le bâtiment d’origine, il était nécessaire de recueillir le plus d’indices possible sur le bâtiment cultuel d’al-Qusur et son environnement. Cette église a été fouillée en 1988 et 1989 (V. Bernard, O. Callot & J.-F. Salles) puis, après la guerre du Golfe, en 2007 (O. Callot, J.-E. Prost, F. Salles & B. Renoult). Les résultats des travaux de la Mission française de Koweït n’ont pas été publiés en détail mais sous la forme d’articles préliminaires. N’ayant pu suivre de près les travaux archéologiques et ne disposant pas d’une synthèse globale, j’ai dû rassembler toute la documentation de terrain disponible : carnets de fouille, photos (fig. 1) et relevés architecturaux (plan et coupes). Les dessins d’Olivier Callot, conservés dans les archives sous forme de copies de minutes, ont été assemblés afin d’obtenir l’ensemble du plan de l’édifice, ensuite mis au net (fig. 2).

Fig. 1 : Collatéral sud et partie sud du narthex de l'église monumentale d'al-Qusur, depuis l'ouest (NCCAL/DAM 2007).
Fig. 1 : Collatéral sud et partie sud du narthex de l’église monumentale d’al-Qusur, depuis l’ouest (NCCAL/DAM 2007).

Sur la base de cette première documentation, le plan de l’église présente un narthex ouvrant sur une nef centrale et deux collatéraux nord et sud. Chacun des collatéraux mène à une annexe cruciforme. Par l’intermédiaire de quatre marches, la nef centrale conduit à un sanctuaire presque carré doté d’un renfoncement dans le mur oriental. Au sud-est de l’église, une dépendance est accessible depuis l’annexe sud. Outre le plan de l’église, il a été possible de reconstituer non seulement la couverture en plâtre des sols et des murs et les portes de la nef à double-battants, mais également d’estimer l’emplacement d’origine des stucs (fig. 2), à partir de leur lieu de découverte, et la hauteur des murs, à partir de leurs effondrements. Néanmoins, certains éléments architecturaux, comme les structures en bois, les fenêtres et la toiture, n’étaient pas préservés.

Fig. 2 : Plan de l’église monumentale (A1), monté à partir des minutes d’Olivier Callot, avec ses annotations et une restitution de l’emplacement de découverte des stucs (C. Raad © MAFKF).
Fig. 2 : Plan de l’église monumentale (A1), monté à partir des minutes d’Olivier Callot, avec ses annotations et une restitution de l’emplacement de découverte des stucs (C. Raad, MAFKF 2016).

Comparaisons avec d’autres sites régionaux

Des comparaisons avec d’autres églises de la région, plus ou moins contemporaines de celle d’al-Qusur et présentant un plan similaire, ont permis de proposer une restitution des élévations. Dans le Golfe, trois autres églises, découvertes à Kharg (Iran), Akkaz (Koweït), Sir Bani Yas (UAE) présentent également un narthex ouvrant sur trois vaisseaux et se terminant par un sanctuaire flanqué de deux annexes. L’église de Kharg est la mieux conservée et son élévation a pu être restituée à partir de découvertes archéologiques. Les autres églises, moins bien préservées, n’ont pas pu être restituées. En élargissant le champ des recherches à la région mésopotamienne, il apparaît que les églises d’Ain Sha’ia et al-Hira ont également un plan relativement similaire. Les églises de Bazyan et Qasr Serij (près de Mossoul) peuvent quant à elles apporter des renseignements sur les modes de construction de l’époque.

L’étape de la comparaison consiste à montrer les degrés de similarité entre ces églises et celle d’al-Qusur. Les analogies servent d’indices pour restituer des parties manquantes de l’édifice (fig. 3). Les comparaisons avec le site de Kharg sont les plus fructueuses et permettent par exemple de supposer l’existence d’une coupole. En effet, tandis qu’aucun vestige n’en a été découvert à al-Qusur, des fragments de plâtre dans le chœur carré de l’église de Kharg et des empreintes d’armatures de roseau dans l’angle sud-ouest ont permis aux archéologues de postuler l’existence d’une coupole. Le sanctuaire de l’église d’al-Qusur présente un plan carré dans lequel pourrait s’inscrire une coupole similaire à celle de Kharg. Une coupole a donc été restituée du fait de la proximité architecturale, culturelle, historique et géographique des deux églises. Elle reste néanmoins tout à fait hypothétique.

Restitution graphique

À partir des hypothèses de restitution basées sur les données de fouilles et les comparaisons, il a été possible de proposer une image en élévation et tridimensionnelle de l’église. L’élévation des structures a été réalisée sur Autocad à partir du plan en 2D de l’église. J’ai ainsi obtenu une vue axonométrique. Afin de rendre la 3D réaliste (fig. 3), le rendu a été travaillé grâce à la pose des textures (plâtre pour les couvertures et bois pour les portes), le réglage de la lumière du soleil (géolocalisation possible et réglage de l’heure) et des ombres.

Fig. 3 : Restitution 3D avec rendu de l’église d’al-Qusur. (C. Raad © MAFKF).
Fig. 3 : Restitution 3D avec rendu de l’église d’al-Qusur. (C. Raad, MAFKF 2017).

L’église d’al-Qusur ne peut être coupée de son environnement et de son contexte archéologique. Cependant, les informations disponibles ne sont pas encore suffisantes pour une restitution. Aujourd’hui, l’église se situe dans un milieu désertique et peu arboré, mais des études environnementales et géoarchéologiques permettront bientôt de restituer l’environnement naturel d’origine de l’édifice. La restitution devra intégrer également les nombreux bâtiments qui entourent l’église. Les travaux de terrain de la MAFKF ont permis de mettre au jour différents édifices qu’il faudra insérer dans la restitution une fois leur étude achevée. En l’état des connaissances, nous ne pouvons proposer qu’une restitution 3D dans un environnement neutre.

Concernant l’intérieur de l’église, des prises de vue ont été réalisées à l’aide de caméras placées et orientées « manuellement » sur Autocad en jouant avec la lumière du jour afin de travailler le rendu (fig. 4). La restitution 3D des décors en stuc est en cours (fig. 5). Ils seront ensuite placés dans le collatéral sud de l’église où ils furent découverts.

Fig. 4 : Rendu 3D de l’intérieur de la nef centrale de l’église d’al-Qusur sans les décors en stuc (C. Raad © MAFKF).
Fig. 4 : Rendu 3D de l’intérieur de la nef centrale de l’église d’al-Qusur sans les décors en stuc (C.Raad, MAFKF 2017).
Fig. 5 : Restitution 3D d’un décor mural en stuc provenant de l’église d’al-Qusur (C. Raad © MAFKF).
Fig. 5 : Restitution 3D d’un décor mural en stuc provenant de l’église d’al-Qusur (C. Raad, MAFKF 2017).

La restitution proposée n’est pas définitive et continuera d’évoluer en parallèle des recherches scientifiques sur l’église d’al-Qusur. En outre, de nouvelles découvertes sur les églises du Golfe et sur leur liturgie modifieront certainement cette restitution et permettront de la compléter. Par ailleurs nos connaissances de l’environnement, à la fois naturel et architectural, de l’église devraient bientôt se développer grâce aux prochaines campagnes de la MAFKF. Les restitutions ne sont pas des modèles figés mais doivent être des propositions amenées à évoluer. C’est dans cette optique que j’ai appréhendé la restitution de l’église d’al-Qusur. À terme, elle sera complétée de son décor en stuc, mais également intégrée dans une restitution plus large du centre d’al-Qusur. D’autres bâtiments en cours de fouille, comme le réfectoire, seront ajoutés, fournissant ainsi une vision complète du complexe ecclésiastique.

Pour conclure, la restitution de l’église d’al-Qusur illustre l’utilité, pour la recherche scientifique, de recourir aux nombreux logiciels d’architecture ou de modélisation 3D, payants ou en accès libre, qui se développent aujourd’hui. Nous vivons à une époque où l’image numérique évolue très rapidement. L’immersion totale dans la réalité virtuelle avec une vision à 360°, souvent interactive, se développe dans divers domaines artistique, culturel et scientifique. Il devient possible de visiter des monuments sans se déplacer, ce qui s’avère essentiel pour les bâtiments historiques détruits par la guerre comme à Palmyre et Ebla ou lentement dégradés par de nombreux visiteurs comme à Pompéi. De plus, les nouvelles technologies sont des outils essentiels à la restitution et à la diffusion des données archéologiques. Il serait donc utile d’approfondir les recherches sur la restitution afin d’établir une méthodologie la plus scientifique possible et qui pourrait être appliquée dès les fouilles par les archéologues. Par exemple, la photogrammétrie pourrait être plus souvent employée et servirait ainsi de base aux restitutions. Les vestiges architecturaux en 3D peuvent en effet être complétés sur des logiciels de modélisation (3ds Max, Blender, etc.). À al-Qusur, cette méthode sera mise en pratique lors des prochaines missions sur des bâtiments mieux conservés tel que le réfectoire.

Bibliographie

Bernard V., Callot O., Salles J.-F., « L’église d’al-Qousour Failaka, état de Koweit », Arabian Archaeology and Epigraphy, 3, 1989, pp. 145-181.

Bonnéric J., Al‑Quṣūr, a Christian Monastery in Failaka Island (Kuwait). An archaeological and historical guide book, Koweït, sous-presse.

Callot O., Salles J.-F., « Les églises antiques de Koweït et du Golfe Persique », in Briquel-Charonnet F. (dir.), Les églises en monde syriaque, Paris, 2013, pp. 337-268.

Elders J., « The lost churches of the Arabian Gulf: recent discoveries on the islands of Sir Bani Yas and Marawah, Abu Dhabi Emirate, United Arab Emirates », Proceedings of the Seminar for Arabian Studies, 31, Londres, 2001, pp. 47-57.

Gachet-Bizollon J., Le Tell d’Akkaz au Koweït, Lyon, 2011.

Golvin J.-C., « Restitution of the invisible : la restitution de l’image des villes antiques; le problème de la restitution des parties non visibles », in Vergineux R. & Delevoie C. (éd.), Virtual Retrospect, Actes du colloque, Biarritz, 6-7 novembre 2003, Bordeaux, 2004, pp. 39-43.

Steve M.-J., L’ île de Khārg: une page de l’histoire du Golfe Persique et du monachisme oriental, Neuchâtel, 2003.

King G. R. D., « A Nestorien monastic settlement on the island of Ṣīr Banī Yās, Abu Dhabi: a preliminary report », Bulletin of the School of Oriental and African Studies, University of London, 60, 1997, pp. 221-235.

Lic A., « Why Study Stucco? The Importance of Stucco Decorations for Christian Communities of the Gulf in the Early Islamic Period », Le carnet de la MAFKF. Recherches archéologiques franco-koweïtiennes de l’île de Faïlaka (Koweït), 19 janvier 2016. [En ligne] https://mafkf.hypotheses.org/1506

Okada Y., « Ain Sha’ia and the early Gulf churches: an architectural analogy », Al-Rāfidān, 8, 1992, pp. 87-94.

Pour citer ce billet

Catherine Raad, « Entre enquête scientifique et imagination : produire une image tridimensionnelle de l’église d’al-Qusur (Faïlaka, Koweït) », Le carnet de la MAFKF. Recherches archéologiques franco-koweïtiennes de l’île de Faïlaka (Koweït), 28 septembre 2017. [En ligne] https://mafkf.hypotheses.org/1680


Catherine Raad

Catherine Raad est diplomée en archéologie de l'Université Paris 1 Panthéon Sorbonne (Paris, France). Son sujet de maîtrise portait sur l'étude architecturale et la restitution tridimensionelle de l'église monumentale d'al-Qusur (Faïlaka, Koweït ), où elle a travaillé pendant deux ans en tant que dessinatrice. Son sujet de Master 2 portait sur un édifice à piliers de l'âge du fer du site d'Adam en Oman qu'elle a étudié sur le terrain dans le cadre de la Mission (Mission Archéologique Française en Oman Central). Elle travaille depuis 2012 sur le site romano-byzantin d'Ej-Jaouzé au Liban et a participé aux fouilles du centre ville de Beyrouth. Elle se spécialise actuellement en architecture antique à l'Université de Strasbourg (Master 2 Pro Architecture and Archéologie, ENSAS et Université des Sciences Historiques, Strasbourg). Ses centres d'intérêt sont l'architecture en briques crues et les bâtiments cultuels, le dessin architectural et la restitution 3D.

More Posts

Une réflexion au sujet de « Entre enquête scientifique et imagination : produire une image tridimensionnelle de l’église d’al-Qusur (Faïlaka, Koweït) »

  1. Article très intéressant. Richement illustré, avec de superbes rendus 3D. L’ auteure offre une vision futuriste et moderne de l’archéologie, bien plus à la portée du grand public. C’est un très beau travail.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *