Yallah Faïlaka ! Mission archéologique franco-koweïtienne – 2017

Du 19 octobre au 4 décembre 2017, la Mission archéologique franco-koweïtienne de Faïlaka sera principalement consacrée à la publication finale des campagnes 2011 à 2017, à l’achèvement de la fouille engagées sur les sites de Tell Sa’id et d’al-Qusur et à l’étude du matériel découvert. Débuteront, d’une part, le dessin des figurines du Musée national de Koweït, qui illustrera le catalogue, et, d’autre part, une étude géomorphologique de l’île. La partie française de l’équipe sera composée de six archéologues, deux céramologues, trois dessinateurs, une architecte et deux géomorphologues (fig. 1). Fruit d’une coopération entre le National Council for Culture, Arts and Letters du Koweït et l’Institut français du Proche-Orient, la MAFKF collabore, au Koweït, avec le Centre français d’archéologie et de sciences sociales, l’Institut français et l’Ambassade de France. Elle a bénéficié du mécénat de Total Kuwait et de la Fondation Total de 2012 à 2016. Elle accorde un intérêt particulier à la valorisation auprès du public et certains de ses membres diffuseront ses travaux à Dar al-Athar al-Islamiyyah, à l’université de Koweït et à l’Institut français. Des visites sur site sont également prévues.

Fig. 1 : l’équipe de la Mission archéologique franco-koweïtienne de Faïlaka durant la campagne 2017.
Fig. 1 : l’équipe de la Mission archéologique franco-koweïtienne de Faïlaka durant la campagne 2017.

Al-Qusur

La première phase du programme de la MAFKF sur le site d’al-Qusur est en cours de publication. Les objectifs définis en 2011, portant principalement sur la datation du site et la définition de sa nature, ont été atteints. D’une part, l’étude de la céramique et du phasage des constructions a montré que le site était occupé de manière continue jusqu’au IXe s. D’autre part, un réfectoire, découvert par la mission, atteste la nature monastique du site, au moins dans sa partie centrale. En parallèle du travail de mise au net, de compilation des bases de données, de complétion de la documentation ou encore de rédaction des chapitres, la campagne 2017 sera l’occasion de conclure la fouille d’un bâtiment de production alimentaire (B20), le plan général d’al-Qusur et l’étude du matériel (céramique, verre, métal, pierre, faune et restes archéobotaniques).

Fouilles archéologiques

Cette année, la fouille se concentrera sur le bâtiment B20 (Julie Clerc, Sarah El Dirani, Rémi Perrogon, Shadi Shabo) dans lequel ont été mises au jour une madbassa, des jarres semi-enterrées, des jattes maçonnées dans un massif plâtré ou encore des céramiques de stockage. Les structures découvertes jusqu’à présent permettent d’associer cet édifice à plusieurs types de production alimentaire. Des prélèvements seront effectués sur les céramiques et le plâtre des cuves dans le but d’analyser leur contenu organique et de préciser ainsi la fonction du bâtiment. L’étude archéobotanique des restes conservés dans ces structures sera également essentielle.

Étude du matériel

Durant la campagne 2017 devrait être achevée l’étude de la céramique (Julie Bonnéric). Le verre, enregistré, doit encore être photographié et dessiné si nécessaire (Hélène David-Cuny). La faune a été étudiée en 2016 et les os et les coquillages découverts pendant la campagne seront rapportés en France pour étude (Hervé Monchot & Wim Van Neer). L’étude du métal sera achevée (Julie Clerc) tandis que commencera celle des poids et pesons, en céramique ou en pierre (Rémi Perrogon). Cette année débutera une étude archéobotanique, essentielle pour restituer le paléoenvironnement du site et les habitudes alimentaires de ses habitants. Rémi Perrogon est chargé de réaliser, par flottation, les prélèvements sur les sédiments pertinents de cette campagne ainsi que sur les sédiments qui avaient été conservés durant les précédentes campagnes. Ils seront ensuite étudiés par Vladimir Dabrowski au Muséum d’histoire naturelle de Paris.

 

Fig. 2 : macrorestes obtenus par flottation (tamis et maille de 0,3 mm) de prélèvements sédimentaires réalisés sur le site d’al-Qusur (MAFKF 2017).
Fig. 2 : macrorestes obtenus par flottation (tamis et maille de 0,3 mm) de prélèvements sédimentaires réalisés sur le site d’al-Qusur (MAFKF 2017).

Relevé des vestiges en surface

Le relevé du plan général d’al-Qusur à partir des vestiges de surface, réalisé depuis 2011 par Jean Humbert en parallèle des relevés de terrain sur les deux sites fouillés par la MAFKF, sera mené à terme dès le début de la campagne 2017. Seuls deux bâtiments restent à dessiner. Plus de 180 ensembles (bâtiments ou structures non identifiées) ont pu être repérés à partir d’éléments architecturaux visibles en surface comme des effondrements de pierre, alignements de murs ou sols en plâtre. Le relevé présente l’avantage de distinguer ces différents éléments et de proposer, en outre, une restitution des édifices, principalement des bâtiments à cour. Son examen permettra non seulement d’étudier l’organisation du site mais également d’établir une possible chronologie horizontale de l’établissement qui pourrait s’être élargi au cours de son histoire, les bâtiments étant construits non pas les uns au-dessus des autres mais les uns à côtés des autres. Il fournira en outre des indications sur la périphérie du site dont il reste à déterminer si elle est composée de cellules de moines dispersées ou d’habitations villageoises.

Tell Sa’id

Le programme scientifique établi en 2011 pour l’étude de la forteresse hellénistique de Tell Sa’id touche également à sa fin. Le phasage des grandes périodes chronologiques a été précisé, voire révisé, la circulation interne reconsidérée et de nouveaux éléments, concernant l’utilisation du puits par exemple, ont été mis au jour. La campagne 2017 sera principalement consacrée à la publication, pour laquelle seront menées des vérifications sur le terrain, l’étude du matériel, la photogrammétrie, la vérification et la mise au net du plan général de la forteresse ainsi que des restitutions graphiques. La préservation du site sera poursuivie.

Vérifications sur le terrain

En 2016, la fouille des sondages conduits par la MAFKF a été quasiment achevée. Jean-Michel Gelin et Mathilde Gelin devront étudier les bermes de deux sondages dans le secteur A1 Nord, la surface du rempart ouest à sa jonction avec la tour 7, les premiers niveaux du sondage A2 Est et la stratigraphie liée au puits. Les derniers échantillons de matériaux de construction seront prélevés pour analyses, en vue de connaître la composition de certains d’entre eux et d’en dater d’autres.

Plan du site

La mise au net du plan réalisé par la mission française précédente et complété chaque année par Jean Humbert sera achevée. Des vérifications sont indispensables et la simplification du plan facilitera son utilisation rapide par les archéologues ; l’ensemble de la nomenclature, loci et murs, sera mis au net. Des restitutions par périodes et phases seront établies.

Préservation du site

Tous les ans, la MAFKF veille à protéger les vestiges qu’elle met au jour. Cette année, nous espérons également pouvoir consolider et/ou reboucher certaines zones fouillées par les missions précédentes, ce qui implique une étude et une documentation préalables. De nombreuses maçonneries et bermes du site sont en danger et risquent de s’effondrer. La MAFKF tente donc de les consolider tout en protégeant certains secteurs. Nous nettoyons en outre annuellement la végétation et réorientons l’écoulement des eaux de pluie, particulièrement nocives pour les maçonneries. La campagne permettra en outre d’examiner l’efficacité des enduits réalisés l’année précédente et de réévaluer leur composition. Emmanuelle Devaux a formé spécifiquement à ce travail une équipe composée de travailleurs égyptiens. Elle réalisera également la mise au net des plans d’aménagement du site (évacuation de l’eau, interventions de préservation).

 

Fig. 3 : Afin d’éviter l’effondrement du mur comportant la seule fenêtre préservée du site (en haut), du mortier de terre a été appliqué sur les maçonneries et des murets de consolidation construits à la base du mur (en bas). Le sondage situé au pied du mur doit être rebouché (MAFKF, 2011 & 2017).

Étude du matériel

L’ensemble des objets mis au jour par la MAFKF a été enregistré au fur et à mesure. Certains doivent encore être dessinés par Hélène David-Cuny. Jean-Baptiste Houal achèvera l’analyse de la céramique découverte depuis 2007. Les figurines en terre cuite du Musée national de Koweït, cataloguées en 2015 et en 2016 par Louise Contant, seront dessinées par Anna Palme-Koufas.

Fig. 4 : les formes découvertes à la forteresse étant relativement bien connues, une attention particulière est portée aux pâtes associées à ces formes (MAFKF 2016).
Fig. 4 : les formes découvertes à la forteresse étant relativement bien connues, une attention particulière est portée aux pâtes associées à ces formes (MAFKF 2016).

Étude géomorphologique

Malgré le nombre important de missions archéologiques travaillant ou ayant travaillé à Faïlaka, aucune étude géomorphologique complète de l’île n’a été réalisée. Rémi Dalongeville, qui a participé à la Mission française de Koweït dans la deuxième partie des années 80, n’a pas achevé ses travaux. Il a réalisé plusieurs carottages qui n’ont pas été publiés. Damien Arhan et Kosmas Pavlopoulos commenceront par dresser une carte géomorphologique de l’île qui sera utile à l’ensemble des missions archéologiques travaillant à Faïlaka. Concernant la MAFKF, les objectifs prioritaires sont de déterminer les origines de certains matériaux de construction (terre pour les briques crues, calcaire oolithique, gypse pour les plâtres de l’église monumentale d’al-Qusur), de comprendre le fonctionnement de la nappe phréatique et de restituer le paléoenvironnement, en particulier à al-Qusur.

Fig. 5 : étude stratigraphique d’un cordon dunaire à proximité de la forteresse hellénistique de Failaka (MAFKF 2017).

Au final, la campagne 2017 devrait nous offrir l’opportunité de finir la première phase de notre programme et de travailler à sa publication, mais également d’engager de nouveaux travaux, comme les études géomorphologique et archéobotanique. Les objectifs de la prochaine campagne (2018) et d’un nouveau programme quinquennal seront définis en concertation avec le Département des Antiquités et des Musées.

Bibliographie

Bonnéric J., « Les établissements chrétiens du golfe Arabo-Persique au tournant de l’Islam à la lumière du site archéologique d’al-Quṣūr (île de Faïlaka, Koweït) », Parole de l’Orient, 41, 2016, pp. 103‑123.

Bonnéric J., « Yallah Faïlaka ! Mission archéologique franco-koweïtienne – 2016 », Le carnet de la MAFKF. Recherches archéologiques franco-koweïtiennes de l’île de Faïlaka (Koweït), 31 octobre 2016. [En ligne] https://mafkf.hypotheses.org/1436

Bonnéric J., « Yallah Faïlaka ! Mission archéologique franco-koweïtienne – 2015 », Le carnet de la MAFKF. Recherches archéologiques franco-koweïtiennes de l’île de Faïlaka (Koweït), 12 octobre 2015. [En ligne] http://mafkf.hypotheses.org/1204

Bonnéric J., « Al-Quṣūr (Koweït), état des recherches de la mission archéologique franco-koweïtienne de Faïlaka (2011-2013) », Les Carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient (Hypotheses.org), 2 septembre 2014. [En ligne] http://ifpo.hypotheses.org/6164

Devaux E., « Conservation de la forteresse hellénistique de Faïlaka (Koweït) : problématiques et méthodologie d’intervention », Le carnet de la MAFKF. Recherches archéologiques franco-koweïtiennes de l’île de Faïlaka (Koweït), 07 juin 2017. [En ligne] https://mafkf.hypotheses.org/1614

Devaux E., « Préservation de la forteresse hellénistique de Faïlaka : premiers pas et solutions d’urgence », Les Carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient (Hypotheses.org), 23 octobre 2014. [En ligne] http://ifpo.hypotheses.org/6231

Gelin M., « De retour de mission … Faïlaka au Koweït (4). L’établissement hellénistique », Les Carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient (Hypotheses.org), le 1er juillet 2016. [En  ligne] http://ifpo.hypotheses.org/7321

Gelin M., « New French-Kuwaiti research in the Hellenistic fortress of Faïlaka-Ikaros », in Bielinski P., Gawlikowski M., Kolinski R., Lawecka D., Soltysiak A. & Wygnanska Z. (dir.), 8th International Congress on the Archaeology of the Ancient Near East, 2, Excavation and Progress Reports, Wiesbaden, 2014, pp. 87-100.

Gelin M., « De retour de mission… Faïlaka au Koweït (3). La forteresse hellénistique », Les Carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient (Hypotheses.org), 16 juillet 2014 [en ligne]. http://ifpo.hypotheses.org/6123

Gelin M., « De retour de mission… Faïlaka au Koweït (2) », Les Carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient (Hypotheses.org), 18 mars 2013 [en ligne]. http://ifpo.hypotheses.org/4929

Pour citer ce billet

Julie Bonnéric, « Yallah Faïlaka ! Mission archéologique franco-koweïtienne – 2017 », Le carnet de la MAFKF. Recherches archéologiques franco-koweïtiennes de l’île de Faïlaka (Koweït), 17 novembre 2017. [En ligne] https://mafkf.hypotheses.org/1717


Julie Bonnéric

Docteur en histoire et archéologie de l’Islam médiéval (École Pratique des Hautes Études), responsable scientifique de la partie française de la Mission archéologique franco-koweïtienne de Faïlaka depuis 2014, Julie Bonnéric travaille sur le site d’al-Quṣūr depuis 2007 et en dirige l’étude dans le cadre de la MAFKF depuis 2011. Elle s’intéresse au christianisme oriental, en particulier dans le golfe Arabo-Persique, à la fin de l’Antiquité tardive et aux débuts de l’Islam. Céramologue et archéologue de terrain, elle participe ou a participé à des missions au Liban, en Jordanie, en Égypte, en Libye et dans le Golfe (Koweït, Qatar). Elle conduit également des travaux d’anthropologie historique, s’appuyant sur des sources à la fois archéologiques, textuelles, architecturales et iconographiques. Sa thèse était ainsi consacrée à la question de la lumière, naturelle et artificielle, dans les mosquées d’Égypte et de Syrie médiévales, des conquêtes arabes à la fin de la dynastie ayyūbide.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *