Création et programme de la MAFKF

La signature d’une convention, en mars 2011 à Damas et Koweït, par le National Council for Culture, Arts and Letters du Koweït (NCCAL, secrétaire général A. al Youha) et l’Institut français du Proche-Orient (Ifpo, ministère des Affaires étrangères et du Développement international et CNRS-Centre National de la Recherche Scientifique, dir. F. Burgat,), entérine la création de la mission archéologique franco-koweïtienne de Faïlaka (MAFKF), mise en place à la demande des autorités koweïtiennes.

Fig. 1 : l’équipe de la MAFKF lors de la campagne 2014 (photo H. David-Cuny, MAFKF 2014)
Fig. 1 : l’équipe de la MAFKF lors de la campagne 2014 (photo H. David-Cuny, MAFKF 2014)

La mission, créée par S. Shehab (alors directeur du DAM-Département des Antiquités et des Musées) et M. Gelin (chercheur CNRS, alors détachée à l’Ifpo), est le fruit d’une collaboration entre une partie koweïtienne et une partie française. Elle est donc co-dirigée par le secrétaire général du NCCAL (A. al Youha) et le directeur de l’Ifpo (F. Burgat puis E. Kienle). La partie koweïtienne de la mission est placée sous la responsabilité scientifique du directeur du DAM, S. Shehab jusqu’en 2013, puis S. Duwish. La partie française dépend, à l’Ifpo, du département d’Archéologie et d’Histoire de l’Antiquité (dir. M. Griesheimer puis F. Alpi). Elle était placée sous la responsabilité scientifique de M. Gelin, jusqu’en 2014. J. Bonnéric, chercheur associé à l’Ifpo, assure depuis cette responsabilité. La MAFKF bénéficie en outre du mécénat de Total Kuwait (dir. L. Lévha) et de la Fondation Total (déléguée générale C. Ferrant), ainsi que du soutien de l’Ambassade de France (SEMA N. Yafi puis SEMA C. Nakhlé) et de l’Institut français du Koweït (dir. J. Clec’h puis F. Brossard).

Fig. 2 : visite du lycée français de Koweït en 2014 (photo B. Couturaud, MAFKF 2014)
Fig. 2 : visite du lycée français de Koweït en 2014 (photo B. Couturaud, MAFKF 2014)

La mission concentre son activité sur la forteresse hellénistique de Tell Sa‛īd et sur le site sassanido-islamique d’al-Quṣūr. Ces deux sites avaient été précédemment fouillés et étudiés par de plusieurs missions archéologiques internationales (Occupations humaines de l’île et historique des fouilles). Un état des lieux des connaissances a mis en évidence la nécessité de poursuivre ces recherches, en particulier afin de préciser les chronologies.

La forteresse hellénistique de Tell Sa‛īd (responsable : M. Gelin)

À la forteresse, un premier phasage a été établi par les missions précédentes, mais de nombreux remaniements qui n’avaient pas été observés au moment de leurs fouilles et l’évolution des méthodes ont amenés à définir, dans un premier temps, deux principaux objectifs de recherche pour la nouvelle mission : la compréhension de l’évolution de la forteresse et de son organisation interne et la préservation du site.

Compréhension de l’évolution de la forteresse – Concernant le premier objectif (La forteresse hellénistique de Tell Sa‛īd), les recherches se concentrent de manière préférentielle sur les fortifications – remparts successifs, modifications, destructions, extension, matériaux et techniques de construction -, sur les aménagements qui leur sont associés – bâtiments, plateforme, occupation urbaine, abandon de secteur -, sur les voies de circulation – ruelles, secteurs desservis, entretien, liens entre les voies et les aménagements militaires -, sur l’aménagement de l’espace intérieur et son évolution – bâtiments militaires, civils ou religieux, artisanat, forme d’urbanisme – et sur le matériel – céramique, objets, matériaux. Ainsi, le phasage est précisé et l’organisation de la circulation interne, mieux connue.

Désormais, les découvertes amènent à explorer de nouvelles pistes de recherche, comme les raisons de l’implantation de la forteresse en ce lieu, les approvisionnements en matériaux de construction et le fonctionnement général de l’île à l’époque hellénistique.

Préservation du site – Le deuxième objectif (Préservation des sites archéologiques et du patrimoine bâti), indissociable de l’activité archéologique, se révèle d’autant plus indispensable que le site se trouve dans un état alarmant. Après des interventions d’urgence, la MAFKF prépare un programme sur l’ensemble du site, qui pourra être appliqué dès lors que le Koweït, qui désire inclure la forteresse dans un projet de classement à l’UNESCO, précisera ses priorités et son calendrier. Par ailleurs, les pratiques de préservation des vestiges permettent souvent la découverte de détails de construction de l’Antiquité, fournissant ainsi des éléments supplémentaires pour accéder à une meilleure connaissance des habitants de l’île d’Ikaros.

Le site médiéval d’al-Quṣūr (responsable : J. Bonnéric)

L’objectif de la MAFKF à al-Quṣūr est triple : préciser la chronologie du site, définir sa nature et comprendre son organisation. Si la découverte de deux églises, en 1988 et 2008 par la précédente mission française (dir. O. Callot et J.-F. Salles), atteste incontestablement une présence chrétienne sur le site, il restait à déterminer, lorsque la MAFKF a été créée, si ces églises étaient des constructions originelles, abandonnées tandis qu’un village se formait aux alentours, si elles étaient au contraire employées jusqu’à l’abandon de l’établissement – abandon qui restait à situer chronologiquement –, ou encore si elles étaient entourées d’un village ou d’un monastère. Des hypothèses diverses avaient en effet été formulées à ce propos par les archéologues intervenants sur le site.

Fig. 3 : fouille du secteur A4 d’al-Quṣūr en 2014 (photo J. Bonnéric, MAFKF 2014)
Fig. 3 : fouille du secteur A4 d’al-Quṣūr en 2014 (photo J. Bonnéric, MAFKF 2014)

Chronologie du site – La question de la datation du site a d’abord été abordée à travers l’étude, en 2011, du matériel céramique découvert dans les secteurs A1 et A2 (églises) et B (zone d’habitat située au sud-ouest des églises), fouillés par la mission précédente. Cette étude a fait apparaître une occupation de ces secteurs dans une fourchette s’étendant du VIIe au IXsiècles. Elle a également révélé la difficulté à établir une datation fine à l’aide de la céramique (Culture matérielle et vie quotidienne), le céramologue ne disposant que de peu de sites de comparaison présentant une stratigraphie fine et une typologie précise. Cette étude livre uniquement une fourchette dans laquelle peut être située une partie de l’occupation. L’ouverture de nouveaux secteurs de fouille visait notamment à compléter la chronologie ainsi proposée. Différentes phases d’occupation sur un même secteur sont apparues, donnant ainsi une épaisseur chronologique à ce site que beaucoup pensaient quasi monophase. Par ailleurs, ces découvertes laissent supposer, en l’état de l’étude, que la plus grande église du site (église ouest, A1) pourrait avoir été construite à la fin du VIe ou au VIIsiècle, de manière concomitante d’un habitat qui se serait par la suite étendu. L’étude du matériel découvert lors de ces fouilles est en cours. Elle permettra de préciser le phasage de l’occupation du centre du site d’al-Quṣūr et, peut-être, de le mettre en relation avec d’autres secteurs, éloignés du centre, et fouillés par d’autres missions. Enfin, la réalisation d’un plan complet des vestiges visibles en surface mettra peut-être en évidence des évolutions dans la construction des habitats et, ainsi, une chronologie, non pas verticale et stratigraphique, mais horizontale et architecturale.

Nature du site – La forme de l’église découverte en 1988-1989 par la précédente mission française (église ouest, A1) rapproche le site d’al-Quṣūr d’autres établissements chrétiens du Golfe et d’Irak du sud, interprétés comme des monastères. Des églises à narthex, à nef séparée de deux collatéraux par des murs piliers, à abside plate encadrée de deux chapelles, ont également été découvertes sur les sites de Sīr Banī Yās (Abu Dhabi), Ḫarǧ (Iran), ‛Akkaz (Koweït), ‛Ayn Ša’ya (Irak), au centre d’enclos interprétés comme monastiques ou à proximité d’habitats identifiés comme des cellules de moine. Sur le site d’al-Quṣūr, aucune cellule n’avait été découverte. En outre, la présence inédite d’une petite église, à l’est de la grande, posait question. Deux secteurs de fouille ont donc été mis en place (Les recherches de la MAFKF), au nord (secteur A5) et à l’ouest (A4) de la grande église (A1), afin de mettre en évidence les traces d’un monastère. Ce travail est en cours.

Organisation du site – Les missions archéologiques travaillant sur le site d’al-Quṣūr se sont essentiellement consacrées aux églises et à l’habitat, sans mettre en évidence de système collectif d’alimentation en eau, de voies de circulation, de zones à vocation pastorale, etc. Afin de travailler ces questions, il a semblé utile de dresser dans un premier temps un plan précis du site dans son ensemble. Pour ce faire, les vestiges visibles en surface sont en cours de relevé systématique, suivant un code graphique précis permettant de distinguer ce qui était visible en surface, visible sur des photographies aériennes ou ce qui est restitué.

L’équipe

Pour répondre à ces problématiques, la MAFKF fait appel, depuis 2011, aux compétences d’archéologues et de spécialistes (Membres de la mission). Sur le site de la forteresse, les archéologues se concentrent sur trois secteurs principaux dirigés respectivement par B. CouturaudM. Gelin et J.-M. Gelin, ainsi que J. Abdul Massih en 2012, R. Khawam en 2013 et Y. Thomas en 2014,  tandis que deux secteurs de fouille ont été ouverts à al-Quṣūr, dirigés, pour l’un par M. Rivoal puis G. Herviaux, pour l’autre par J. Bonnéric avec l’aide de S. el Dirani. Ces secteurs avaient été recalé en topographie par S. Baier. Les relevés, en plan, élévation et coupe, sont effectués au fur et à mesure par J. Humbert ou J. Clerc. Des photographies aériennes d’ensemble sont réalisées par H. al Mutairi. E. Devaux, architecte, veille à la conservation des vestiges découverts. Elle succède à M. Bendakir et M. Imbert. Le matériel est traité, photographié, enregistré et dessiné de manière systématique par des professionnels, (F. BernelH. David-Cuny et J. Clerc). S. Alami-Viguié, conservateur-restaurateur, examine quelles interventions sont nécessaires pour préserver les objets découverts. Des céramologues, enfin, C. DurandJ. Bonnéric et A. Ala el Dine sont présents lors des campagnes afin d’étudier la céramique tandis que le matériel comme le verre ou la pierre, moins présents, seront étudiés ultérieurement par des spécialistes ; ainsi F. Alpi étudie le matériel épigraphié. La partie française de la mission bénéficie de l’expertise des archéologues du Département des Antiquités et des Musées (DAM) du Koweït : S. Shehab, S. Duwish, T. al SaeiH. al Mutairi et M. al Ansary.

J. Bonnéric & M. Gelin, février 2015

Recherches archéologiques franco-koweïtiennes de l’île de Faïlaka (Koweït)