Culture matérielle et vie quotidienne

Les habitants de la forteresse semblent avoir bénéficié de leur situation sur des voies commerciales maritimes pour s’approvisionner en vaisselle, car aucun four de potier n’a été retrouvé à ce jour. En dépit de cette position sur les routes du commerce régional et international, ils ont vécu assez simplement : la vaisselle utilisée, en terre cuite, était principalement de stockage – jarres, petites amphores – et d’usage quotidien – assiettes, bols, mortier – (fig. 1), avec des modèles similaires à ceux découverts ailleurs dans le Golfe – comme à Tylos-Bahreïn – ou, parfois, en Mésopotamie. Quelques rares fragments de vaisselle fine sont importés de Grèce.

Fig. 1 : mortier en terre cuite (MAFKF 2011)
Fig. 1 : mortier en terre cuite (MAFKF 2011)

L’alimentation utilisait principalement les ressources locales – du poisson, des mollusques et crustacés, du mouton, quelques porcs et dromadaires – mais un peu de vin importé a pu égayer le quotidien – quelques exemples d’amphores de Rhodes avec des timbres inscrits (fig. 2). De nombreux poids de filets de pêche attestent que cette activité était très commune, sinon primordiale pour nourrir les habitants, ce qui semble confirmé par la quantité d’ossements de poissons qui se trouvent dans les niveaux d’occupation.

Fig. 2 : anse d’amphore rhodienne timbrée (MAFKF 2013)
Fig. 2 : anse d’amphore rhodienne timbrée (MAFKF 2013)

Les bâtiments étaient construits avec des matériaux extraits sur place, aussi bien pour les fortifications que pour les habitats. La pierre employée était principalement le grès marin – dont des carrières à proximité du site ont pu être étudiées par la MAFKF – sous forme de tout-venant lié à la terre. Lors de la première période de la forteresse, les briques crues étaient d’un usage fréquent pour ériger les élévations. Le temple bâti sur un plan grec est, quant à lui, fait en blocs taillés de calcaire de bonne qualité, dont un gisement – dont il reste à vérifier s’il s’agit de celui employé pour le temple – a été découvert sur l’île même en 2014 par par H. Kiersnowski, géologue du Polish Geological Institute et membre du Polish Geological Survey. Le bitume était employé en grande quantité, pour l’imperméabilisation de jarres, de paniers (fig. 3), probablement de barques et de toitures, et la réparation de figurines en terre cuite ou de vaisselle. Il était apparemment transporté dans des jarres. Peu de canalisations ont été mises au jour et, d’après les vestiges exhumés en fouille, il est vraisemblable que les eaux usées étaient jetées directement sur les voies de circulation.

Fig. 3 : bitume avec empreintes d’un panier en végétaux tressés (MAFKF 2011)
Fig. 3 : bitume avec empreintes d’un panier en végétaux tressés (MAFKF 2011)

Comme dans la majorité des sites antiques, la vie religieuse avait une importance particulière si l’on en croit la présence d’au moins trois temples, deux intra-muros et un extra-muros, ainsi que de nombreux petits autels ou brûle-encens en grès marin qui apparaissent dans les niveaux d’occupation et parfois en dépôt de fondation (fig. 4). Les missions précédentes ont également découvert de nombreuses figurines en terre cuite – certaines ont pu être importées, d’autres ont pu être produites sur place – qui avaient sans doute une fonction d’ex-voto. Quelques inscriptions en grec, pour la plupart des ostraca témoignant de dévotions à des divinités aux noms grecs – Zeus, Poséidon, Artémis, Dionysos.

Fig. 4 : brûle-encens employé comme dépôt de fondation sous un mur de la première période (MAFKF 2014)
Fig. 4 : brûle-encens employé comme dépôt de fondation sous un mur de la première période (MAFKF 2014)

Si une douzaine de sépultures inhumées dans des jarres ou en pleine terre ont été fouillées dans les environs immédiats, à l’extérieur de la forteresse, jusqu’à présent aucune nécropole associée à la forteresse n’a été découverte.

Enfin, une grande inscription mise au jour par la mission danoise et dont la date est l’objet de controverses (de 243 à 203), atteste de contacts entre les habitants et l’autorité royale séleucide, à propos notamment de l’organisation des terres d’Ikaros. Entre autres, elle indique que l’île abritait des fermes avec possibilité de cultiver un lopin de terre, que les fermiers pouvaient en être propriétaires et qu’il fallait respecter cette propriété. Il apparaît également que certaines traditions grecques ont pu être perpétuées, par exemple l’organisation d’un concours sportif destiné à honorer les dieux. Enfin, le commerce avec l’île et « au-delà » est mentionné. Ces témoignages, ainsi que la présence de monnaies issues de différentes cités de l’empire séleucide et les importations de quelques produits de base, montrent que les échanges entre les occupants de la forteresse, l’empire et « au-delà » n’étaient pas rares mais aussi, probablement, que les premiers étaient soumis à l’autorité du second, auquel ils devaient obéissance dans certains domaines. De plus, on a confirmation qu’à l’époque hellénistique l’occupation n’était pas concentrée uniquement sur la forteresse et ses abords immédiats, ce qui pose la question de l’origine des fermiers, mais aussi de la population qui occupait l’île avant l’arrivée des Grecs.

M. Gelin, février 2015

Recherches archéologiques franco-koweïtiennes de l’île de Faïlaka (Koweït)