Les recherches de la MAFKF

Depuis 2011, la mission franco-koweïtienne tente de préciser la chronologie et de comprendre les différentes phases de la forteresse, de sa fondation à son abandon, ainsi que les raisons de son implantation en cet endroit, tout en essayant de retrouver certaines des informations disparues en raison des anciennes fouilles. La préservation du site est partie intégrante des activités de la mission (Préservation des sites archéologiques et du patrimoine bâti).

Les recherches se concentrent particulièrement sur les remparts (fig. 1) qui, par leurs aménagements et modifications successifs, témoignent de l’évolution de la forteresse dans son ensemble, ainsi que sur l’étude de l’organisation interne de l’établissement. C’est ainsi que différentes phases ont pu être précisées, les fortifications sont apparues plus complexes que ce qui avait été précédemment établi et les aménagements qui y sont associés, plus nombreux.

Fig. 1 : la tour 8 de la forteresse hellénistique, sur le rempart ouest (photo H. al Mutairi, DAM 2014)
Fig. 1 : la tour 8 de la forteresse hellénistique, sur le rempart ouest (photo H. al Mutairi, DAM 2014)

La circulation interne (fig. 2) respectait une organisation qui, en l’état des travaux, apparaît plus ouverte sur le secteur oriental que vers l’ouest. Des vestiges antérieurs à l’époque hellénistique sont apparus en plusieurs endroits et le puits ancien s’est avéré avoir été comblé par les Grecs au moment de la mise en place du premier nivellement marquant l’implantation de l’établissement grec. Cette information nous permet de nous interroger sur d’autres raisons de la localisation de la forteresse.

Fig. 2 : la rue principale du nord vers le sud (MAFKF 2014)
Fig. 2 : la rue principale du nord vers le sud (MAFKF 2014)

Les recherches de la MAFKF amènent à l’établissement d’une chronologie relative dans le but d’obtenir un état final de la périodisation de la forteresse. Ces recherches se fondent sur l’étude fine de la stratigraphie et de l’architecture, qui tend à se préciser tout en la couplant avec les données issues de l’étude du matériel et d’analyses physico-chimiques de matériaux exhumés dans des contextes bien définis.

M. Gelin, février 2015

Recherches archéologiques franco-koweïtiennes de l’île de Faïlaka (Koweït)