L’exploration archéologique de la forteresse

Plusieurs missions archéologiques – danoise, koweïtienne, américaine, française, grecque – se sont succédé pour explorer la forteresse hellénistique et ses abords de 1958 à 2009. Près de la moitié du site a été dégagée, mettant en évidence une forteresse du IIIsiècle av. n. è. remarquablement conservée et au centre de laquelle ont été découverts deux temples. Une partie de leurs résultats a été publiée, notamment par les missions danoise, koweïtienne et française.

Danish Archaeological Expedition to Kuwait (1958-1963)

La mission danoise, créée par G.T. Bibby et P.V. Glob, s’est principalement intéressée à la forteresse hellénistique (F5) et à différents sites de l’âge du Bronze (F3 et F6). Les nombreux sondages réalisés dans la forteresse ont mis au jour deux temples, un large puits (fig. 1), et certaines parties du système défensif, dont un large fossé. Il faut saluer la publication des travaux de cette mission, en trois volumes, entre 1982 et 1989.

Fig. 1 : le fossé en cours de fouille par la Danish Archaeological Expedition to Kuwait (Moesgaard Museum 1960)
Fig. 1 : le fossé en cours de fouille par la Danish Archaeological Expedition to Kuwait (Moesgaard Museum 1960)

Le temple A, caractérisé par un mélange d’influences grecque – chapiteaux ioniques et plan – et orientale – bases de type achéménide –, fera la célébrité du site et de l’île de Faïlaka (fig. 2). Le puits, antérieur à la forteresse, a alors été interprété comme l’origine de l’établissement. Cette théorie est désormais remise en cause par les travaux de la MAFKF.

Fig. 2 : le temple A découvert durant les fouilles de la Danish Archaeological Expedition to Kuwait (Moesgaard Museum 1960)
Fig. 2 : le temple A découvert durant les fouilles de la Danish Archaeological Expedition to Kuwait (Moesgaard Museum 1960)

Johns Hopkins University Expedition to Failaka Island (1973-1974)

La mission américaine, dirigée par T.H. Carter, a conduit des sondages sur les sites auparavant explorés par la mission danoise. Dans la forteresse, leur travail s’est concentré sur une zone située à l’ouest des temples et sur la zone du puits, où avait déjà travaillé la mission danoise. Ces travaux n’ont malheureusement pas été publiés. Les archéologues disposent uniquement d’un rapport préliminaire non publié, écrit en 1983, et d’une couverture photographique réalisée en 1975 par la mission danoise chargée de la publication de la Danish Archaeological Expedition to Kuwait.

Mission archéologique française à Koweït (1985-1989, 2001-2002, 2004 et 2007-2009)

La mission française, créée en 1983, s’est intéressée à la forteresse hellénistique à partir de 1985 et des travaux s’y sont poursuivis jusqu’en 1989. Après une longue interruption due à l’invasion irakienne, les fouilles françaises reprennent sur le site de la forteresse en 2001-2002, 2004 et 2007-2009. La mission est dirigée, successivement, par Y. Calvet, J.-F. Salles et O. Callot tandis que la fouille de la forteresse est placée sous la responsabilité de J. Gachet puis M. Gelin. Les archéologues et architectes se sont concentrés sur la mise en place d’un phasage et l’étude de l’habitat interne et des fortifications (fig. 3). À la suite de leurs travaux, trois phases d’occupation de la forteresse ont été définies. La première phase est marquée par la fondation de la forteresse sous Antiochos Ier au début du IIIsiècle av. n. è. La forteresse est alors caractérisée par un premier rempart protégeant une garnison et deux temples. La deuxième phase débute au milieu du IIIsiècle avec le déclin de l’empire séleucide et l’installation d’un pouvoir dit « local » dans l’enceinte de la forteresse. Cette phase serait caractérisée par une densification de l’occupation et la consolidation des remparts et des tours. À la fin du IIIsiècle, la forteresse aurait été reprise par la force, Antiochos III restaurant le pouvoir grec dans l’empire. Elle acquiert alors le statut de colonie. La forteresse est agrandie et dotée d’un large fossé. Le second temple (temple B) n’est plus utilisé. Cette troisième phase s’achève avec l’abandon du site, au milieu du IIsiècle av. n. è.

Fig. 3 : extension des fouilles danoises, américaines, françaises et grecques en 2009 (photo Y. Guichard, DAM 2009)
Fig. 3 : extension des fouilles danoises, américaines, françaises et grecques en 2009 (photo Y. Guichard, DAM 2009)

Si les travaux réalisés de 1985 à 1989 ont été publiés, les sondages réalisés après la guerre du Golfe ne l’ont pas été, à l’exception de la campagne de 2009 publiée sous forme de monographie par M. Gelin.

Greek Archaeological Mission (2007 et 2009)

Deux campagnes ont été conduites par une mission grecque dirigée par A. Kottaridi. Les sondages de cette mission se sont concentrés sur la partie nord-ouest de la forteresse (fig. 3) et n’ont fait l’objet d’aucune publication. Seul un rapport préliminaire est accessible.

Mission archéologique franco-koweïtienne de Faïlaka (2011-prés.)

Le travail de fouille de la mission se concentre sur les fortifications et la circulation interne. La MAFKF étudie principalement les premiers niveaux d’occupation de la forteresse encore conservés, l’extension nord des fortifications et les remparts (Recherches de la MAFKF). L’un des objectifs principaux est d’affiner la chronologie de l’occupation de la forteresse et c’est pourquoi la MAFKF porte son intérêt sur les fortifications où tous les éléments marquant de l’histoire d’un site se révèlent. Par ailleurs, la mission a inscrit la préservation du site dans ses priorités (Préservation des sites archéologiques et du patrimoine bâti). Le site est en effet victime d’importants dégâts car les vestiges n’ont pas été recouverts, n’ont pas été restaurés ou ont été mal restaurés. La MAFKF participe à la réhabilitation de la forteresse en recouvrant ou consolidant, non seulement les vestiges qu’elle découvre, mais également certains secteurs dégagés par les autres missions, et en soumettant des propositions de restauration et de mise en valeur au Département des antiquités et des musées (DAM) du Koweït.

La MAFKF travaille actuellement à la publication préliminaire de ses travaux.

Si le travail conduit durant un demi-siècle sur la forteresse doit encore être poursuivi et affiné, il n’en reste pas moins considérable. Il a permis de retracer, dans ses grandes lignes, l’histoire de l’établissement. Deux lacunes sont cependant à déplorer : le manque de publication et l’état sanitaire du site. L’absence de publication finale, voire préliminaire, des missions américaine et française est d’autant plus dommageable qu’une grande partie des archives de ces missions est pratiquement inaccessible. Certaines ont disparu au moment de l’invasion du Koweït par l’Irak tandis que d’autres ont été déposées de manière incomplète. Ces lacunes sont préjudiciables à la compréhension du site car sa fouille extensive a détruit de nombreux liens stratigraphiques entre les maçonneries et leur environnement immédiat. Sans publication, certaines informations sont totalement perdues. Par ailleurs, une conséquence de l’activité intense des anciennes missions est que les vestiges, dégagés depuis parfois plus de soixante ans, n’ont pratiquement pas été protégés. Leur dégradation est souvent irréversible.

J. Bonnéric, février 2015

Recherches archéologiques franco-koweïtiennes de l’île de Faïlaka (Koweït)