Histoire de la forteresse

Selon les auteurs anciens – Strabon et Arrien, tous deux écrivant plus de trois siècles après la disparition du conquérant –, Alexandre le Grand aurait eu pour projet de conquérir l’Arabie. Des expéditions navales, envoyées reconnaître le golfe Arabo-Persique, mentionnèrent au conquérant l’existence de l’île de Faïlaka, décrite comme boisée et peuplée d’animaux divers, sacrifiés pour le culte de divinités – assimilées par les Grecs à Artémis et/ou Apollon – célébrées dans un sanctuaire. Toujours d’après ces auteurs, l’île fut appelée Ikaros sur ordre d’Alexandre ; le choix de cette dénomination, qui se réfère à l’île de la mer Égée, n’a pas pu être éclairci en dépit des nombreuses hypothèses qui ont été émises.

Après la mort d’Alexandre en 323, l’île se trouvait dans la partie de l’empire qui échut à Seleucos Ier et dont les satrapies orientales furent gouvernées par son fils Antiochos Ier.

La forteresse hellénistique, aujourd’hui le site le plus célèbre du Koweït, a été bâtie sur la rive sud-ouest de l’île d’Ikaros. La réserve en eau douce de l’île, sa localisation sur la frontière sud de l’empire séleucide et la position stratégique du Golfe en ont probablement fait, aux yeux des fondateurs de la forteresse, un point de contrôle idéal et un parfait avant-poste de défense du continent. En effet, l’établissement lui-même se trouve face au continent – actuel Koweït – avec lequel il pouvait probablement communiquer par signaux de feu ; il est probable que des postes de surveillance étaient établis en divers points sur les côtes de l’île, mais aucun vestige n’en a encore été retrouvé.

D’après les résultats des précédentes missions archéologiques danoise et française, la forteresse aurait été fondée sous le règne d’Antiochos Ier vers le début du IIIsiècle av. n. è. L’occupation principale de la forteresse aurait perduré jusqu’au milieu du IIsiècle av. n. è. et aurait connu trois grandes périodes : celle de la fondation jusqu’au milieu du IIIsiècle, puis un demi-siècle d’occupation « locale », enfin une reprise de la forteresse par Antiochos III vers 203. Enfin, des occupations réduites y auraient pris place jusqu’au Ier siècle de n. è.

Les témoignages épigraphiques indiquent que les premiers occupants grecs étaient des militaires et les vestiges montrent que la forteresse, un carré de 63 m de côté à la première période, était ceinte de puissantes murailles. Ces fortifications ont subi maints remaniements, jusqu’à s’étendre pour comprendre une extension de l’habitat vers le nord. À la dernière période, le système défensif a encore été renforcé par un fossé qui entourait l’ensemble de l’établissement. Outre des habitats, la forteresse abritait un puits plus ancien – qui a parfois été considéré comme l’origine de l’implantation de l’établissement en cet endroit –, mais également deux temples (fig. 1) dont le plus connu, cité dans les manuels d’histoire de l’art antique, est typiquement grec mêlé d’influences orientales. À l’extérieur du site, plusieurs installations ont été mises au jour : un bâtiment situé au sud-est en bord de mer et un troisième temple près du rivage au sud-ouest, tous deux associés à l’époque hellénistique. Enfin, un long mur pourvu de deux tours, de date incertaine, était implanté au sud-est de la forteresse et s’avançait vers le bord de mer.

Fig. 1 : les temples intra-muros de la forteresse hellénistique et leurs autels, vue vers l’ouest. (photo Y. Guichard, DAM 2009)
Fig. 1 : les temples intra-muros de la forteresse hellénistique et leurs autels, vue vers l’ouest. (photo Y. Guichard, DAM 2009)

Cet établissement revêt une importance majeure car, non réoccupé aux époques suivantes, il est l’un des rares sites à nous révéler le quotidien d’une forteresse grecque établie en Orient et plus particulièrement dans le Golfe. Il crée un véritable lien entre les fondations mieux connues de Syrie et d’Asie Centrale et montre, notamment à travers son architecture et les événements relatés dans les inscriptions, comment la fusion des cultures a pu se réaliser, que le contexte ait été apaisé ou conflictuel.

M. Gelin, février 2015

Recherches archéologiques franco-koweïtiennes de l’île de Faïlaka (Koweït)