Occupations humaines de l’île et historique des fouilles

Au large de la ville de Koweït (approx. 20 km) et à l’embouchure du Chatt al-Arab, l’île de Faïlaka est une position stratégique de cette partie septentrionale du golfe Arabo-Persique. Approvisionnée en eau douce et située sur les routes commerciales, elle abrite des populations diverses depuis l’âge du Bronze. Elle deviendra, à plusieurs reprises, un centre culturel et historique d’importance, comme en témoigne l’abondance de sceaux dilmunites, la construction d’une forteresse hellénistique et l’érection d’une église sassanido-islamique monumentale. Appelée Agarum, Ikaros ou Peluche, cette petite île – orientée sur un axe nord-ouest/sud-est et mesurant sur cet axe presque 14 km de long pour 6,5 km de large à son extrémité nord-ouest et 2,5 km au sud-est – a offert pas moins de treize sites archéologiques.

Fig. 1 : carte des sites archéologiques de l’île de Faïlaka (carte H. David-Cuny 2010-2015, d'après fond topographique KSAM)
Fig. 1 : carte des sites archéologiques de l’île de Faïlaka (carte H. David-Cuny 2010-2015, d’après fond topographique KSAM)

En effet, sur la carte du Koweït, Faïlaka apparaît depuis plusieurs décennies comme le point central d’une exceptionnelle concentration de sites archéologiques (fig. 1). Des recherches récentes montrent qu’il suffit de creuser un peu les étendues désertiques du continent, longtemps terra incognita sur la carte archéologique, pour y découvrir des sites en grand nombre, dont certains d’une antiquité remontant au chalcolithique. Comme à Sabiya (al-Ṣabiyya), sur la rive nord de la baie de Koweït, où des cimetières et des habitats, fouillés depuis les années 2000 par des équipes britannique (dir. H. Crawford et R. Carter) puis polonaise (dir. P. Bielinski), remontent au Vmillénaire av. n. è. Le Koweït d’alors était déjà une étape incontournable des relations entre la Mésopotamie – où à cette époque commençait à poindre la civilisation urbaine – et la rive sud du golfe Arabo-Persique, conduisant à la péninsule d’Oman, riche en matières premières dont est dépourvue la vallée du Tigre et de l’Euphrate, et aux mondes iranien et, au-delà, indien. Beaucoup plus bas dans la chronologie, les fouilles et prospections dirigées autour de Kadhima (Kāẓima) (dir. D. Kennet) mettent au jour une occupation soutenue dès les premiers siècles de l’Islam et des passages continus de populations sur les routes reliant le sud de la Mésopotamie à l’intérieur de l’Arabie, désormais les routes du pèlerinage à la Mecque. Il n’en reste pas moins que les presque 50 km2 de la petite île de Faïlaka offrent un terrain d’opération où un nombre élevé de missions internationales et locales ont de quoi cohabiter à leur aise. Danois, Italiens, Américains, Français, Grecs, Slovaques, Polonais, Britanniques, Géorgiens, ont depuis plus de 50 ans drainés sur l’île des équipes dont les membres proviennent aussi d’Australie, d’Allemagne, du Japon, de Syrie, de Jordanie et du Liban.

La civilisation de Dilmun : les tells F3, F6 et al-Khidr

Les investigations à Faïlaka ont commencé à la fin des années 50, à la suite de la trouvaille fortuite de la stèle de Soteles, dont l’inscription en grec révélait la découverte de l’île par un naufragé hellénique de la fin du Vsiècle av. n. è. Sollicitée par le Koweït, une équipe danoise (dir. G.T. Bibby et P.V. Globb) – dont les membres venaient de commencer l’exploration archéologique de l’île de Bahreïn, à quelques centaines de kilomètres plus au sud dans le Golfe – entama des fouilles qui allaient durer de nombreuses années. Après des reconnaissances de surface qui établirent une occupation de l’âge du Bronze dispersée jusque sur la côte sud-est de l’île, les fouilles s’établirent sur la pointe sud-ouest, sur trois monticules concentrés sur quelques centaines de mètres. Elles révélèrent, à côté d’une occupation grecque hellénistique attestée sur le tell F5 par un temple et une forteresse, un site de l’âge du Bronze d’une importance capitale dans la civilisation de Dilmun. Cette dernière s’épanouit à Faïlaka à partir du IImillénaire av. n. è., quelques siècles plus tard qu’à Bahreïn même qui est considérée comme son siège principal. Le tell F3, le plus proche de la mer, abrite un quartier d’habitation dense composé de petites maisons jointives groupées autour d’une grande plate-forme vraisemblablement d’usage cultuel, comme le laissent penser les bétyles qui occupent son centre. Des fours artisanaux complètent le dispositif, cohérent avec une implantation urbaine que l’on peut imaginer se développant sur plusieurs hectares jusqu’au-delà de ce qui allait devenir la forteresse 1500 ans plus tard. Un peu plus au nord en effet, sur le tell F6, fut exhumé un grand bâtiment hâtivement baptisé « Palais » en raison de ses proportions monumentales. Les travaux des Danois dans les années 60 furent complétés par l’arrivée d’une première mission française (dir. O. Callot et J.-F. Salles) en 1983, qui outre le début d’un programme sur le site hellénistique, étendit les recherches à l’est du « Palais » de l’âge du Bronze, exhumant ce qui allait se révéler un temple d’une ampleur architecturale égalant au moins celle des monuments contemporains de Bahreïn. Contrairement aux constructions de F3, dont les murs sont faits de simples pierres jointoyées par de la terre, le temple de F6 est bâti en pierres de taille d’une qualité exceptionnelle. Elles sont assemblées avec un mortier encore plus remarquable puisqu’il est souvent la seule trace encore conservée des murs, si solide que ni le temps ni les pilleurs antiques qui ont récupéré la plupart des pierres du temple n’ont réussi à l’entamer. Le matériel découvert, cohérent sur les chantiers danois et français, semblait montrer que l’occupation de tout le site ne remontait pas au-delà du XIXsiècle av. n. è. Cela correspond à la deuxième période de l’ère de Dilmun identifiée à Bahreïn, où elle commence vers 2250 av. n. è. Ce matériel comportait notamment, à côté de la céramique dite Barbar, caractéristique de cette période, plusieurs centaines de vases en pierre tendre, un type de matériel phare dans la manifestation des échanges commerciaux d’un bout à l’autre du Golfe à l’âge du Bronze. L’autre élément primordial consiste en plusieurs centaines de cachets en pierre devenus emblématiques de la culture de Dilmun. Leur richesse iconographique donnera du grain à moudre aux philologues pour encore bien des années. Ces sceaux font actuellement l’objet d’une publication exhaustive par le NCCAL. Autant de ces cachets ont été découverts à Bahreïn qu’à Faïlaka, une île seize fois plus petite ! Faïlaka, qui s’appelait alors Agarum selon des textes sumériens, était une implantation de première importance dans la géographie dilmunite. Ce qui peut s’expliquer par sa position stratégique au débouché de la vallée du Tigre et de l’Euphrate, ombilic au centre des voies commerciales entre le pays de Sumer et la Babylonie d’une part, et Magan et Meluhha – respectivement la péninsule d’Oman et la vallée de l’Indus – d’autre part.

L’interruption de l’invasion irakienne en 1990, si elle ne dura que quelques mois, gela les recherches archéologiques au Koweït pour une dizaine d’années.

Les fouilles reprirent au début des années 2000 avec une intensité accrue. Succédant à l’équipe française, une nouvelle équipe danoise (dir. F. Højlund, 2008-prés.) s’attache à préciser la chronologie de la longue occupation des sites de F3 et F6 sur les premiers siècles du IImillénaire av. n. è. (fig. 2). Tout en mettant au jour les liens stratigraphiques entre le temple et le supposé « Palais », désormais considéré plutôt comme un lieu d’activités commerciales et/ou administratives, elle a incidemment découvert, sous le sanctuaire dilmunite, des niveaux antérieurs, qui permettent de repousser d’au moins un siècle la première occupation attestée à Faïlaka. Celle-ci ne serait pas le fait de populations dilmunites, mais de Mésopotamiens venus du sud de l’Irak. L’épanouissement, un siècle plus tard, de la civilisation issue de Bahreïn les aura repoussés ou absorbés dans un syncrétisme dont témoigne notamment l’iconographie des sceaux de Dilmun.

Fig. 2 : la fouille dans les niveaux du Bronze moyen entre le temple et le « Palais » sur le tell F6, par la Kuwaiti-Danish Archaeological Mission in Failaka (photo H. David-Cuny 2009)
Fig. 2 : la fouille dans les niveaux du Bronze moyen entre le temple et le « Palais » sur le tell F6, par la Kuwaiti-Danish Archaeological Mission in Failaka (photo H. David-Cuny 2009)

Parallèlement, une équipe slovaque de l’université de Nitra (dir. L. Benediková) avait entrepris de 2005 à 2009 de mettre au jour un nouveau site de l’âge du Bronze, situé cette fois à la pointe nord-ouest de l’île, al-Khidr (al-Ḫiḍr). Il borde une baie naturelle qui semble offrir un emplacement de choix pour un port. De fait, le site se présente comme un alignement de petites constructions abritant de nombreuses jarres de stockage, comme on peut l’attendre d’une installation portuaire sur une île dont la prospérité repose sur le commerce maritime (fig. 3). La céramique, mais aussi de nombreux vases en pierre et de non moins nombreux cachets de Dilmun, attestent de la contemporanéité d’al-Khidr avec les sites de F3 et F6.

Fig. 3 : le site d’al-Khidr fouillé par la Kuwaiti-Slovak Archaeological Mission (KSAM 2007)
Fig. 3 : le site d’al-Khidr fouillé par la Kuwaiti-Slovak Archaeological Mission (KSAM 2007)

Curieusement, après la floraison de la civilisation de Dilmun à Faïlaka au IImillénaire av. n. è., le Ier millénaire n’est à peu près pas représenté, en dehors d’une attestation très peu claire du Tell Khazneh, fouillé par la précédente équipe française dans les années 80. Les descriptions données par les premiers visiteurs grecs parlent pourtant d’une île habitée et florissante. Des études qui relèvent de la géomorphologie permettront peut-être d’éclaircir ce mystère ; une analyse très préliminaire faite par la première mission française et qui n’a pour le moment pas été poussée plus avant, a mis en évidence le fait que le niveau de la mer et le tracé de la côte ont considérablement évolué au cours du temps, modifiant les possibilités d’installations humaines ou simplement en en détruisant les vestiges. Ces fluctuations appliquées à la topographie de l’île, dont de vastes dépressions intérieures sont actuellement inondables à la moindre pluie et donc inhabitables, expliquent peut-être les éclipses périodiques que semble subir l’histoire de Faïlaka.

Une occupation hellénistique : Tell Sa‛īd (F5) et Tell Khazneh

En effet, après l’âge du Bronze, elle ne connaît une seconde époque glorieuse qu’à l’époque hellénistique quand, une cinquantaine d’années après le décès d’Alexandre le Grand, Antiochos bâti à Faïlaka, alors appelées Ikaros, une forteresse habitée par une petite population grecque qui s’installe pour quelques siècles (La forteresse hellénistique de Tell Sa‘īd).

Au tournant de l’Islam : al-Quṣūr et Qurainiya

Le point haut suivant dans l’histoire connue de l’île se situe dans la seconde moitié du Ier millénaire de n. è. avec le développement d’une communauté chrétienne à al-Quṣūr peu avant l’avènement de l’islam et se poursuivant jusqu’à la période abbasside. Al-Quṣūr, exploré dès les années 70 par une équipe italienne de l’université de Venise (dir. S. Patitucci et G. Uggeri), ne révèle sa « christianité » qu’en 1988 avec la découverte par la précédente mission française d’une, puis deux églises en plein centre de l’île (Le site médieval d’al-Quṣūr). Des missions slovaque (dir. L. Benediková), polonaise (dir. P. Bielinski) et britannique (dir. D. Kennet) se joignent ponctuellement à la recherche pour étudier ce site d’une étendue exceptionnelle et contemporain des premiers siècles de l’Islam.

Sur la côte au nord d’al-Quṣūr, à Qurainiya (al-Qurayniyya), où travaille depuis 2011 une équipe italienne de l’université de Perugia (dir. G. Grassigli et A. Di Miceli), se sont installés dès le début de l’ère islamique des artisans dont on a retrouvé les fours et les ateliers (fig. 4).

Fig. 4 : installations artisanales du début de l’époque islamique à Qurainiya, fouillées par la Kuwaiti-Italian Archaeological Mission (photo H. David-Cuny 2015)
Fig. 4 : installations artisanales du début de l’époque islamique à Qurainiya, fouillées par la Kuwaiti-Italian Archaeological Mission (photo H. David-Cuny 2015)

Du XVIIIsiècle à nos jours : Qurainiya, Sa‘idah, Desht, Dar Al-Ma‘aiyan, al-Sabahiyah, ez-Zor

Ce n’est que bien plus tard dans l’époque moderne que Faïlaka atteste d’une occupation continue depuis le XVIIIsiècle jusqu’à nos jours, comme en témoignent les fouilles effectuées par plusieurs missions. Reprenant le principe d’implantation des sites antérieurs à l’occupation d’al-Quṣūr, les populations s’installent à nouveau près de la mer, sur la bordure rocheuse qui ceinture l’île en dominant de quelques mètres les dépressions intérieures. L’importance de la mer dans leur économie est attestée par le fait qu’en face de chacun de ces sites côtiers, des structures en pierre aménagées sur les hauts-fonds du rivage sont encore clairement visibles. Noyées à marée haute mais découvertes à marée basse, elles piègent les poissons qu’il suffit alors d’aller ramasser. Ces structures, bien qu’indatables, sont clairement un premier stade du procédé qui a abouti au traditionnel hadra, fait de filets verticaux arrimés à des piquets plantés dans les hauts-fonds, encore en usage au Koweït et tout autour du Golfe. Le site d’al-Awazim (al-‛Awāzim), sur la pointe orientale de l’île, a été initialement attribué à l’âge du Bronze sur la foi de tessons trouvés en surface qui pourraient dater de cette période. Cette datation n’est pas confirmée par la fouille en 2011 de l’équipe géorgienne (dir. D. Lordkipanidze), mais les structures en pierre qu’elle a dégagées pourraient être des installations dédiées au séchage du poisson. De véritables structures urbaines sont d’autre part attestées en de nombreux endroits de l’île. Après un abandon de quelques siècles, le village de Qurainiya renaît et s’étend de plusieurs centaines de mètres vers l’est à partir de la seconde moitié du XVIIIsiècle. Une équipe internationale composée d’archéologues locaux et de plusieurs pays voisins du Koweït – notamment la Jordanie et l’Arabie Saoudite – a fouillé le village de Sa‘idah (Ṣaydā), à l’est de la baie qui borde al-Khidr. Elle y a découvert les vestiges d’une mosquée de la deuxième moitié du XVIIIsiècle. Desht (al-Dašt), un peu plus à l’est, où a fouillé en 2014 une équipe polonaise (dir. P. Bielinski), ainsi que quelques points sur la rive sud-est sondés également par cette équipe, sont autant de villages qui se sont développés essentiellement à partir du XVIIIsiècle et ont pu perdurer jusqu’au début du XXe, comme probablement plusieurs autres disséminés sur les pourtours de l’île et repérés en surface. Une carte dessinée par un navigateur anglais en 1825 indique Sa‘idah, Qurainiya et Dar al-Ma‘aiyan (Dār al-Ma‛ayān) – à l’extrémité est de l’île – comme des villes habitées. Et quand le dernier gouverneur britannique au Koweït, H.R.P. Dickson, en fait un croquis en 1937, il dessine des champs de blé dans presque toutes les zones basses qui sont maintenant des étendues de boue saumâtre, et des palmeraies là où l’on ne voit aujourd’hui que quelques buissons. Preuve sans doute qu’à partir du moment où une population stable prenait en charge l’entretien de cultures, Faïlaka pouvait être capable de nourrir des habitants en nombre adapté, rendant ainsi vraisemblable l’image d’une île « couverte de forêts » rapportée par le premier voyageur grec. Plusieurs petits fortins islamiques récents, quadrilatères de quelques dizaines de mètres de côtés ceinturés de tours, construits à proximité des villages les plus importants (le village moderne d’ez-Zor (al-Zūr) à l’ouest, Qurainiya, et al-Sabahiyah (al-Ṣabāhiyya) sur la côte sud-est) viennent attester que les ressources de Faïlaka pouvaient susciter la convoitise et justifier une protection relativement ostentatoire. Enfin, des témoignages écrits de l’occupation moderne de l’île ont été conservés. S’ajoutent à la description détaillée de H.R.P. Dickson (1937), mentionnée précédemment, les descriptions du responsable d’un comptoir hollandais dans le Golfe T. von Kniphausen (1756), du voyageur danois C. Niebuhr (1779), du capitaine britannique G.B. Brucks (1829) et du lieutenant Jones (1839).

H. David-Cuny, février 2015

Bibliographie

Publication de la mission koweïtienne : Archaeological Investigations on the Island of Failaka, Koweït, 1958-1964.

Série de la mission danoise : Ikaros. The Hellenistic Settlements, Aarhus, 1982-1989 et articles dans la revue Kuml.

Série de la précédente mission française : Faïlaka. Fouilles françaises, Lyon, 1984-1990 et articles dans la revue Proceedings of the Seminar for Arabian Studies.

Benediková L., Failaka and Miskan Islands 2004-2009. Primary Scientific Report on the Activities of the Kuwaiti-Slovak Archaeological Mission, Koweït, 2010.

Bernard V., Callot O. & Salles J.-F., « L’église d’al-Qousour Failaka, État de Koweit. Rapport préliminaire sur une première campagne de fouilles », Arabian Archaeology and Epigraphy, 2/3, 1989, pp. 145-181.

Callot O., « Faïlaka à l’époque hellénistique », in Fahd T. (dir.), L’Arabie préislamique et son environnement historique et culturel, Strasbourg, 1989, pp. 127-143.

Galliano G. (dir.), L’île de Failaka. Archéologie du Koweït, Lyon, 2005.

Gelin M. (dir.), Kuwaiti-French Expedition in Faïlaka. The Hellenistic Fortress (Tell Saïd). Preliminary Scientific Report 2009, Koweït, 2012.

Hannestad L., « Danish archaeological excavations on Failaka », in Boucharlat R. & Salles J.-F. (dir.), Arabie orientale, Mésopotamie et Iran méridional, de l’âge du Fer au début de la période islamique, Lyon, 1984, pp. 59-66.

Kennet D., « Excavations at the site of al-Quṣūr, Failaka, Kuwait », Proceedings of the Seminar for Arabian Studies, 21, 1991, pp. 97-111.

Patitucci S. & Uggeri G., Failakah : Insediamenti medievali Islamici, Ricerche e scavi nel Kuwait, Rome, 1984.

Salles J.-F. et al. (dir.), Faïlaka, fouilles françaises, Lyon, 1983-1985.

Salles J.-F., « Failaka, une île des dieux au large de Koweit », CRAI, 1985, pp. 572-593.

Salles J.-F., « Chronologies du monachisme dans le Golfe arabo-persique », in Jullien F. & Pierre M.-J. (dir.), Monachisme d’Orient : images, échanges, influences. Hommage à Antoine Guillaumont, cinquantenaire de la chaire des « Christianismes orientaux », Turnhout, 2011, pp. 97-111.

Recherches archéologiques franco-koweïtiennes de l’île de Faïlaka (Koweït)