Préservation des sites archéologiques et du patrimoine bâti

Parallèlement à ses recherches archéologiques, la MAFKF a développé une activité qui lui est aujourd’hui intrinsèque : la conservation des vestiges qu’elle découvre. Les vestiges  de constructions en terre sont les plus sensibles et les plus complexes à gérer. Il est du devoir et de la responsabilité de l’archéologue de protéger ses découvertes. D’autant plus que, avant son intervention, les vestiges demeuraient dans un environnement et un état de conservation stables, grâce à leur ensevelissement. Chaque structure, soudainement exposée au contact de l’air libre après des décennies – voire des millénaires – sous terre, devient particulièrement vulnérable. Les conséquences sont encore plus dévastatrices lorsqu’il s’agit d’architecture de terre, comme c’est majoritairement le cas au sein des sites de l’île de Faïlaka.

Compte tenu de l’ampleur des vestiges dégagés et du fait que les missions précédentes aient le plus souvent laissé ces vestiges sans protection, la majeure partie des efforts de la MAFKF en matière de conservation et consolidation se concentre sur le site de la forteresse hellénistique, sans toutefois négliger le site médiéval d’al-Quṣūr où, pour le moment, l’intervention se limite à la préservation.

Le contexte patrimonial des sites étudiés

Les contextes des deux secteurs de travail sont très différents.

D’un côté, la forteresse est fouillée depuis la fin des années 1950 par une multitude d’équipes internationales, dont les excavations – souvent composées de profonds sondages – ont complexifié la topographique du site (La forteresse hellénistique de Tell Sa‘īd). Il en résulte une circulation interne alambiquée et une lisibilité historique difficile. En effet, de nombreuses phases chronologiques sont visibles simultanément (Ier millénaire av. n. è. et toutes les phases de la période hellénistique) et des murs cimentés – inventés ou « restaurés » – empêchent toute lecture didactique. De plus, ces différentes fouilles n’ont pour la plupart pas été parachevées par un travail de protection des vestiges, exceptée une campagne d’intervention faite au ciment qui s’avère à terme destructrice. Elles ont laissé derrière elles d’importantes élévations et fondations de murs mises à nu (fig. 1) dont l’ensemble se détériore un peu plus chaque année. Ce contexte a en grande partie engendré les problèmes de conservation actuels.

Fig. 1 : vue d’ensemble du site de la forteresse hellénistique après les pluies torrentielles de novembre 2013 (photo H. al Mutairi, DAM 2013)
Fig. 1 : vue d’ensemble du site de la forteresse hellénistique après les pluies torrentielles de novembre 2013 (photo H. al Mutairi, DAM 2013)

De l’autre, le site d’al-Quṣūr a commencé à intéresser les chercheurs dans les années 1970, période où les toutes premières excavations ont eu lieu. C’est ensuite en 1988 et 1989 qu’il a véritablement fait l’objet de fouilles archéologiques de grande ampleur (Le site médiéval d’al-Quṣūr). À l’époque les équipes avaient pris soin de reboucher leurs zones de travail et ont ainsi préservé les vestiges alors découverts. Lors des excavations de 2007 à 2009, les secteurs fouillés ont, pour certains, été recouverts mais de manière trop partielle malheureusement. Aujourd’hui, une partie des vestiges affleurent. Alors que ce site est historiquement plus récent que celui de la forteresse hellénistique, il a beaucoup plus souffert des détériorations dues au temps. Par contre, il présente les avantages d’avoir été fouillé plus tardivement et d’avoir été mieux protégé par les archéologues. D’autre part, les vestiges actuellement fouillés par la MAFKF présentent, dès leur dégagement, des structures de faible élévation qui rendent la protection de ce site plus aisée. En revanche, al-Quṣūr pose la question complexe de la préservation de ses sols en plâtre.

Les matériaux de construction employés

Les deux secteurs de travail présentent des matériaux constructifs similaires, à savoir la brique de terre crue et le grès marin maçonné au mortier de terre.

Le grès marin de Faïlaka est une roche plus ou moins friable composée de sables et de coquillages concassés, tous de granulométrie variable. La terre crue – employée sur l’île sous forme de brique, de mortier ou d’enduit – est schématiquement composée d’une structure de gros grains – le sable – liée par de petits grains – l’argile. Chaque terre naturelle a sa propre composition. Afin de garantir une bonne résistance des maçonneries, le dosage entre le sable et l’argile doit être bien proportionné. L’objectif est d’obtenir un résultat équilibré : ni friable – en cas d’excédent de sable -, ni dur et cassant – en cas d’excédent d’argile.

Les maçonneries érigées avec ces matériaux, particulièrement fragiles et sensibles aux intempéries, étaient à l’origine très probablement recouvertes d’un enduit de terre – aujourd’hui majoritairement disparu, sauf à al-Quṣūr où en subsistent quelques traces – permettant de les protéger. En effet, le vent, le climat chaud et humide en été et fortement pluvieux en hiver, contribuent drastiquement à la destruction des vestiges. À cela s’ajoute le sel marin, dont l’omniprésence est nuisible puisqu’il se trouve de manière inhérente au sein des matériaux de construction – sable, terre, grès. En remontant à la surface des maçonneries, l’humidité entraîne le sel, qui emporte les argiles. Or ce sont ces argiles qui assurent la cohésion de la terre. Une fois exposées à l’extérieur, elles disparaissent avec les premières pluies. La surface et le cœur des maçonneries, dépossédés de leur cohésion, sont alors affaiblis.

Bien que les constructions en terre correctement entretenues soient solides, sur la forteresse de Tell Sa’īd, les matériaux, soumis aux intempéries depuis très longtemps, sont extrêmement fragilisés (fig. 2). Fort de ces constats et face à l’état sanitaire alarmant du site, la conservation de la forteresse est devenue une problématique centrale de la MAFKF.

Fig. 2 : état du fossé est lors de sa mise au jour dans les années 1950 (Moesgaard Museum 1960) et en 2013 (MAFKF 2013)
Fig. 2 : état du fossé est lors de sa mise au jour dans les années 1950 (Moesgaard Museum 1960) et en 2013 (MAFKF 2013)

Les interventions de la MAFKF sur la forteresse de Tell Sa’īd

Sur ce site, des prémices de mesures de préservation ponctuelles ont été réalisées en 2004 par la mission française, durant sa fouille annuelle. Depuis 2011 et la création de la MAFKF, l’équipe archéologique réalise de manière systématique, en parallèle des fouilles, des travaux de consolidation et de protection dont chaque acte a été méthodiquement documenté et enregistré (fig. 3). Cependant, pour mettre en place une stratégie solide de conservation – et, à terme, de présentation – de la forteresse, s’intégrant dans un programme général à venir, des membres de la MAFKF ont été spécifiquement affectés à ces problématiques dès 2012. Il s’agit de spécialistes à même de comprendre le site, les bâtiments et les matériaux anciens, les structures architecturales et les spécificités techniques de l’architecture de terre, les besoins et les priorités archéologiques et historiques, ainsi que les futures exigences liées au tourisme. De plus, ils travaillent sur le terrain en très étroite et constante collaboration avec les archéologues.

Fig. 3 : exemple de consolidation et de protection réversible d’une partie du rempart nord menaçant de s’effondrer (MAFKF 2014)
Fig. 3 : exemple de consolidation et de protection réversible d’une partie du rempart nord menaçant de s’effondrer (MAFKF 2014)

C’est ainsi qu’en 2012, M. Bendakir, architecte-expert et spécialiste dans la conservation des sites archéologiques et monuments historiques en terre, et M. Imbert, restauratrice, ont élaboré deux documents primordiaux lors d’une première expertise : un plan général de mesures de protection de la zone archéologique et une étude de l’état sanitaire de la forteresse dans son ensemble. Depuis 2013, E. Devaux, architecte spécialiste de la terre crue, a pu compléter ces documents, élaborer et mettre en place un programme de premières mesures urgentes de préservation du site.

Fig. 4 : exemple des mesures de protection mises en place entre deux campagnes dans les secteurs fouillés : pose de géotextile, renforcement avec des sacs de sable et remplissage avec de la terre (MAFKF 2014)
Fig. 4 : exemple des mesures de protection mises en place entre deux campagnes dans les secteurs fouillés : pose de géotextile, renforcement avec des sacs de sable et remplissage avec de la terre (MAFKF 2014)

Ces interventions ont donc permis, en premier lieu, d’étudier les pathologies destructives, de comprendre leurs processus de formation et d’identifier les principaux facteurs de dégradation, à la fois naturels et humains. En deuxième lieu, la documentation ainsi établie offre la possibilité de dresser chaque année un constat comparatif de l’évolution de l’état des vestiges. Enfin, les grandes lignes du programme de préservation se fondent sur une méthodologie d’interventions d’urgence de plusieurs degrés, toutes à caractère réversible, dans l’attente de pouvoir établir un plan de conservation et de gestion sur la durée. Depuis 2013, les interventions fondées sur cette méthodologie se sont prioritairement déroulées sur les secteurs fouillés depuis la création de la MAFKF et, secondairement, sur les secteurs du site anciennement fouillés – essentiellement lorsque des vestiges étaient en péril imminent (fig. 4 et 5). Chacune de ces réalisations a été documentée et enregistrée.

Fig. 5 : exemple du système de drainage de surface mis en place dans le secteur de la tour 4 (nord-est) et s’évacuant dans le fossé (photo Y. Guichard, DAM 2009)
Fig. 5 : exemple du système de drainage de surface mis en place dans le secteur de la tour 4 (nord-est) et s’évacuant dans le fossé (photo Y. Guichard, DAM 2009)

Le futur d’un programme de restauration et de présentation de la forteresse

Le National Council for Culture, Arts and Letters (NCCAL) a clôturé l’ensemble des zones archéologiques de l’île afin d’assurer leur protection. Une nouvelle ère semble s’ouvrir pour la protection et la mise en valeur de l’ensemble du patrimoine historique, archéologique et naturel de l’île de Faïlaka. En effet, le NCCAL souhaite entreprendre un vaste projet de conservation et de présentation des vestiges archéologiques de la zone sud-ouest de l’île – dont deux sites de l’âge du Bronze et la forteresse hellénistique. Dans cette optique, il a déposé auprès de l’UNESCO en février 2013 une liste indicative qui recense l’ensemble des biens que l’État koweïtien souhaiterait voir bénéficier d’un futur classement à la liste du patrimoine mondial. Dans ce cadre, la MAFKF est intervenue comme conseillère, dans l’attente de l’éventuelle mise en place d’un plan durable de conservation de la forteresse dans lequel elle pourrait intervenir directement.

La mise en place d’une réelle politique patrimoniale de conservation devra s’accompagner d’un plan de réalisation détaillé. Il sera tout d’abord nécessaire de respecter un certain nombre de phases préalables de tests – matériaux, techniques constructives et de restauration, etc. – afin d’assurer la viabilité des mesures conservatoires envisagées. Ce point est d’autant plus important que ce site est complexe, chaque vestige étant un cas particulier. Les interventions que nous avons déjà réalisées constitueront un bon échantillonnage des techniques et des matériaux préconisés. Ensuite, en vue de la présentation du site au public, un certain nombre de choix concernant les espaces de circulations, les zones à restaurer et celles à reboucher sera à étudier en concertation étroite avec les archéologues et le NCCAL. En effet, ils auront un impact direct sur l’aspect, la perception et la lecture du site et donc sur sa future présentation aux visiteurs. Enfin, il sera primordial que toutes les parties s’accordent dans le but d’arriver à concilier « bonnes pratiques patrimoniales » dictées par l’UNESCO et critères esthétiques de présentation au public, propres à la culture locale.

C’est dans l’optique de la réalisation de ce futur programme patrimonial que la MAFKF continue à travailler sur le terrain et organise ses prochaines campagnes.

E. Devaux, février 2015

Bibliographie

Bendakir M., Les vestiges de Mari. La préservation d’une architecture millénaire en terre, Paris, 2009.

Devaux E., « Préservation de la forteresse hellénistique de Faïlaka : premiers pas et solutions d’urgence », Les Carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient (Hypotheses.org), 23 octobre 2014. [En ligne] http://ifpo.hypotheses.org/6231

Feilden B.M. & Jokilehto J., Guide de gestion des sites du patrimoine culturel mondial, Rome, 1996.

Houben H. & Guillaud H., Traité de construction en terre, Marseille, 1995.

Recherches archéologiques franco-koweïtiennes de l’île de Faïlaka (Koweït)