Culture matérielle et vie quotidienne

La vie quotidienne de la communauté chrétienne d’al-Quṣūr est difficile à restituer. Les vestiges archéologiques, assez mal conservés, laissent néanmoins entrevoir une communauté relativement simple, bien que certains bâtiments soient plus prestigieux. Les habitants, dont il reste encore à déterminer s’il s’agit de moines ou non, vivaient le plus souvent dans de petites maisons au sol plâtré, aux murs en terre et au plafond en terre et matériaux végétaux. Chaque habitat comprend une maison et une cour enclose (Histoire de l’établissement). Les activités devaient se dérouler principalement à l’extérieur, dans des cours dont certaines disposaient de puits. Ces cours devaient sans doute abriter des potagers et quelques animaux. La cuisine était préparée non pas dans la maison, mais dans une pièce aménagée contre le mur d’enclos de la cour. Les restes alimentaires sont trop peu nombreux pour restituer la manière dont ces populations se nourrissaient. Les habitants vivaient probablement de l’agriculture, du pastoralisme – les animaux pouvant paître dans les sebkhas voisines – ainsi que des produits de la mer, comme l’atteste la présence de poids de filet. La découverte de céramiques importées et de verre, alors qu’aucun four de potier ou de verrier n’a été mis au jour, atteste d’échanges avec l’extérieur, principalement avec la Mésopotamie et la Perse.

Le matériel découvert n’est pas très abondant. Les objets sont principalement en céramique. Le verre est néanmoins proportionnellement bien représenté, en particulier dans le secteur des églises. Des stucs décoratifs ont également été découverts. Le métal est assez peu conservé.

Fig. 1 : fragment de céramique à décor de motifs gougés et incisés et de motifs imprimés de cercles pointés (MAFKF 2011)
Fig. 1 : fragment de céramique à décor de motifs gougés et incisés et de motifs imprimés de cercles pointés (MAFKF 2011)

Les objets en céramique sont relativement simples. Les céramiques fines sont assez peu présentes, témoignant de la vie modeste des occupants : quelques céramiques à décor de motifs gougés et incisés et de motifs imprimés de cercles pointés (fig. 1) ainsi que des cruches eggshell à décor enlevé au couteau ont néanmoins été importées d’Irak. Elles sont caractérisées par une pâte très fine et claire et des décors recherchés. En revanche, la majorité des céramiques doit être rattachée à la catégorie des céramiques communes. De larges jarres à pâte verte ou rouge permettaient de stocker des aliments. La paroi interne pouvait être recouverte de bitume afin d’assurer son imperméabilité. La paroi extérieure est parfois décorée de motifs incisés relativement simples. Des jarres à paroi épaisse et verte sont probablement des jarres de transport attestant l’importation de certaines denrées. Elles sont parfois décorées de motifs estampés répétés, suivant une ligne horizontale, sur tout le pourtour de l’épaule de la jarre. Ce type, assez mal connu, est très largement représenté à al-Quṣūr, bien plus que sur d’autres sites contemporains. Les motifs sont animaliers ou géométriques (fig. 2). Des quadrupèdes, à cornes le plus souvent, sont encadrés dans un bandeau de forme triangulaire. Ces quadrupèdes prennent des formes diverses, plus ou moins réalistes. Les motifs géométriques sont circulaires : ils peuvent être cloisonnés, festonnés, lobés, à triskèles, à polygones pointés, et sont encerclés d’un bandeau à chevrons, à points, etc. Certains tessons estampés sont tout à fait originaux. Ils sont plus larges et présentent un style et des motifs différents. Tandis que les précédents, largement majoritaires, sont clairement rattachés à la céramique islamique, les seconds évoquent la glyptique sassanide et sont antérieurs – probablement la fin de la période sassanide. D’autres types de vaisselle ont été découverts. Les céramiques de cuisson sont souvent mal conservées et très brûlées. La vaisselle de table est relativement fréquente – cruches, bols, coupes, coupelles, etc. Elle est recouverte d’une glaçure turquoise opaque. La couleur d’origine est souvent altérée et certaines glaçures virent même au blanc. Cette glaçure est simple, monochrome et quasiment sans décor, à l’exception de quelques incisions. Les céramiques qui en sont recouvertes doivent être rattachées à la catégorie des céramiques communes, et non des céramiques fines.

Fig. 2 : motifs estampés, animaliers ou géométriques, répétés, suivant une ligne horizontale, sur l’épaule de certaines jarres (dessin H. David-Cuny, MAFKF 2014)
Fig. 2 : motifs estampés, animaliers ou géométriques, répétés, suivant une ligne horizontale, sur l’épaule de certaines jarres (dessin H. David-Cuny, MAFKF 2014)

Ce matériel date généralement, à l’exception des quelques tessons estampés sassanides mentionnés plus haut, de la fin du VIIe au IXsiècle. Certains fragments – appelés tessons diagnostiques – sont caractéristiques. Citons les céramiques à décor de motifs gougés et incisés et de motifs imprimés de cercles pointés (fin VIIe-IXsiècles, fig. 1), les cruches eggshell à décor enlevé au couteau (VIIIe-IXsiècles), les céramiques estampées (mi-VIIe-IXsiècles, fig. 2), les jarres à décor incisé entrelacé (mi-VIIe-IXsiècles), les céramiques à glaçure turquoise et décor incisé de lignes ondées (IXsiècle) ou encore, les coupes recouvertes d’une glaçure turquoise et marquées par une carène (fin VIIe-IXsiècles), qui sont particulièrement fréquentes.

Le verre est assez bien représenté, mais mal conservé. Il est généralement de couleur sombre – noir ou violet -, bleu foncé ou vert. Les formes préservées sont principalement des fonds de gobelets concaves et des goulots de bouteilles. Les gobelets présentent souvent une lèvre interne ourlée et une moulure interne.

De nombreux fragments de stuc décoré ont également été découverts (fig. 3). Dans l’église monumentale – église ouest -, ils ont permis de restituer des bandeaux végétaux qui devaient courir sur les murs et des croix en stuc. Quatre croix en stuc ont été mises au jour : deux panneaux ont pu être reconstitués tandis que deux autres sont très fragmentaires. Les croix sont ornées, aux extrémités de leur branche, de boules. Elles reposent sur une « fontaine de résurrection ». Les panneaux sont encadrés de bandeaux, du même type que les fragments ne correspondant pas à des panneaux et associés à des bandeaux ornant les murs. Les motifs sont végétaux – palmettes, feuilles de vigne – et géométriques – rosettes, rosaces. Des fragments de stuc peints ont été découverts lors des fouilles de la Kuwaiti-Slovak Archaeological Mission dans un bâtiment à enclos. Ses dimensions et la qualité du matériel découvert le distinguent des édifices modestes fouillés par les autres missions.

Fig. 3 : fragments d’un décor en stuc découvert dans l’église monumentale d’al-Quṣūr (MAFKF 2011)
Fig. 3 : fragment d’un décor en stuc découvert dans l’église monumentale d’al-Quṣūr (MAFKF 2011)

Le matériel métallique découvert consiste principalement en des clous. Une monnaie en bronze a néanmoins été découverte en surface (fig. 4). Assez bien conservée, elle peut être identifiée comme sassanide grâce à son revers représentant deux desservants encadrant un autel du feu et à son avers à l’effigie du souverain couronné.

Fig. 4 : monnaie de la fin de la période sassanide découverte en surface (MAFKF 2011)
Fig. 4 : monnaie de la fin de la période sassanide découverte en surface (MAFKF 2011)

Assez bien conservée, elle peut être identifiée comme sassanide grâce à son revers représentant deux desservants encadrant un autel du feu et à son avers à l’effigie du souverain couronné.

J. Bonnéric, février 2015

Bibliographie

Benediková L., Failaka and Miskan Islands 2004-2009. Primary Scientific Report on the Activities of the Kuwaiti-Slovak Archaeological Mission, Koweït, 2010.

Bernard V., Callot O. & Salles J.-F., « L’église d’al-Qousour Failaka, État de Koweit. Rapport préliminaire sur une première campagne de fouilles », Arabian Archaeology and Epigraphy, 2/3, 1989, pp. 145-181.

Carter R., « Christianity in the Gulf During the First Centuries of Islam », Arabian Archaeology and Epigraphy, 19/1, 2008, pp. 71–108.

Kennet D., « Excavations at the Site of al-Quṣūr, Failaka, Kuwait », Proceedings of the Seminar for Arabian Studies, 21, 1991, pp. 97-111.

Patitucci S. & Uggeri G., Failakah : Insediamenti medievali Islamici, Ricerche e scavi nel Kuwait, Rome, 1984.

Recherches archéologiques franco-koweïtiennes de l’île de Faïlaka (Koweït)