Les recherches de la MAFKF

L’analyse des travaux antérieurs conduits sur le site d’al-Quṣūr a mis en évidence des lacunes concernant deux questions, pourtant fondamentales. En 2011, lors de la création de la MAFKF, la nature de l’établissement ainsi que sa période d’occupation étaient encore mal définies. S’agissait-il d’un monastère ou d’un village rassemblé autour de deux églises ? Le site avait-il réellement connu une rupture dans son occupation et fallait-il distinguer un établissement lié aux églises, sassanide, et une implantation villageoise ultérieure, abbasside ? Les réponses apportées à ces questions n’étaient pas encore satisfaisantes et il était donc nécessaire de concentrer la recherche sur la compréhension de la nature et de la chronologie du site. Afin de répondre à ces deux objectifs principaux, la MAFKF a défini, dès 2011, trois axes de travail : le relevé systématique des vestiges apparaissant en surface, l’ouverture de deux nouveaux secteurs de fouille et l’étude de la céramique. Cette stratégie a commencé à porter ses fruits et elle répondra bientôt à ces questions fondamentales, non seulement pour la compréhension du site, mais également pour celle de l’histoire du christianisme oriental et du rapport des conquérants musulmans aux minorités (Histoire de l’établissement).

Le relevé des vestiges en surface

Deux plans d’ensemble du site d’al-Quṣūr ont été réalisés par des missions antérieures. Le premier est celui de la mission italienne (Archaeological Mission in the Arabic Gulf, 1975-1976). Il est néanmoins fondé uniquement sur des photographies aériennes anciennes et se révèle, une fois confronté au terrain, peu précis. Le second plan a été dressé par les archéologues slovaques (Kuwaiti-Slovak Archaeological Mission, 2006-2009). Ces derniers ont réalisé leur plan sur le terrain mais le niveau de détail dans la représentation est insuffisant. Les vestiges sont représentés de manière schématique, sans que l’on sache si l’ensemble est conservé ou si des éléments ont été restitués. Ces deux plans, s’ils sont utiles pour constater la concentration des vestiges au centre de l’établissement par exemple, sont néanmoins lacunaires. La MAFKF a souhaité dresser un nouveau plan, beaucoup plus précis (fig. 1), assurant ainsi une meilleure compréhension du site dans son ensemble. Afin de comprendre au mieux son organisation générale, J. Humbert a débuté, en 2011, le relevé des vestiges de surface apparaissant sur l’ensemble du site. Ce travail d’observation sur le terrain est complété par l’analyse de vues du ciel : photographies aériennes anciennes, photographies satellites et photographies au cerf-volant. Les photographies au cerf-volant, faites à plus basse altitude que les photographies aériennes, sont les plus précises. Elles ont été réalisées par P. Guichard en 2009 et T. Sagory en 2010. Des photographies aériennes des secteurs de fouille de la MAFKF sont, depuis 2013, réalisées par H. al Mutairi. Le fait que les vestiges affleurent en surface offre la possibilité de représenter, par des couleurs et des symboles différents, de nombreux détails : sols en plâtre, murs effondrés, parements de murs, effondrements non identifiés, hypothèses de prolongement de murs, murs visibles en photographie aérienne, etc.

Fig. 1 : relevé des vestiges visibles en surface : parties centrale du site d’al-Quṣūr (relevé J. Humbert, MAFKF 2014)
Fig. 1 : relevé des vestiges visibles en surface : parties centrale du site d’al-Quṣūr (relevé J. Humbert, MAFKF 2014)

 À l’heure actuelle, ont été relevées les parties nord et centrale du site. Le plan de l’ensemble du site sera certainement achevé lors de la prochaine campagne (automne 2015), qui se concentrera sur le relevé de la partie sud. Ce travail est particulièrement laborieux mais offrira à l’ensemble des missions et aux chercheurs désirant travailler sur le site d’al-Quṣūr une vision très documentée, sans fouille, du site dans sa globalité. Le plan ainsi dressé est bien entendu à relativiser puisque n’y figurent que les éléments en surface. Il demeure donc partiel, comme l’ont prouvé les fouilles de 2012.

La fouille : les secteurs A4 et A5

Le travail de fouille de la MAKFK à al-Quṣūr a débuté en 2012. Le plan du centre du site, achevé en 2011, a permis de définir des zones de fouille pertinentes pour répondre à la problématique de la nature et de la chronologie du site. Dans ce but ont été ouverts deux secteurs de fouille : le secteur A4, dirigé par J. Bonnéric, avec l’intervention de S. el Dirani (2014), est situé à l’ouest des églises tandis que le secteur A5, dirigé par M. Rivoal (2012-2013) puis G. Herviaux (2014), est situé au nord de ces édifices, sur les contours d’un large espace vide de vestige en surface (fig. 1). L’objectif était de déterminer la présence ou l’absence d’un mur d’enclos de monastère, monastère qui se serait organisé autour des églises, sur le modèle d’autres établissements du Golfe ou d’Irak. Différents éléments pointaient dans cette direction. D’une part, le plan de l’église ouest est proche de celui des églises monastiques de Sīr Banī Yās, Kharg et ῾Ayn Sha’ia, où un mur ferme un espace interprété comme monastique. Or, un mur d’orientation nord-sud et accolé au chevet de l’église orientale, mis au jour lors de la dernière campagne de la précédente mission française (2009), aurait pu dessiner une telle limite. Par ailleurs, l’espace limitrophe des églises est, en surface, vide de construction. Sur les sites monastiques précédemment mentionnés, un espace vacant sépare église et cellules des moines. Or, à al-Quṣūr, apparaissait en surface un alignement, au nord et à l’ouest des églises dont elles étaient séparées par un espace vide. Cet alignement aurait pu correspondre au prolongement, vers l’ouest et le sud, du mur d’orientation nord-sud découvert en 2009 par la mission précédente. L’ensemble de ces éléments indiquait qu’un monastère pouvait entourer les églises d’al-Quṣūr.

La campagne de 2012 a révélé que l’alignement visible en surface, sur les pourtours de l’espace vide de vestige, n’était pas un mur d’enclos monastique, mais une succession de murs alignés, correspondant pour la plupart à des bâtiments à enclos. Dans le secteur A5, au nord des églises, ont néanmoins été découvertes les traces d’une occupation antérieure à celle des vestiges en surface, ce qui n’avait pas encore été mis en évidence par les fouilles. Dans le secteur A4, face à l’entrée de l’église monumentale, apparaissait un bâtiment de prestige, de grandes dimensions. Lors de la campagne 2013, les archéologues se sont concentrés, dans le secteur A5, sur la fouille du bâtiment situé au nord des églises et antérieur aux vestiges en surface. Partiel, le plan du bâtiment B16 laissait supposer la découverte d’une cellule. Dans le secteur A4 a débuté la fouille d’un grand bâtiment situé au sud-ouest de l’église, dans la partie alors la plus haute et la plus dense en vestiges de la partie centrale du site. La dernière campagne, en 2014, a révélé que le bâtiment B16, situé au nord des églises n’était vraisemblablement pas une cellule puisqu’il s’agissait d’un bâtiment isolé (fig. 2). Dans le monastère de Kharg, le mieux conservé et le plus largement excavé, les cellules, à trois pièces, sont en effet accolées les unes aux autres.

Fig. 2 : partie sud du secteur A4 à la fin de la campagne 2014 (photo H. Al Mutairi, DAM 2014)
Fig. 2 : partie sud du secteur A4 à la fin de la campagne 2014 (photo H. Al Mutairi, DAM 2014)

En revanche, la poursuite de la fouille de la partie sud du secteur A4 a offert une découverte significative (fig. 3) : un bâtiment, dont certaines techniques de construction sont similaires à celles de l’église monumentale, présente un plan très proche de celui d’un bâtiment identifié, sur le site de Kharg, comme un réfectoire. Si cette hypothèse est confirmée lors de notre prochaine campagne (automne 2015), la présence d’un réfectoire constituera une preuve de l’existence d’un monastère.

Fig. 3 : le bâtiment B16 (secteur A5) à la fin de la campagne 2014 (photo H. al Mutairi, DAM 2014)
Fig. 3 : le bâtiment B16 (secteur A5) à la fin de la campagne 2014 (photo H. al Mutairi, DAM 2014)

Si les secteurs de fouille contribuent donc à la compréhension de la nature du site, ils ont en outre offert des éléments intéressants sur la compréhension de la chronologie du site. Le bâtiment B16, découvert en A4, prouve en effet l’existence d’une phase antérieure à celle des vestiges en surface, qui constituent vraisemblablement l’extension maximale du site. Le fait que ce bâtiment était encore en élévation et occupé lors de la construction des édifices de la phase postérieure, actuellement en surface, atteste par ailleurs qu’il n’y a pas eu d’abandon du site entre les deux phases. Enfin, la contemporanéité fort probable de la construction de l’église monumentale et du bâtiment B16 laisse supposer que la première phase d’occupation du site comptait déjà une église monumentale et, probablement, un monastère.

L’étude de la céramique

Le troisième axe de travail est celui de l’étude céramologique, fondamentale pour la compréhension du site et pour la restitution d’une chronologie absolue. Le phasage mis en place grâce à la fouille doit en effet être daté. Jusqu’à présent, seuls les tessons diagnostiques ont été analysés. Ils sont numérotés, dessinés, photographiés, inventoriés et décrits à l’intérieur d’une base de données. Ont ainsi été enregistrés les tessons diagnostiques de la précédente mission française et de la MAFKF. Une partie du matériel de l’ancienne mission n’est cependant pas disponible. La céramique découverte n’était pas suffisante pour dresser une typologie. Cette dernière n’aboutira qu’à la fin de la première tranche quinquennale, en 2016.

Fig. 4 : coupes à glaçure turquoise et carène (dessin H. David-Cuny, MAFKF 2014)
Fig. 4 : coupes à glaçure turquoise et carène (dessin H. David-Cuny, MAFKF 2014)

La céramique (Culture matérielle et vie quotidienne) semble indiquer que la première phase d’occupation se situe à la fin de la période sassanide (fin VIe–VIIsiècle) et que la seconde, peut-être une phase d’extension, se prolonge jusqu’au IXsiècle. La céramique est, pour l’instant, le seul élément de datation disponible (fig. 4). L’étude des stucs et du verre contribuera certainement à l’analyse chronologique. La datation est établie par comparaison avec le matériel de sites principalement irakiens et iraniens (par exemple Suse, Samarra, al-Ḥīra, Sīrāf), ou du Golfe (par exemple Ras al-Khaimah, Kharg). La céramique fine, la plus précisément datée sur ces sites, est malheureusement peu représentée à al-Quṣūr et la datation fournie est donc relativement large. Nous disposons plus de fourchettes (Histoire de l’établissement) que de datations précises.

J. Bonnéric, février 2015

Recherches archéologiques franco-koweïtiennes de l’île de Faïlaka (Koweït)