L’exploration archéologique d’al-Quṣūr

Malgré sa taille et la bonne visibilité de ses vestiges en surface, al-Quṣūr n’a intéressé que tardivement les chercheurs. Avant les années 70, les archéologues travaillant au Koweït se préoccupaient principalement des sites de l’âge du Bronze et de la période hellénistique, tandis que la céramique de surface rattachait clairement al-Quṣūr à la période islamique. Cependant, une fois révélée, la richesse de ce site a attiré de multiples équipes internationales. Italiens, Français, Slovaques, Polonais ont tenté, séparément, de comprendre l’histoire de ce site dont l’étude s’est avérée plus complexe que ne pouvaient le laisser supposer la simplicité de la stratigraphie et l’abondance de vestiges.

Archaeological Mission in the Arabic Gulf (1975-1976)

Les premières fouilles archéologiques du site d’al-Quṣūr sont conduites en 1975 et 1976 par une équipe de l’université de Venise et de l’université de Bologne. Sont mis aux jours des habitats à enclos et ce qui a été interprété comme une tour, mais qui est probablement un bâtiment d’habitation. Les céramiques découvertes, principalement des céramiques à glaçure turquoise et des tessons estampés, conduisent les archéologues à dater cette installation, interprétée comme villageoise, du début de la période islamique (VIIe-IX/Xsiècles). Ces travaux ont fait l’objet d’une publication finale en italien, sous la direction de S. Patitucci et G. Uggeri, synthétisée en anglais à la fin de l’ouvrage (Patitucci & Uggeri 1984). Cette publication décrit les vestiges découverts, classifie la céramique – classification illustrée par quelques exemplaires – et livre un plan réalisé à partir de photographies aériennes. Ce plan, s’il donne une idée de l’organisation du site, se révèle très imprécis lorsqu’il est confronté au terrain.

Mission archéologique française à Koweït (1988-1989 ; 2007-2009)

Délaissé pendant plus de 10 ans, ce n’est qu’en 1988 que le site fera à nouveau l’objet d’une étude. Une mission française, rattachée à la Maison de l’Orient et de la Méditerranée, basée à Lyon, et qui travaille depuis 1983 sur des sites côtiers de l’âge du Bronze et de l’époque hellénistique (Occupations humaines de l’île et historique des fouilles), procède à un premier sondage dans la partie la plus dense en vestiges et la plus haute du site. Les archéologues ont la chance de découvrir une croix en stuc les conduisant à élargir la zone de fouille. Cette opération, conduite par J.-F. Salles et V. Bernard, aboutira à la découverte d’une église monumentale, dont la fouille ne sera achevée qu’en 2007, après dix-sept années d’interruption dues à la guerre du Golfe. Cette large église – environ 35 x 19 m – est caractérisée par un narthex, trois vaisseaux séparés par des murs-piliers, une abside à chevet plat et deux chapelles latérales. En 2008 est découverte, par E. Prost, B. Renoult et J.-F. Salles, une seconde église, construite sur le même axe que la première, à l’est. De dimensions plus réduites – environ 20 x 7 m –, elle présente une nef unique et son abside, à chevet plat, n’est pas encadrée par des chapelles. Elle est construite sur un podium en pierres. Une croix est inscrite sur le plâtre d’une banquette construite dans l’abside.

Fig. 1 : un bâtiment à enclos (B1) fouillé par la précédente mission française, en 2007 (photo J. Bonnéric 2007)
Fig. 1 : un bâtiment à enclos (B1) fouillé par la précédente mission française, en 2007 (photo J. Bonnéric 2007)

Les travaux de la mission française ont également porté sur l’habitat et sur des bâtiments isolés dont la fonction est difficile à définir (fig. 1). Dans le cadre de cette mission, D. Kennet a fouillé, en 1989, un bâtiment à enclos situé à l’ouest de l’église. L’enclos, semi-circulaire, abrite un édifice à trois pièces, des pièces de stockage dans ses angles sud-ouest et sud-est, un large puits, etc. Le relevé des vestiges en surface, réalisé par J. Humbert, a révélé que la partie sud du bâtiment se prolongeait en ce qui paraît être une vaste cour rectangulaire. Deux autres édifices à enclos ont été fouillés par la mission française, l’un par J. Bonnéric (B1, 2007), l’autre par F. Bessard (B8, 2008). Ils sont situés au sud-ouest des églises et sont limitrophes l’un de l’autre. Les enclos, rectangulaires, abritent un bâtiment d’angle à pièce unique et un bâtiment d’habitation, accolé à l’enclos pour l’un des édifices et isolé au centre de la cour pour l’autre. À proximité de ces deux habitats ont été mis au jour en 2008 (J. Bonnéric) sept bâtiments non-enclos (B2-B7 et B9). La dernière campagne de fouille de la mission française, en 2009, a permis la mise au jour de ce qui a été identifié par E. Prost, B. Renoux et J.-F. Salles, comme un ensemble ecclésiastique (fig. 2). Rien ne permet, en l’état actuel des données, d’étayer cette identification.

Fig. 2 : en bas, l’église monumentale recouverte après fouille, en haut, « l’ensemble ecclésiastique » en cours de fouille, au centre, la petite église, partiellement recouverte, campagne 2009 de la mission française précédente (photo Y. Guichard, DAM 2009)
Fig. 2 : en bas, l’église monumentale recouverte après fouille, en haut, « l’ensemble ecclésiastique » en cours de fouille, au centre, la petite église, partiellement recouverte, campagne 2009 de la mission française précédente (photo Y. Guichard, DAM 2009)

Les travaux de la mission française n’ont pas encore fait l’objet d’une publication finale. L’église monumentale a été publiée de manière préliminaire dans trois articles (Bernard et al. 1991, Bernard & Salles 1991, Salles 2011). La petite église ainsi que le « complexe ecclésiastique » et les bâtiments isolés ou à enclos sont mentionnés dans un article plus général sur le christianisme dans le Golfe (Salles 2013).

Kuwaiti-Slovak Archaeological Mission (2006-2009)

Fig. 3 : larges bâtiments à enclos, situés au nord de la partie centrale du site, dans la concession slovaque, dont l’un a été partiellement fouillé par la Kuwaiti-Slovak Archaeological Mission (photo Y. Guichard, DAM 2009)
Fig. 3 : larges bâtiments à enclos, situés au nord de la partie centrale du site, dans la concession slovaque, dont l’un a été partiellement fouillé par la Kuwaiti-Slovak Archaeological Mission (photo Y. Guichard, DAM 2009)

De 2006 à 2009, la Kuwaiti-Slovak Archaeological Mission, dirigée par L. Benediková, a conduit une prospection globale du site, des fouilles et des mesures géophysiques. La prospection a consisté en un recensement de toutes les structures apparentes en surface, en leur localisation topographique et en une description sommaire. Trois structures ont fait l’objet de mesures géophysiques au géoradar et magnétomètre tandis que deux bâtiments à enclos, situés au nord (fig. 3) et au sud-ouest (fig. 4) de la partie centrale, ont fait l’objet de fouilles. L’un des édifices est particulièrement intéressant. Il présente un bâtiment d’habitation à neuf pièces, un petit édicule à une pièce construit contre la paroi extérieure de l’enclos et un bâtiment d’angle, non pas à pièce unique, mais à quatre pièces. Il a en outre révélé des objets de qualité en verre, en céramique (plusieurs profils de jarre ou coupelle complets) et – découverte exceptionnelle – des fragments de stuc peints. Les travaux conduits durant ces quatre campagnes ont fait l’objet d’une publication préliminaire (Benediková 2010) tandis qu’une partie des résultats géophysiques a été publiée sous forme d’articles (Pieta et al. 2007, Pieta et al. 2009).

Fig. 4 : bâtiment à enclos rectangulaire, situé au sud-ouest de la partie centrale du site et partiellement fouillé par la Kuwaiti-Slovak Archaeological Mission (photo T. Sagory, DAM 2010)
Fig. 4 : bâtiment à enclos rectangulaire, situé au sud-ouest de la partie centrale du site et partiellement fouillé par la Kuwaiti-Slovak Archaeological Mission (photo T. Sagory, DAM 2010)

Kuwaiti-Polish Archaeological Mission (2011-2013)

De 2011 à 2013, la Kuwaiti-Polish Archaeological Mission, dirigée par P. Bielinski et qui travaille depuis plusieurs années à Sabiya, a porté son attention sur le site d’al-Quṣūr. Les campagnes de fouille, sous la responsabilité de M. Żurek, ont porté sur la partie nord du site (fig. 5). Un bâtiment à enclos a été dégagé en 2011 tandis que les deux autres campagnes ont porté sur l’étude d’un large bâtiment au plan original. Les résultats de ces campagnes n’ont pas encore été publiés. Ils permettront néanmoins de comparer le matériel découvert et les formes que prennent les habitats avec la partie centrale du site, fouillée par la précédente mission française et la mission franco-koweïtienne, et la partie ouest, où a travaillé la mission slovaque.

Fig. 5 : extrémité nord du site, bordée sur sa partie nord par une décharge avant fouille par la Kuwaiti-Polish Archaeological Mission (photo T. Sagory, DAM 2010)
Fig. 5 : extrémité nord du site, bordée sur sa partie nord par une décharge avant fouille par la Kuwaiti-Polish Archaeological Mission (photo T. Sagory, DAM 2010)

Mission archéologique franco-koweïtienne de Faïlaka (2011– prés.)

Enfin, en 2011, la mission archéologique franco-koweïtienne de Faïlaka (MAFKF), créée par M. Gelin et S. Shehab, relance l’étude du site d’al-Quṣūr, sous la responsabilité de J. Bonnéric. Constatant les lacunes dans la connaissance de la datation du site et de sa nature, la MAFKF décide de concentrer ses travaux sur la résolution de ces questions. Pour ce faire est lancé, en 2011, le relevé systématique, par J. Humbert, des vestiges en surface afin de dresser un plan le plus précis possible. Ce plan, qui devrait être achevé fin 2015, est un outil précieux pour la compréhension du site – organisation de l’établissement, chronologie horizontale, etc. – et le choix d’implantation des sondages de fouille. La même année est conduite, par J. Bonnéric, l’étude de la céramique (Culture matérielle et vie quotidienne) mise au jour par la mission française de 2007 à 2009. La céramique découverte dans l’église monumentale, en 1988 et 1989, est perdue et n’a été étudiée que d’après les dessins et notes prises par l’ancienne équipe. En 2012 sont ouverts deux secteurs de fouille, au nord – dirigé par M. Rivoal puis G. Herviaux – et à l’ouest – dirigé par J. Bonnéric – de l’église monumentale, qui visent à déterminer la nature monastique ou villageoise du site et à préciser sa chronologie (Création et programme de la MAFKF).

Les travaux de la MAFKF sont en cours de publication préliminaire. Deux articles livrent également les premiers résultats de la mission.

Le site d’al-Quṣūr – fondamental pour la compréhension de l’histoire du Golfe et du christianisme oriental – a fait l’objet de nombreuses études archéologiques. Elles ont permis de s’intéresser à des zones variées du site – partie centrale, nord et sud-ouest – et à des structures différentes – habitat et édifices religieux. La mise en perspective de toutes ces données devrait fournir une vision générale de l’établissement et de son évolution. Néanmoins, aucune étude globale n’est à présent possible. L’étude de ce site souffre en effet de l’absence de publication finale, voire préliminaire. Pourtant il serait particulièrement intéressant, par exemple, de pouvoir comparer le matériel découvert par les différentes équipes, en particulier la céramique.

J. Bonnéric, février 2015

Bibliographie

Benediková L., Failaka and Miskan Islands 2004-2009. Primary Scientific Report on the Activities of the Kuwaiti-Slovak Archaeological Mission, Koweït, 2010.

Bernard V., Callot O. & Salles J.-F., « L’église d’al-Qousour Failaka, État de Koweit. Rapport préliminaire sur une première campagne de fouilles », Arabian Archaeology and Epigraphy, 2/3, 1989, pp. 145-181.

Bernard V. & Salles J.-F., « Discovery of a Christian Church at Al-Qusur, Failaka (Kuwait) », Proceedings of the Seminar for Arabian Studies, 21, 1991, pp. 7-21.

Bonnéric J., « Al-Quṣūr (Koweït), état des recherches de la mission archéologique franco-koweïtienne de Faïlaka (2011-2013) », Les Carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient (Hypotheses.org), 2 septembre 2014. [En ligne] http://ifpo.hypotheses.org/6164

Kennet D., « Excavations at the site of al-Quṣūr, Failaka, Kuwait », Proceedings of the Seminar for Arabian Studies, 21, 1991, pp. 97-111.

Patitucci S. & Uggeri G., Failakah : Insediamenti medievali Islamici, Ricerche e scavi nel Kuwait, Rome, 1984.

Pieta K., Shehab S., Tirpák J., Bielich M., Bartík M. & Ďuriš J., « Archaeological and Geophysical Prospecting of Deserted Early Islamic Village Al-Qusur (Failaka Island, State of Kuwait) », Študijné Zvesti Archeologického Ústavu Sav, 41, 2007, pp. 74-76.

Pieta K., Shehab S., Benediková L., Bielich M., Tirpák J. & Bartík M., « Archaeological and Geophysical Survey of Deserted Early Islamic Village Al-Qusur, Failaka Island, State of Kuwait », VSlužbách Archeologie, 1, 2009, pp. 29-35.

Salles J.-F., « Chronologies du monachisme dans le Golfe arabo-persique », in Jullien F. & Pierre M.-J. (dir.), Monachisme d’Orient : images, échanges, influences. Hommage à Antoine Guillaumont, cinquantenaire de la chaire des « Christianismes orientaux », Turnhout, 2011, pp. 97-111.

Salles J.-F. & Callot O., « Les églises antiques de Koweït et du golfe Persique », in Briquel-Chatonnet F. (dir.), Les églises en monde syriaque, Paris, 2013, pp. 237-268.

Recherches archéologiques franco-koweïtiennes de l’île de Faïlaka (Koweït)