Traitement des objets archéologiques

Menée parallèlement à la fouille, l’étude du matériel issu de cette dernière est une étape indispensable du travail archéologique. Les conditions d’enfouissement des objets du quotidien, parfois sur de très longues périodes, les empêchent bien souvent de parvenir jusqu’à nous. Les matières organiques – textiles, cuirs, bois, etc. – ont disparu des sites étudiés par la MAFKF, tandis que le métal et le verre sont fortement altérés. Le mobilier céramique, en raison de sa nature imputrescible, est celui que l’on retrouve en quantité la plus abondante sur les sites de Faïlaka.

Le matériel archéologique fait l’objet d’un traitement standardisé qui en assure documentation, classification, étude et conservation. Au sein de la MAFKF, cette opération suit une chaîne opératoire où interviennent des spécialistes et des céramologues (J. Bonnéric et C. Durand) qui trient les objets, les enregistrent dans des bases de données, les inventorient puis en assurent l’étude. Un conservateur-restaurateur (S. Alami-Viguié) évalue le traitement de conservation approprié et la possibilité de les restaurer. Enfin, un photographe et un dessinateur (H. David-Cuny) interviennent sur les éléments sélectionnés. Si la chaîne opératoire suit généralement ce déroulement, une intervention in situ est parfois nécessaire, tant pour la photographie et le dessin du matériel que pour son traitement conservatoire.

Afin d’assurer le meilleur traitement possible du matériel, l’échange entre les différents spécialistes qui en ont la charge est primordial. Le céramologue peut par exemple signaler au dessinateur les éléments particulièrement importants d’une pièce qui doivent être mis en valeur. Le dessinateur qui observe le matériel dans le détail peut, quant à lui, remarquer des éléments que n’aurait pas notés le céramologue. Le conservateur, enfin, peut éclairer le spécialiste sur l’état original des objets, par exemple la couleur de la glaçure qui subit, sur l’île de Faïlaka, des dommages importants du fait de la salinité du sol.

Étude du matériel céramique

L’apport de l’étude du matériel céramique est fondamental à plusieurs égards. Pour cette raison, il fait obligatoirement l’objet d’une analyse approfondie qui suit un protocole bien établi, en amont de la chaîne opératoire liée au traitement des objets.

Objectifs

Tout d’abord, l’identification des différents types de vaisselle – produits de luxe, céramique commune, vaisselle de service, etc. – présents dans la structure fouillée permet de mieux comprendre sa nature et les pratiques sociales qui s’y déroulaient.

En outre, la mise en évidence de différents groupes de productions nous éclaire sur l’histoire économique des sites, en permettant de reconstituer les circuits commerciaux et de mettre en lumière les zones de contacts régionaux ou à plus longue distance. L’île de Faïlaka étant, semble-t-il, située sur les voies commerciales maritimes anciennes, cet aspect y est particulièrement pertinent. Ses liens étroits et permanents avec la région Mésopotamienne sont bien mis en lumière par la présence de céramique glaçurée, tant à l’époque hellénistique à la forteresse qu’à l’époque médiévale sur le site d’al-Quṣūr.

Enfin, l’étude du matériel céramique permet de dater les structures découvertes, en replaçant les unités stratigraphiques dans une fourchette chronologique plus ou moins précise. La datation est rendue possible lorsque les objets retrouvés peuvent être identifiés comme appartenant à un groupe de production connu par ailleurs, et/ou comparés avec des découvertes provenant de sites voisins ou plus lointains bien datés. La précision de la datation des sites étudiés est l’un des objectifs de la MAFKF (Création et programme de la MAFKF). Sur le site d’al-Quṣūr néanmoins, des typologies fines de comparaison font défaut. En ce qui concerne la forteresse, l’étude approfondie de la céramique glaçurée laisse espérer certains progrès, par le biais de comparaisons avec des sites récemment publiés dans la région du Golfe et de la péninsule arabique.

Fig. 1 : enregistrement du matériel céramique dans une base de données (photo C. Durand, MAFKF 2014)
Fig. 1 : enregistrement du matériel céramique dans une base de données (photo C. Durand, MAFKF 2014)

Méthodologie

Au moment de la fouille, le matériel est prélevé précautionneusement par les archéologues suivant les couches stratigraphiques auxquelles sont attribués des numéros. Pour chacune de ces couches, le matériel céramique est ensuite trié en fonction des différents types de pâte – couleur de l’argile, nature du dégraissant, etc. –, puis l’ensemble est décrit, compté et enregistré dans une base de données informatisée (fig. 1). Le matériel de la forteresse et celui d’al-Quṣūr suivent le même processus d’analyse mais sont enregistrés dans des bases de données différentes. Les fragments les plus significatifs, en raison de leur forme, de la nature de leur pâte ou de toute autre spécificité, également appelés « tessons diagnostics », sont isolés. Un numéro d’inventaire leur est attribué – FOR+date+numéro de couche+numéro d’objet pour le site de la forteresse et QSR+date+secteur+numéro d’objet pour le site d’al-Quṣūr. Ils sont alors enregistrés dans une seconde base de données où ils sont documentés de façon plus détaillée. Ces fragments sont ensuite dessinés et photographiés. Les objets les plus fragiles et ceux retrouvés complets ou quasi complets sont transmis au conservateur pour consolidation et/ou restauration.

Conservation-restauration

Inscrit dans la chaîne opératoire archéologique de la mission, le laboratoire de conservation-restauration réceptionne les objets à leur sortie de fouille, après avoir reçu un numéro d’inventaire.

L’objectif est alors d’apporter les traitements les plus urgents, à savoir les stabilisations d’état, par consolidation si nécessaire. Ainsi les surfaces ou les objets très pulvérulents sont nettoyés afin d’améliorer leur lisibilité, mais également consolidés pour permettre leur manipulation lors des études ou du dessin. Certains collages sont effectués afin d’assurer une meilleure visibilité de l’ensemble et permettre le dessin archéologique.

Une action de conservation-restauration plus poussée est ensuite prévue pour certains objets, choisis par les responsables (H. al Mutairi, T. al Saei, J. Bonnéric, M. Gelin) en concertation avec le conservateur-restaurateur. Ces objets seront restaurés afin d’être exposés au public. Des comblements et réintégrations picturales sont alors menés dans le cadre des règles de déontologie qui régissent la profession : réversibilité et lisibilité. Les restaurations ne sont jamais illusionnistes ni débordantes afin de ne pas perdre l’intérêt archéologique des objets. Néanmoins pour certaines pièces les réintégrations sont plus discrètes afin de ne pas gâcher la lisibilité de l’objet. Ces choix se font au cas par cas.

Le pôle conservation-restauration opère également en cas de prélèvement délicat sur le terrain. Des objets très fragiles comme des empreintes de bitume, des céramiques décohésionnées, peuvent alors être consolidés sur place puis transportés au laboratoire afin d’y être traités (fig. 2).

Fig. 2 : consolidation d’un bitume à l’acryl 33 avant prélèvement en motte (photo H. David-Cuny 2014)
Fig. 2 : consolidation d’un bitume à l’acryl 33 avant prélèvement en motte (photo H. David-Cuny 2014)

Le rôle du pôle conservation-restauration est également d’adresser des recommandations et d’effectuer des actions de conservation préventive des objets, notamment en ce qui concerne leur conditionnement, leur transport et leur condition de conservation. Les objets les plus intéressants sont en effet conservés dans les réserves du DAM sur le continent, tandis que le reste du matériel demeure à Faïlaka. Le transport, en bateau, est particulièrement périlleux pour les objets et nécessite une attention particulière à leur conditionnement.

La prise en charge de la régie des objets – listes, ordre de rangement – est effectuée en concertation avec les différents intervenants concernés : archéologues, dessinateurs, céramologues et photographes.

Documentation graphique

Dans la phase de documentation du matériel issu de la fouille, dessin et photographie constituent le volet graphique qui permet d’enregistrer l’aspect visuel des objets en vue de leur étude et de leur publication. Complémentaires, ils permettent chacun de documenter différentes caractéristiques des artefacts : couleurs et textures sont mieux reproduites par la photographie, la morphologie et certains détails techniques sont rendus plus lisibles par le dessin, réalisé selon des conventions techniques qui annihilent notamment la perspective et autorisent des coupes virtuelles à travers les objets.

Photographie

La documentation photographique, systématique, inclut une vue de chaque face de l’objet pour une visualisation complète. L’appareil est fixé sur un trépied ou un statif vertical, à une distance constante de l’objet pour toutes les vues afin de simplifier la mise à l’échelle ultérieure. Une première photo est prise avec une échelle placée sur l’objet au centre de la photo, et servira de référence. Les autres vues sont faites sans échelle. Il suffira de se référer à la première photo pour ajouter digitalement une échelle correcte sur tout le lot par simple copier-coller, pour obtenir avec un minimum de nettoyage un rendu harmonieux et géométriquement exact.

Les photos sont prises sur un fond clair et uni – facile à détourer – et sur un support transparent placé à une dizaine de cm au-dessus – ce qui supprime les ombres portées autour de l’objet. Un fond sombre, souvent jugé plus esthétique, présente l’inconvénient de « manger » le contour des objets et de décaler fortement la balance des blancs et l’équilibre des couleurs. Un fond clair systématiquement détouré peut être remplacé à volonté par d’autres fonds adaptés à la teinte de chaque objet et à l’usage que l’on veut en faire – publication académique, présentation en couleur pour un diaporama, etc. – sans avoir besoin de multiplier les prises de vue.

Les photos sont prises systématiquement en format RAW, ce qui permet de les retravailler facilement en cas de lumière trop inégale, puis enregistrées en format TIFF-LZW (compressé non destructif).

Dessin préliminaire

Que ce soit pour la céramique ou pour les objets, le dessin préliminaire est fait au crayon sur papier calque, à l’échelle 1:1, parfois 2:1 pour les très petits objets, selon le principe de la projection orthogonale. Il comporte toutes les données dimensionnelles et la forme structurelle. Pour tous les détails, le recours à la photographie facilite la finition du dessin lors de la phase ultérieure de mise au net digitale, sans nécessiter un relevé très poussé au crayon (fig. 3). Des photos générales et en gros plan sont prises chaque fois que nécessaire pour enregistrer le détail d’un décor, le relief d’une anse ou d’un tenon, les traces de façonnage éventuelles, sous l’angle et à la distance qui conviennent en fonction de la perspective à l’endroit précis où se situe le détail concerné.

Fig. 3 : documentation graphique d’une figurine en terre cuite peinte et comportant des traces de réfection. Le dessin au crayon, la photographie et l’illustration finale permettent d’enregistrer tous les éléments importants (dessin H. David-Cuny, MAFKF 2014)
Fig. 3 : documentation graphique d’une figurine en terre cuite peinte et comportant des traces de réfection. Le dessin au crayon, la photographie et l’illustration finale permettent d’enregistrer tous les éléments importants (dessin H. David-Cuny, MAFKF 2014)

Illustration finale

La mise au net des dessins est faite avec un logiciel vectoriel. Avant leur finalisation, les dessins sont systématiquement mis à une échelle adaptée à la publication, généralement réduits au 1:2, parfois 1:4 ou 1:8 pour certaines grandes jarres, éventuellement agrandis pour les très petits objets.

Le rendu de la surface est grandement simplifié par l’utilisation des photographies prises à cet effet. Elles sont affichées en fond dans le logiciel de dessin vectoriel et permettent de dessiner directement les détails. Quelques points de référence judicieusement choisis et positionnés sur le dessin permettent de recaler les photos de façon suffisamment fiable.

Plusieurs trames de densités diverses sont utilisées pour reproduire l’effet « petits points », convention classique de l’illustration archéologique. La surface conservée des objets est systématiquement grisée, laissant blanches les parties cassées pour bien mettre en évidence l’état de conservation des objets. Plusieurs niveaux de gris peuvent ainsi être utilisés pour suggérer des différences de relief importantes ou plusieurs niveaux de détails, notamment dans le cas d’objets comportant des éléments à la fois peints et incisés.

Dans certains cas, un dessin n’est nécessaire que pour certaines vues tandis que d’autres sont plus efficacement rendues par une photo. C’est le cas des nombreux pesons découverts dans la forteresse hellénistique, dont seule la section nécessite un dessin pour expliciter la perforation. Une planche composite est alors produite, combinant photographie et dessin.

La documentation ainsi constituée qui compose les archives graphiques de la mission présente une souplesse d’utilisation qui aidera au travail d’édition lors des publications. Les illustrations sont faciles à recomposer en mélangeant photos et dessins. Le dessin vectoriel permet de retoucher aisément les dessins si nécessaire, par exemple pour les adapter à un changement d’échelle, ce qui est impossible avec une image bitmap. D’autre part la gestion combinée des photos et des dessins par une même personne présente l’avantage d’éviter la perte de temps de certaines tâches faisant double emploi.

 S. Alami-Viguié, H. David-Cuny & C. Durand, février 2015

Recherches archéologiques franco-koweïtiennes de l’île de Faïlaka (Koweït)