Travaux topographiques

Le centre de l’île de Faïlaka est localisé aux coordonnées suivantes : 29º26’N 48º20’E dans le World Geodetic System (WGS 84). Son point culminant, dans la partie nord-ouest de l’île, ne dépasse pas 7,5 m d’altitude. Géologiquement, l’île est une extension de la côte du Khor as-Sabiya. Elle est composée d’un conglomérat de grès et de sable et comporte deux zones marécageuses, l’une à son extrémité sud-est et l’autre en son centre, à proximité du rivage sud.

Les systèmes topographiques de Faïlaka

C’est à la fin des années cinquante que sont menées les premières recherches archéologiques sur l’île, par une équipe danoise qui mit au jour la forteresse hellénistique située près du rivage au sud du village d’ez-Zor. Depuis, les expéditions archéologiques s’y sont succédées, américaine, française, italienne, slovaque, grecque, polonaise, géorgienne, etc. (Occupations humaines de l’île et historique des fouilles).

Sur chaque chantier de fouille archéologique, il est nécessaire de mettre en place un système de repère orthonormé auquel se référer pour positionner sur un plan chaque structure et chaque élément archéologique mis au jour. Il doit être matérialisé sur le terrain par un carroyage de piquets plantés aux intersections des lignes verticales et des lignes horizontales. En général, cette grille est positionnée de façon à ce que les lignes verticales, sur un plan, soient orientées sur un axe nord-sud, la direction pouvant être calée sur le nord magnétique à l’aide d’une boussole ou sur le nord géographique si des bornes géodésiques existent sur le site ou à proximité. Les lignes horizontales, quant à elles, sont orientées d’est en ouest. L’orientation de cette grille peut néanmoins être choisie sur un tout autre critère, par exemple sur la direction des remparts d’une cité ou d’une forteresse à plan rectangulaire, ou sur le plan hippodamien d’une ville des périodes classiques. Ce choix peut également être fonction des moyens technologiques ou des données disponibles. Dans tous les cas, le nord doit être indiqué et correctement orienté sur les plans. Le carroyage ainsi constitué est normalement matérialisé au sol par des piquets espacés de 10 m ou de 50 m.

À Faïlaka, le premier carroyage archéologique est certainement celui de la mission danoise (dir. G.T. Bibby et P.V. Globb) qui opéra sur la forteresse hellénistique (tell F5) de 1958 à 1963. Cette grille est orientée sur les murs d’enceinte de la forteresse et se trouve donc décalée d’environ 10º vers l’ouest par rapport au nord. Elle est graduée de 10 m en 10 m, numérotée par pas de 5 m en lettres minuscules en abscisse (le a à l’ouest) et en lettres majuscules en ordonnée (le A au nord). Le point d’origine (0,0) du système se situe sur le côté ouest de la colonne « a » et à la jonction des rangées « L » et « M » (fig. 1).

Fig. 1 : la forteresse hellénistique avec son carroyage, ses coordonnées et ses points fixes (MAFKF 2013)
Fig. 1 : la forteresse hellénistique avec son carroyage, ses coordonnées et ses points fixes (MAFKF 2013)

En 1973 et 1974, une équipe de la Johns Hopkins University (JHU, dir. T. Howard-Carter) entreprend plusieurs sondages sur le site de Faïlaka, en F5, en F6 et en bordure de F3. Pour ses travaux, l’équipe américaine procède à la mise en place d’une grille orientée vers le nord, qui couvre tous les chantiers de fouille situés à proximité de la pointe ouest de l’île, du Tell Sa‘īd (F3) à la forteresse hellénistique (F5) et jusque sur le Tell  Khazneh plus au nord. Cette grille est graduée de 100 m en 100 m. Elle est numérotée en chiffres en abscisse (le 0 à l’ouest) et en lettres majuscules en ordonnée (le A au sud) (fig. 2). Cette équipe est également intervenue sur la forteresse hellénistique en utilisant son propre carroyage, sans tenir compte de la grille danoise.

Fig. 2 : les sites F3, F4, F5 et F6 près du village d’ez-Zor, avec la grille de coordonnées américaine (d’après Salles, 1985)
Fig. 2 : les sites F3, F4, F5 et F6 près du village d’ez-Zor, avec la grille de coordonnées américaine (d’après Salles, 1985)

En 1976, c’est au tour d’une mission italienne, de l’université de Venise (dir. S. Patitucci et G. Uggeri), de s’intéresser à l’archéologie de l’île. Elle y effectua deux sondages, l’un à Tell Khazneh, l’autre à al-Quṣūr. Dans les deux cas, elle aura sans doute recours à des grilles locales calées sur le nord magnétique, comme l’atteste la figure 39 de leur publication où le nord n’est pas vertical (Patitucci & Uggeri 1984).

La grille danoise est reprise par la première mission française (dir. O. Callot et J.-F. Salles) en 1983. Cinq points de références ont été placés sur le chantier de la forteresse (de « A » à « E »), à partir de cette grille. Ils ont été vérifiés en 2002 et constituent un réseau de bonne qualité. Considérés comme fiables, ils sont toujours en vigueur aujourd’hui, pour des questions de continuité. Notons que le point « A » a été détruit depuis. Par commodité, et afin d’éviter les coordonnées négatives, l’origine de cette grille a été redéfinie en (1000;2000), au lieu de (0;0), à l’ouest de la colonne « a » et à la jonction des rangées « L » et « M » (fig. 1). Les archéologues grecs qui ont travaillé sur la forteresse hellénistique en 2007 ont utilisé le même système de coordonnées.

En ce qui concerne le chantier F6, la mission française y a utilisé la grille JHU, comme l’avait fait la mission américaine auparavant.

Dans les années 1980, la municipalité de Koweït a souhaité créer un SIG dénommé KUDAMS (Kuwait Utility Data Management System). Elle a fait appel à la société japonaise Asia Air Survey Co., dont la première tâche a été de mettre en place un réseau national de points géodésiques dont le système de coordonnées est basé sur la projection KTM (Kuwait Transverse Mercator). Dans le cadre de ce projet, neuf points fixes ont été installés, dans ce système, sur l’île de Faïlaka.

Entre 2004 et 2009, la Kuwaiti-Slovak Archaeological Mission (dir. L. Benediková) entreprend, outre les travaux de fouille archéologique, de nombreux travaux de prospection géophysique et de cartographie. La prospection géophysique, au moyen d’un radar à pénétration de sol (RPS, GPR en anglais), des sites de Qurainiya, d’al-Khidr et d’al-Quṣūr permet d’en éditer des plans nouveaux et plus complets. Ces travaux sont probablement basés sur le système KTM.

En 2008, il est fait appel à un topographe professionnel, P. Reith, pour mettre en place à al-Quṣūr, sur le périmètre des fouilles françaises entreprises à partir de 1988 dans le centre du village (églises et habitats), trois points fixes raccordés dans le réseau KTM. Les altitudes Z prises en compte sont ici réelles, alors que, jusqu’à présent, sur l’ensemble des chantiers de fouilles, elles avaient toujours été fixées de façon arbitraire. Ces trois points fixes, T1, T2 et T3, sont matérialisés par une borne constituée d’un fer à béton coulé dans un bloc de béton qu’il dépasse de deux centimètres. Ils permettront d’homogénéiser les relevés de chantier réalisés jusque-là.

Les travaux topographiques de la MAFKF

Dans le cadre de la mission franco-koweïtienne de Faïlaka est entreprise, en 2011, la réalisation d’un relevé précis et complet du site d’al-Quṣūr et de toutes les structures archéologiques apparaissant en surface par J. Humbert. L’établissement s’étendant sur une longueur de presque 3 km du nord au sud et de plus de 1,5 km de large d’est en ouest, il est apparu alors que les deux points de référence du système KTM les plus proches (point 44265 au nord et point 44258 à l’ouest) ainsi que les trois points posés en 2008 au cœur du village étaient insuffisants pour couvrir tout le site en relevé topographique et archéologique avec une station totale. Si l’instrument a potentiellement la capacité de prendre des mesures sur une distance de 1000 m, la précision de la visée peut être incertaine lors de mesures sur de longues distances. Dans le cas d’un relevé archéologique, les mesures ainsi effectuées sont utilisées brutes ; il ne s’agit pas de cheminements à mesures multiples et inversées qui peuvent être compensés. De plus, le travail du relevé archéologique exige que l’opérateur à la station totale, qui n’est pas nécessairement une personne aguerrie à son utilisation, ne soit pas trop éloigné de celui qui arpente les structures au sol, le réflecteur à la main.

Fig. 3 : une borne du système KTM et une borne de la MAFKF qui matérialisent les points fixes (photo S. Baier, MAFKF 2014)
Fig. 3 : une borne du système KTM et une borne de la MAFKF qui matérialisent les points fixes (photo S. Baier, MAFKF 2014)

Un deuxième topographe professionnel, S. Baier, est donc intervenu en 2012 puis en 2013 pour étendre ses travaux, afin de mettre en place sur toute la superficie du village d’al-Quṣūr, un réseau de points de référence suffisamment dense pour effectuer un relevé dans les meilleures conditions possible. Ces points sont matérialisés par un fer à béton placé dans l’axe d’un tube en PVC, le tout étant coulé verticalement dans du béton (fig. 3). Ce sont en tout dix-sept points fixes, connectés au réseau KTM, qui ont été implantés sur l’ensemble du site d’al-Quṣūr. Ils sont numérotés de 5000 à 5016, les deux derniers étant installés dans le périmètre de la zone des fouilles françaises, en supplément des trois points de la FFF et pour mieux équilibrer leur répartition dans ce secteur. Les trois points de la FFF ont été inclus dans ce réseau, et confirmés. Enfin, une ligne de nivellement a été réalisée afin d’unifier les altitudes de l’ensemble de ces points (fig. 4).

Fig. 4 : les points fixes de la MAFKF à al-Quṣūr, avec les mesures effectuées et la ligne de nivellement pour leurs altitudes (carte S. Baier, MAFKF 2014)
Fig. 4 : les points fixes de la MAFKF à al-Quṣūr, avec les mesures effectuées et la ligne de nivellement pour leurs altitudes (carte S. Baier, MAFKF 2014)

En 2012 également, une autre ligne de nivellement a été effectuée, à partir du point KTM 44271, situé près du stade d’ez-Zor, pour obtenir l’altitude réelle d’un nouveau point fixe (5017) installé sur le chantier de la forteresse hellénistique, mais non mesuré dans l’immédiat.

L’année suivante, en 2013, trois nouveaux points fixes, 5018 à 5020, ont été implantés sur les sites au sud d’ez-Zor, en particulier à proximité des chantiers F3, F5 et F6. Ils viennent en complément du point 5017 placé l’année précédente et mesuré en même temps qu’eux. Ils sont matérialisés de la même façon que ceux de 2012 et sont calculés par cheminement entre les points KTM 44271 et KTM 44272. Une ligne de nivellement permet d’homogénéiser les altitudes de ces points.

De plus, toujours en 2013, un cheminement est réalisé sur la côte nord de l’île, à hauteur des sites de Desht et de Qurainiya, afin d’inclure les travaux archéologiques en cours, et menés par d’autres missions, dans le système KTM. Six nouveaux points fixes sont implantés, numérotés de 5021 à 5026. Ils sont raccordés, à l’est, au point 5000 fixé en 2012 au nord-ouest d’al-Quṣūr. À l’ouest le cheminement est fermé sur les points fixes KTM 44267 et 44268 situés sur le cap de Ra’s Ruwaysiyah. Là encore, une ligne de nivellement est effectuée, sur le même cheminement, afin d’unifier les altitudes des points de ce réseau.

Au final, l’intervention de la MAFKF aura permis de mettre en place un système topographique cohérent sur l’ensemble des sites de l’île, à al-Quṣūr, Desht et Qurainiya, ainsi que dans la zone des tells F3, F5 et F6. Ce système KTM a été établi pour être utilisé par l’ensemble des missions travaillant sur ces sites mais a également vocation à être éventuellement étendu. Un repositionnement dans le système KTM de tous les relevés effectués par les missions antérieures peut être envisagé pour l’avenir. Une telle opération comporte néanmoins de nombreux risques, qu’il s’agisse d’erreurs de conversion ou qu’elles ne soient pas réalisées de façon exhaustive à l’ensemble des travaux antérieurs.

J. Humbert, février 2015

Bibliographie

Kuwait Utility Management System (KUDAMS), Ministry of Land, Infrastructure, Transport and Tourism, Japan.

Baier S., Report of the Geodetic Survey in Failaka, 2012 Campaign, 2012.

Baier S., Report of the Geodetic Survey in Failaka, 2013 Campaign, 2013.

Benediková L., Failaka and Miskan Islands 2004-2009. Primary Scientific Report on the Activities of the Kuwaiti-Slovak Archaeological Mission, Koweït, 2010.

Patitucci S. & Uggeri G., Failakah : Insediamenti medievali Islamici, Ricerche e scavi nel Kuwait, Rome, 1984.

Reith P., Rapport de mission topographique, 2008.

Recherches archéologiques franco-koweïtiennes de l’île de Faïlaka (Koweït)