L’atelier de potier des Al-Adwi, père et fils, à Bahla (Oman)

L’atelier d’Abdulla‑bin‑Hamadan Al‑Adwi est l’un des derniers ateliers de potier artisanal et urbain en activité à Bahla en Oman (fig. 1), et probablement le plus connu et documenté. Bien que l’atelier porte le nom du chef de famille, ce sont ses fils qui y travaillent désormais. Dans cette entreprise encore très familiale, les autres ouvriers sont des travailleurs émigrés du sous-continent indien. Dès les années 1970, Donald Hawley, premier ambassadeur britannique en Oman, en a réalisé plusieurs photographies (Hawley 1977, p. 145–146). Mais ce sont Neil Richardson et Marica Dorr qui ont publié la première étude ethnographique de cet atelier en se focalisant plus particulièrement sur la céramique (Richardson & Dorr 2003, p. 146‑155). Il nous a semblé intéressant d’effectuer deux visites descriptives de cet atelier en 2014 et en 2016 afin de disposer d’un référentiel contemporain local permettant d’établir des comparaisons avec l’atelier de Qalhât et d’éclairer sa fouille. En effet, en 2008, la mission archéologique du « Qalhât Project » dirigée par Axelle Rougeulle a mis au jour dans ce port médiéval omanais un atelier de potier datant de la fin du XIIIsiècle et dont l’activité s’est maintenue sur un siècle et demi (Rougeulle 2010, p. 312). Cette approche comparative s’inscrit dans le cadre de travaux en cours pour une thèse en archéologie sur les ateliers de potiers préislamiques et islamiques dans la péninsule Arabique.

Fig. 1 : Localisation de l’oasis omanaise de Bahla, au pied du Djebel Akhdar (F. Lesguer 2018).

Organisation spatiale de l’atelier

L’atelier a connu plusieurs phases d’activité et plusieurs réfections, identifiables par les différentes techniques de fabrication des édifices. À l’heure actuelle, il s’étend sur une superficie d’environ 1200 m² comprenant un ensemble de quatre bâtiments et de quatre fours formant un espace clos et une partie extérieure où sont situés les bassins de décantation et les stocks d’argile. À titre de comparaison, l’atelier de potier du site de Qalhât a une superficie estimée de 400 m². Deux grandes phases de construction sont visibles architecturalement. La phase la plus ancienne correspond aux bâtiments en terre crue et en pierre. Ils datent au moins du milieu du XXe siècle et correspondent à la période d’activité du grand-père des frères actuels (fig. 2). La seconde phase est associée à la construction en parpaings des années 1970 (Hawley 1977, p. 146) et à l’électrification de l’activité à la fin du XXe siècle avec l’achat de trois tours, d’un concasseur et d’un malaxeur d’argile situés dans le nouvel atelier ainsi que d’un four à gaz (Richardson & Dorr 2003, p. 151).

Fig. 2 : L’atelier ancien au premier plan (F. Lesguer 2016).

L’organisation des pièces de l’atelier le plus ancien est assez simple. La pièce principale en forme de L présente deux ouvertures, l’une donnant sur la rue et l’autre sur la cour. De petites fenêtres surmontées d’un arc brisé éclairent l’intérieur. De nombreuses niches à arc brisé ou à arc en plein-cintre se répartissent le long des murs. Près de la porte donnant sur la rue, dans un angle de la pièce, se trouve un tour à pied. Celui-ci est installé dans une fosse qui est entourée d’une banquette afin que le potier puisse s’asseoir et installer ses outils et ses pots. Le tour est constitué d’une crapaudine, d’un axe en bois, d’une roue en pierre et d’une girelle en bois. L’axe est fixé à la banquette par une traverse de maintien en bois. À côté du tour, une autre fosse sert actuellement à faire pourrir l’argile (fig. 3) alors que, dans les années 1970, un tour y était installé. Le potier faisait tourner le tour en position debout (Hawley 1977, p. 146). Ce deuxième tour avait déjà disparu dans les années 2000 (Richardson & Dorr 2003, p. 151).

Fig. 3 : Fosse de pourrissement de l’argile et tour de potier (F. Lesguer 2016).

Dans la cour, en face de la porte, un ancien four en briques est encore en place mais hors d’usage (fig. 4). C’est un four circulaire à deux chambres séparées par une sole perforée de carneaux. Le laboratoire est directement ouvert sur la cour et est accessible par une porte. La chambre de chauffe est complètement enterrée. Une petite ouverture au niveau du sol de l’atelier permet de descendre et d’y charger le combustible. Le laboratoire est recouvert d’un dôme perforé de quelques ouvertures. Le tirage de ce four est vertical ascendant. L’un des frères affirme qu’il pourrait avoir entre 300 et 500 ans. Cependant cette fourchette de datation semble surévaluée compte tenu des réfections régulières et des risques d’accident de cuisson que subit un four. Un deuxième four, similaire au premier, lui est accolé. Il a subi de nombreuses modifications afin de transformer le tirage vertical ascendant en tirage vertical descendant. Il est actuellement en reconstruction suite à un accident de cuisson qui a détruit le laboratoire du four.

Fig. 4 : Le four le plus ancien (F. Lesguer 2014).
Fig. 4 : Le four le plus ancien (F. Lesguer 2014).

Dans la cour, un troisième four, rectangulaire et de taille similaire aux autres (filmé ici https://youtu.be/HxExPl91EoI) est situé à l’emplacement d’un ancien four rectangulaire photographié par N. Richardson (Richardson & Dorr 2003, p. 149). L’un des frères le définit comme un four de tradition chinoise. Deux alandiers partiellement fermés par des murets s’ouvrent dans le laboratoire. La sole du four est perforée de carneaux. Ce four semble avoir été conçu avec un mode de tirage vertical descendant comme l’attestent la construction de la cheminée associée au four et la sole perforée. Pourtant, les potiers utilisent ce four plutôt avec un tirage vertical ascendant. Un quatrième four a été construit la semaine précédant notre visite du 27 février 2016. De petite taille, il est destiné à la cuisson d’appoint des petites pièces en fonction des commandes. Il est composé de deux chambres superposées : l’une sert de chambre de chauffe, l’autre de laboratoire. Afin d’éviter que le four ne se fissure lors de la cuisson, il est cerclé de métal. À l’ouest des fours, une réserve avec un toit en tôle a été construite après 2004 pour stocker les productions terminées.

Chaîne opératoire de la production

Dans cet atelier, les potiers ont deux sources d’approvisionnement en argile, la principale matière première employée pour fabriquer la céramique. Une argile marron-verte est extraite dans le wadi de Bahla tandis qu’une argile rouge provient d’al‑Hamra dans la wilaya de Bahla. Ces deux argiles n’ayant pas les mêmes propriétés physiques, le choix est conditionné par la fonction de la céramique. Ainsi, l’argile rouge est employée pour les pots à cuire et l’argile marron-verte pour les grosses jarres à eau. Une fois l’argile décantée dans les bassins à l’extérieur de l’atelier, elle est malaxée dans le nouvel atelier en parpaings avec une machine pour obtenir des pains de terre (https://youtu.be/3PuyQL3RYjY).

Plusieurs techniques de fabrication de la céramique sont utilisées. Pour les petites cruches par exemple, les potiers recourent au moulage à partir d’argile liquide. Les pots sont quant à eux montés à l’aide du tour électrique. Pour les grosses jarres, les potiers appliquent la technique du colombin (https://youtu.be/PGZ_UYCGzY8). Pour ces jarres, des bandeaux d’argile sont collés avec de la barbotine. Ensuite, des encoches sont formées à l’aide d’une pression régulière de la main sur les bandeaux (https://youtu.be/wkOxVK6m9vw). Les décors sont fixés une fois la jarre achevée. Ces poteries nécessitent cinq jours de séchage.

La dernière étape de la chaîne opératoire est la cuisson. Deux mois de production de céramiques sont nécessaires pour remplir l’un des grands fours. Un des potiers explique qu’il a construit le petit four car il lui permet de réaliser une cuisson après une seule journée de tournage. Le temps de cuisson pour les grands fours est d’une semaine, divisée en quatre jours de chauffe et deux à trois jours de refroidissement. Ils utilisent désormais du fuel comme combustible et de la cagette pour démarrer le feu.

Pour conclure, il faut noter que la production artisanale de céramique omanaise connaît actuellement un déclin, dû notamment à l’apparition du plastique et des importations étrangères (Almamari 2017, p. 1). Néanmoins, la famille Al‑Adwi a réussi à moderniser son atelier et à diversifier ses productions notamment pour l’exportation à l’étranger, en Australie par exemple. Elle a aussi une volonté importante de transmission de son savoir. En effet les frères, tout comme leurs enfants, ont été formés à la poterie dès leur plus jeune âge. Cette notion de transmission ne s’arrête néanmoins pas au cercle familial. Lors de la visite de 2016, l’un des frères donnait un cours individuel de poterie à un jeune garçon, hors de la parenté (fig. 5). De plus, l’ancien atelier a été transformé en un petit musée à l’attention des visiteurs. D’anciens outils y sont exposés, ainsi que les différentes argiles et oxydes et la maquette en terre cuite d’un four. Une exposition photographique présente en outre la vie de l’atelier et son évolution dans le temps.

Fig. 5 : Cours de poterie (F. Lesguer 2016).
Fig. 5 : Cours de poterie (F. Lesguer 2016).

Les observations successives de cet atelier sur presque cinquante ans ont permis de mettre en évidence sa modernisation depuis les années 1970, l’adaptation des outils à la demande mais aussi plusieurs accidents techniques sur une période finalement assez courte. Ces observations témoignent d’une constante évolution de l’organisation spatiale, un paramètre à prendre en compte lors de la fouille d’un atelier.

Bibliographie

Almamari B., « Imported Traditional Pottery: Methods of Overcoming the Challenges for Traditional Ceramics Industries in Oman ». Humanities and Social Sciences, 5, 2017, p. 1‑4.

Hawley D., Oman & its Renaissance, Londres, 1977.

Richardson N.& Dorr M., The craft heritage of Oman, Dubai, 2003.

Rougeulle A., « The Qalhât Project: New Research at the Medieval Harbour Site of Qalhāt, Oman ». Proceedings of the Seminar for Arabian Studies, 40, 2010, p. 303–319.

Remerciements

Je remercie chaleureusement la famille Al‑Adwi pour m’avoir reçu dans son atelier. Je remercie également le Centre Français d’archéologie et de sciences sociales (CEFAS) et la société EVEHA pour leurs financements ainsi que le laboratoire Interdisciplinary Center for advanced research in humanities and sciences (ICARHuS) de m’avoir accueilli dans ses locaux de Sorbonne University Abu Dhabi.

Pour citer ce billet

Fabien Lesguer, « L’atelier de potier des Al-Adwi, père et fils, à Bahla (Oman) », Le carnet de la MAFKF. Recherches archéologiques franco-koweïtiennes de l’île de Faïlaka (Koweït), 10 septembre 2018. [En ligne] https://mafkf.hypotheses.org/1791


Fabien Lesguer

Archéologue, Fabien Lesguer est doctorant à l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne et boursier au Centre Français d’archéologie et de sciences sociales (CEFAS –USR 3141). Il travaille sur l’étude des ateliers potiers préislamiques et islamiques dans la péninsule Arabique, notamment sur les sites de Qalhât en Oman, de Thaj et d’al Kharj en Arabie Saoudite et sur les ateliers de Ras al Khaimah aux Emirats arabes unis.

More Posts - Website - Facebook - LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.