Yallah Faïlaka ! Mission archéologique franco-koweïtienne – 2018

La campagne 2018 de la Mission archéologique franco-koweïtienne de Faïlaka (MAFKF) a eu lieu du 10 novembre au 9 décembre. Malgré plusieurs perturbations (retard et raccourcissement imprévus, annulations de participants et intempéries d’une violence exceptionnelle), des avancées importantes ont pu être réalisées, en particulier pour la publication finale de nos travaux.

L’équipe était composée de dix-huit personnes (fig. 1). Pour la partie française étaient présents cinq archéologues, deux céramologues, deux dessinateurs d’objets et deux dessinateurs pour l’architecture. La MAFKF est l’objet d’une coopération entre le National Council for Culture, Arts and Letters du Koweït (NCCAL) et le Centre français d’archéologie et de sciences sociales (CEFAS). Elle collabore, au Koweït, avec l’Université de Koweït, l’Institut français et l’Ambassade de France.

Fig. 1 : l’équipe de la Mission archéologique franco-koweïtienne de Faïlaka durant la campagne 2018.

Une campagne perturbée

Le programme de la campagne 2018 n’a pas pu être entièrement réalisé pour différentes raisons. Il a fallu repenser son organisation et recomposer l’équipe. Prévue du 15 octobre au 3 décembre, la campagne a été décalée d’un peu moins d’un mois pour des raisons administratives. Nous souhaitons remercier ici Ali Al Youha, Secretary General du National Council for Culture, Arts & Letters, nos collègues du Department of Antiquities & Museums (DAMK), en particulier son directeur Sultan Al Duwish, Hamed Al Mutairi and Basemah Abdul Wahab, et Abbès Zouache, directeur du Centre français d’archéologie et de sciences sociales, qui ont permis le maintien de la campagne . Elle a néanmoins dû être raccourcie à quatre semaines au lieu de six car il était impossible de rester à Faïlaka après le 9 décembre. Par ailleurs, plusieurs personnes ont dû annuler leur participation à cause de ce décalage (D. Arhan, E. Bergès, B. Couturaud, V. Dabrowski, A. Palme-Koufas), ou n’ont pu rester que peu de temps. Les études géomorphologiques et archéobotaniques ainsi que le catalogue des figurines du Musée national ont dû être repoussés.

À ces complications se sont ajoutés les inconvénients d’un temps catastrophique. Le Koweït, comme toute la région, a connu des inondations record dès le mois d’octobre, et les tempêtes se sont poursuivies durant la campagne. L’île de Faïlaka a été recouverte d’eau sur plus de la moitié de sa surface (fig. 2). Il était intéressant de constater qu’aucun site archéologique n’était implanté en zone inondable. Les deux sites sur lesquels travaille la mission étaient néanmoins tellement humides qu’il a été difficile d’y fouiller. Le site d’al‑Qusur, au centre de l’île, n’était pas accessible les premiers jours.

Fig. 2 : l’île de Faïlaka en eau suite aux tempêtes du mois d’octobre, vue de l’ouest (H. Al Mutairi, 2018).

Tell Said

Le programme sur le site de la forteresse hellénistique de Tell Said concernait principalement la publication des précédents travaux de la MAFKF. Chaque chercheur a ainsi avancé dans son travail d’analyse. La campagne offrait par ailleurs un accès au matériel. Jean‑Baptiste Houal a pu compléter son étude céramologique du matériel de la forteresse en ajoutant à son corpus les poteries découvertes par la Mission française de Koweït en 2007 et 2008. Bien que les intempéries aient perturbé l’accès au terrain, des vérifications stratigraphiques et architecturales ont néanmoins pu être conduites sur le site. Mathilde Gelin et Jean-Michel Gelin ont procédé à des vérifications stratigraphiques au niveau des tours 4 et 8, du secteur C3 mais également sur les niveaux les plus anciens du secteur A1 nord et dans le secteur du puits. Dans ce secteur pourrait avoir été découvert un second puits. Enfin, J.‑B. Houal a conduit un sondage immédiatement à l’ouest de la tranchée F afin de mettre en évidence les niveaux les plus récents de l’occupation et d’y associer du matériel pour compléter le faciès céramique du site.

La campagne a également offert l’occasion à Jean Humbert, d’apporter des corrections sur le plan de la forteresse. Lorsque ce plan a été établi par Thibaut Fournet à partir de ses propres dessins et de ceux réalisés par Olivier Callot de 1983 à 2003, les équipes archéologiques ne disposaient pas d’un système de coordonnées universel ce qui explique certaines erreurs. Le plan du temple A, qui fait la renommée du site, nécessitait par exemple des compléments et corrections. J.‑B. Houal a par ailleurs travaillé sur un modèle 3D de la forteresse à partir des photographies aériennes de Hamed Al Mutairi afin d’en proposer une orthophotographie (fig. 3). Il permet également de compléter la documentation ancienne.

Fig. 3 : vue 3D de la forteresse Tell Said depuis le sud-est (Jean-Baptiste Houal, 2020).

En l’absence d’architecte, le programme de préservation et de mise en valeur de la forteresse a été ralenti et les archéologues se sont concentrés sur l’entretien des travaux antérieurs (système de drainage) et sur les opérations de conservation les plus urgentes (étayage, rebouchage), les tempêtes successives ayant entraîné plusieurs destructions. Le rebouchage des sondages réalisés depuis 2007 a en outre pu être finalisé. Il vise à protéger les vestiges et les niveaux archéologiques environnants en ne laissant apparaître que les éléments architecturaux essentiels à la compréhension du site par des visiteurs.

Al-Qusur

À al‑Qusur également, les tempêtes de pluie des mois d’octobre et novembre ont partiellement perturbé le programme. Cette campagne était dédiée aux derniers travaux en vue de la publication finale des campagnes précédentes (depuis 2011) sur ce monastère chrétien datant des débuts de l’Islam. Cela impliquait d’achever la fouille du bâtiment de production alimentaire (B20) découvert à l’ouest de l’église monumentale (A1). Les sédiments en-dessous de la surface sont néanmoins restés détrempés durant toute la campagne. La brique et les niveaux de sols étant très mal conservés à al‑Qusur, il était risqué de fouiller dans ces conditions. Seuls quelques sondages visant à vérifier les liens entre certains murs ont pu être conduits par Julie Clerc ainsi qu’une tranchée pour confirmer que la partie centrale du bâtiment était une cour. L’impossibilité de fouiller a été l’occasion de compléter le rebouchage des sondages antérieurs (secteurs A4 et A5, églises A1 et A2) et de réorganiser les déblais de fouille.

Cette campagne a permis de progresser dans l’étude du matériel. Rémi Perrogon a achevé la quantification de la céramique découverte depuis 2012 d’après une typologie de pâtes établie avec Julie Bonnéric. L’enregistrement des tessons diagnostiques dans la base de données de la céramique a été poursuivi. Concernant les objets en métal, J. Clerc s’est concentrée cette année sur les assemblages et les contextes. L’enregistrement des fragments de verre et la rédaction du chapitre sur le verre ont été poursuivis par J. Bonnéric. Concernant le matériel lithique, Rémy Crassard (CEFAS) avait achevé la description des outils en pierre avant la campagne. Daniel Moraetis (Sultan Qaboos University) avait quant à lui réalisé des analyses sur le basalte des meules durant l’année. Enfin, R. Perrogon a continué à enregistrer les poids des filets de pêche.

Concernant la publication, la campagne a permis de progresser non seulement sur l’étude du matériel, mais également sur la partie graphique, la rédaction et la réflexion. Hélène David s’est principalement concentrée sur les mises au net de ses dessins, qui nécessitaient parfois un accès au matériel, en particulier pour les tessons estampés (fig. 4). J. Humbert a dessiné des objets en métal, en verre et en céramique. Claire Padovani a dessiné des tessons de céramique, photographié de nombreux objets et réalisé des mises au net. Barbara Chiti a conçu une base de données permettant d’enregistrer et de décrire l’ensemble des structures visibles à la surface du site (dimensions, orientations, techniques de construction, etc.). Catherine Raad a achevé la mise au net du réfectoire (B23) et du bâtiment de production alimentaire (B20) et a commencé à élaborer les restitutions 3D. J. Humbert a finalisé le plan du secteur A5 en vue de la publication. Cette campagne a également offert la possibilité aux différents membres de l’équipe de discuter de la publication et de réfléchir ensemble à l’interprétation des vestiges.

Fig.4 : planche regroupant plusieurs tessons estampés de type sassanide et reconstituant le motif initial (H. David-Cuny, 2018).

Formation & diffusion

Cette année encore, la MAFKF a eu à cœur de former des étudiants et s’est attachée à la valorisation et à la diffusion de ses travaux. La Mission a contribué à la formation de trois étudiants français et de deux archéologues récemment recrutés au Departement of Antiquities & Museums et étudiants à l’Université de Koweït, Ahmad Al‑Thawadi et Saif Butaiban. Ces derniers ont en particulier été initiés au dessin d’objet par J. Humbert (fig. 5).

Fig. 5 : initiation au dessin de céramique (J. Bonnéric, 2018).

Deux articles ont été publiés par des journaux koweïtiens, l’un en arabe dans Alrai (n°14068, 6 janvier 2018 ), l’autre en anglais dans Arab Times (n°16950, 12 décembre 2018 ). Durant la campagne, J. Bonnéric a donné deux conférences, l’une grand public, en anglais, à la Résidence de l’Ambassadeur de France dans le cadre du French Business Council, et l’autre en arabe et en français à l’université du Koweït dans le cadre du colloque international Elites in the Middle Ages between Orient and Occident. Par ailleurs, bien que l’île ait souvent été inaccessible, plusieurs visites sur site ont pu être organisées, pour le ministre de la Défense du Koweït, Cheikh Nasser Sabah al‑Ahmad al‑Sabah, pour des professeurs et étudiants de l’Université de Koweït, pour le NCCAL et le CEFAS, en présence notamment du Secretary General du NCCAL Ali Al Youha et du co-fondateur de la MAFKF et ancien directeur du DAMK, Shehab A. Shehab. La visite prévue pour l’Ambassade de France n’a pas pu avoir lieu à cause des intempéries.

Bibliographie

Bonnéric J. (éd.), Al‑Qusur, a Christian Settlement from Early Islam off Kuwait Bay, vol. 1. Excavation of the French‑Kuwaiti Archaeological Mission in Failaka (2011‑2018), Kuwait City, en préparation.

Bonnéric J. (éd.), French-Kuwaiti Archaeological Mission in Failka 2018 campaign – Preliminary report, 2019, 140 p.

Gelin M., « De retour de mission… Faïlaka au Koweït (6). L’établissement hellénistique », Billet du CEFAS, en préparation

Gelin M., Couturaud B., Gelin J.‑M., Houal J.‑B., Monchot H., « The integration of the island of Ikaros into regional networks », The spatiality of networks in the Red Sea and Western Indian Ocean, Lyon, soumis.

Pour citer ce billet

Julie Bonnéric, « Yallah Faïlaka ! Mission archéologique franco-koweïtienne – 2018 », Le carnet de la MAFKF. Recherches archéologiques franco-koweïtiennes de l’île de Faïlaka (Koweït), 31 mars 2020. [En ligne] https://mafkf.hypotheses.org/1987

Julie Bonnéric

Docteur en histoire et archéologie de l’Islam médiéval (École Pratique des Hautes Études), responsable scientifique de la partie française de la Mission archéologique franco-koweïtienne de Faïlaka depuis 2014, Julie Bonnéric travaille sur le site d’al-Quṣūr depuis 2007 et en dirige l’étude dans le cadre de la MAFKF depuis 2011. Elle s’intéresse au christianisme oriental, en particulier dans le golfe Arabo-Persique, à la fin de l’Antiquité tardive et aux débuts de l’Islam. Céramologue et archéologue de terrain, elle participe ou a participé à des missions au Liban, en Jordanie, en Égypte, en Libye et dans le Golfe (Koweït, Qatar). Elle conduit également des travaux d’anthropologie historique, s’appuyant sur des sources à la fois archéologiques, textuelles, architecturales et iconographiques. Sa thèse était ainsi consacrée à la question de la lumière, naturelle et artificielle, dans les mosquées d’Égypte et de Syrie médiévales, des conquêtes arabes à la fin de la dynastie ayyūbide.

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.