Cartographie du site d’al-Qusur : le centre de l’établissement

L’un des objectifs de la Mission archéologique franco-koweïtienne de Faïlaka (MAFKF) était de produire un plan fidèle, dans son état archéologique, du site d’al‑Qusur, en procédant au relevé de l’ensemble des vestiges visibles en surface. D’autres plans antérieurs apportaient des informations intéressantes, mais n’atteignaient pas ce degré de précision. La Archaeological Mission in the Arabic Gulf (1975‑1976), des universités de Bologne et Venise, a réalisé un premier plan à partir de photographies aériennes (Patitucci & Uggeri 1984 : fig. 39). La Kuwaiti-Slovak Archaeological Mission (2006‑prés.) a produit un autre plan, reprenant le plan de la mission italienne et ajoutant des données issues de prospections géophysiques (Benediková 2010 : fig. 7).

Le relevé de la partie centrale du site a été réalisé au cours de la campagne 2011 de la MAFKF, alors dirigée par M. Gelin. Afin de garantir son exactitude, le plan de 2011 a été recalé sur le Kuwait Transverse Mercator (KTM) lorsque ses coordonnées nous ont été communiquées en 2012. L’occupation y est très dense et au milieu y ont été découvertes les deux églises (Salles & Callot 2013) fouillées par la Mission française au Koweït (1988‑1989, 2007‑2009). Comme toutes les autres zones riches en vestiges, elle est protégée par un enclos métallique installé par le Department of Antiquities & Museums en 2008, quelques structures étant à cheval sur la clôture ou accolées à l’extérieur. Le plan obtenu est un document de données brutes, les résultats des recherches archéologiques menées depuis modifient certaines interprétations.

Fig . 1 : vue aérienne de la partie centrale d’al‑Qusur, dont le plan est particulièrement bien visible grâce aux vestiges de surface. Au centre, la grande église est recouverte de terre pour sa protection (Y. Guichard 2009).

Méthodologie du relevé

Pour cartographier le site de la manière la plus complète et exacte possible, c’est la totalité des structures et des éléments apparaissant en surface qui a été relevée. Au centre de l’établissement, le sol est couvert de vestiges, mais la plupart des murs ne sont pas visibles ou ne sont identifiables que par l’un de leurs parements au tracé plus ou moins continu. Nous savons par les travaux antérieurs que, en dehors des églises, les installations d’al‑Qusur sont majoritairement des unités constituées d’un bâtiment d’habitation entouré d’une cour fermée par un mur d’enclos. Les murs d’enclos sont bien distincts des habitations et sont faciles à localiser. C’est effectivement ce type d’installations qu’a fait apparaître notre plan.

Fig. 2 : au premier plan, l’habitation de l’unité située la plus au nord de la partie centrale du site, dont on distingue les effondrements de murs ; en arrière plan, au milieu de l’espace découvert, une structure qui pourrait être une fosse ou un puits ; sur la gauche, le mur d’enclos d’une autre unité (J. Humbert 2011).

Il est parfois impossible de distinguer dans un massif d’empierrement la moindre structure en place permettant d’établir un plan du bâtiment. Si le mur-même n’est pas visible au sol, une ligne d’effondrement rectiligne, parfois circulaire pour un enclos, suggère son emplacement. Sans trace de parement, la position exacte du mur ne peut pas être déterminée, l’effondrement pouvant avoir eu lieu verticalement ou par un basculement d’un côté ou de l’autre de sa position. Ce sont alors les contours de l’effondrement qui ont été relevés, une succession de monticules et d’affleurements marquant la direction du mur. Le mur apparaît occasionnellement en négatif, entre deux alignements parallèles de pierres désordonnées. Les élévations des murs, construites en briques crues, ont parfois été restaurées ou consolidées, en parement, par une épaisseur de pierre. La brique fondant, les pierres se sont alors amassées de part et d’autre du mur en deux alignements réguliers. Le contour des éléments de sol visibles en surface, tels que les radiers maçonnés, les dallages, les sols plâtrés, a également été relevé. Dans les zones périphériques, qui sont plus basses, les murs d’enclos des unités peuvent ne pas être visibles, car enfouis sous le sable. Seul apparaît alors le monticule de l’habitation construite en surélévation par rapport au sol alentour.

Fig. 3 : relevé de l’état archéologique du centre d’al‑Qusur (J. Humbert 2011).

Ce plan offre une vision d’ensemble du site et tend à être le plus précis possible, mais il ne peut être complètement exhaustif. D’une part, la lisibilité des vestiges sur le terrain dépend en effet de l’angle par lequel les structures sont abordées, mais aussi des conditions de luminosité au moment du relevé. L’utilisation de photographies aériennes, prises par cerf-volant par Y. Guichard en 2009 et Th. Sagory en 2010, a été d’une aide précieuse pour identifier la présence de structures qui n’avaient pas été vues au sol. D’autre part, les intempéries modifient constamment la visibilité des vestiges, certains étant recouverts par le sable et d’autres au contraire dégagés par la pluie. Le plan final propose au lecteur des niveaux d’observations différenciés de tout ce qui a été relevé (cf. légende fig. 3). S’y ajoutent les murs fouillés par nos prédécesseurs et leurs déblais de fouilles. Un plan restauré supprime ces différents niveaux de lecture et propose des hypothèses de reconstitution des plans (fig. 4).

Fig. 4 : proposition pour un plan restauré du centre d’al‑Qusur, selon les relevés de 2011 (J. Humbert 2011).

Observations et interprétations

Ce plan détaillé de la partie centrale du site d’al‑Qusur, réalisé par un relevé directement sur le terrain, permet plusieurs observations préliminaires. La zone relevée s’étend sur un rayon de 200 m et compte une petite centaine d’unités comprenant enclos et habitations. À la périphérie de ce centre, le tissu urbain est moins dense et au-delà les unités sont plus vastes et dispersées sur l’immense étendue du site (fig. 5).

Le centre d’al‑Qusur est constitué d’îlots d’habitations accolées. Le tout est régulièrement orienté sur un axe nord/nord-ouest et réparti de façon homogène autour des deux églises et d’une place centrale vide de vestige en surface. Les îlots sont en général constitués de deux à cinq unités. Chaque unité comprend une habitation plus ou moins au centre de la cour et aménagée au minimum en deux pièces. Une à trois autres pièces sont appuyées contre le mur d’enclos de l’unité, en général contre les angles, et pouvaient servir comme entrepôt, bergerie ou cuisine. Aucune porte ou ouverture n’a pu être identifiée. Cinq enclos présentent la particularité d’avoir leur côté nord fait d’un mur en arc de cercle. L’espace vide de vestige qui encadre les églises (76 x 62 m), probablement une esplanade, est délimité par les murs alignés des enclos adjacents. Les fouilles ultérieures au relevé en ont confirmé l’existence, mais ont également révélé au nord de cet espace un bâtiment entièrement construit en brique crue, invisible en surface (Bonnéric 2019). L’esplanade était donc plus étroite que supposée. Au moins six axes de circulation donnent accès à cette esplanade depuis les zones d’habitation.

Le relevé a permis de mettre en évidence un secteur particulier (52 x 31 m), situé à l’ouest et au sud-ouest de l’esplanade des églises. Au nord de ce secteur, quatre pièces alignées d’ouest en est sont visibles en surface, ce qui constitue une configuration unique sur le site. Une unité semble se dessiner au sud-est, à l’endroit qui est, avec la grande église, le plus élevé du site. Les constructions y sont très denses et la distribution des pièces semble différente de ce que l’on observe dans les autres unités. Aucun habitat indépendant n’apparaît en son centre, mais une grande pièce à son angle nord-ouest. Cette unité a aussi la particularité de contenir des effondrements de murs orientés à 45º de leur direction habituelle. Toutes ces particularités ont conduit la MAFKF à conduire des fouilles dans ce secteur, numéroté A4, dès 2012 (Bonnéric 2019). Au nord de cette zone, face à l’église, a été découvert un grand bâtiment de production alimentaire (22 x 28 m). Au sud est apparu un réfectoire (15 x 26 m) partiellement réemployé pour l’aménagement, à l’époque moderne probablement, d’une bergerie au plan irrégulièrement semi-circulaire, expliquant les orientations originales relevées dans cette zone.

Parmi les unités à proximité de l’esplanade des églises, et au nord du secteur décrit précédemment, une unité semble composée d’une bâtisse centrale (16 x 13 m) entourée d’un espace sur ses quatre côtés, large de 6 m à 11 m. Le tout forme un carré de 27 m de côté, amplement détaché des autres blocs par de larges espaces de circulation. Il n’est pas exclu qu’il s’agisse d’un bâtiment conventuel, son plan le distinguant des bâtiments à enclos mais le rapprochant du réfectoire.

Par ailleurs, le plan révèle dans la partie centrale de l’établissement des placettes occupées par un édicule (5 à 6 m de côté) dont la fonction reste à établir. Pour finir, deux petites zones circulaires (moins de 2 m de diamètre) apparaissent au nord de l’esplanade des églises et au nord-ouest de la zone bâtie. Elles se différencient par leur texture et leur teinte et contiennent une concentration de petites pierres et de tessons de céramique. Elles pourraient marquer l’emplacement de fosses ou de puits (fig. 2).

Conclusion

Ce nouveau relevé, par sa précision, offre la possibilité de mieux comprendre l’organisation spatiale de l’établissement. Si le plan de la partie centrale du site n’a pas confirmé la présence d’une installation monastique dans ce lieu, il a néanmoins largement contribué au choix des secteurs de fouille dont les découvertes ont précisé la nature monastique de la partie centrale de l’établissement.

Fig. 5 : plan général du site d’al‑Qusur (J. Humbert 2011‑2018).

Le relevé de l’ensemble du site d’al‑Qusur a été achevé en 2018. L’établissement est très étendu (environ 300 ha pour environ 180 unités, contre 7 ha pour 95 unités dans la partie centrale) et très éparpillé. Ce relevé est un outil essentiel à la compréhension de l’établissement et une première étude paraîtra dans la publication finale du premier programme de la Mission et des campagnes 2011‑2018 (Bonnéric en préparation). Outre l’étude spatiale, organisationnelle et fonctionnelle de l’établissement, ce plan a notamment permis l’identification de deux zones probables d’inhumation, fait exceptionnel non seulement à al‑Qusur, mais plus largement à Faïlaka. Deux cimetières pourraient ainsi avoir été identifiés, l’un à 300 m à l’est de la partie centrale du site, l’autre à 600 m au nord-est. Des structures rectangulaires en pierre régulièrement éparpillées y ont été découvertes.

Bibliographie

Benediková L., Failaka and Miskan Islands 2004-2009. Primary Scientific Report on the Activities of the Kuwaiti-Slovak Archaeological Mission, Kuwait City, 2010.

Bonnéric J., « Al-Qusur: Lastest results from the French-Kuwaiti Archaeological Mission in Failaka (2011-2015) », in Ruttkay M., Kovár B., Pieta K. (dir.), Archaeology of Failaka and Kuwaiti coast – current research, Nitra, 2019, pp. 127‑134.

Bonnéric J. (dir.), Al‑Qusur, a Christian Settlement from Early Islam off Kuwait Bay, vol. 1. Excavation of the French‑Kuwaiti Archaeological Mission in Failaka (2011‑2018), Kuwait City, en préparation.

Patitucci S. & Uggeri G., Failakah : Insediamenti medievali Islamici, Ricerche e scavi nel Kuwait, Rome, 1984.

Salles J.-F. & Callot O., « Les églises antiques de Koweït et du golfe Persique », in F. Briquel-Chatonnet (dir.), Les églises en monde syriaque, Paris, 2013, pp. 237‑268.

Pour citer ce billet

Jean Humbert, « Cartographie du site d’al‑Qusur : le centre de l’établissement », Le carnet de la MAFKF. Recherches archéologiques franco-koweïtiennes de l’île de Faïlaka (Koweït), 17 avril 2020. [En ligne] https://mafkf.hypotheses.org/2019

Jean Humbert

Jean Humbert est dessinateur-infographe, spécialisé en archéologie depuis plus de 35 ans. Il a débuté comme volontaire à la coopération civile à l’École Biblique et Archéologique de Jérusalem. Il a suivi pendant deux années un apprentissage intensif de tous les travaux que l’on pratique au cours d’une mission archéologique : fouille, gestion du matériel archéologique, dessin des objets, relevés de terrain. Il a ensuite été affecté au poste de dessinateur à l’Ifapo (Institut français d’archéologie au Proche-Orient) à Amman (Jordanie) puis à Damas (Syrie). Il y développera ses compétences de dessinateur d’objets et de relevés de terrain sur de nombreux sites du Proche-Orient, d'Asie Centrale et de la Péninsule Arabique. Il poursuit aujourd’hui son activité professionnelle en tant qu’indépendant et est actuellement basé à Chypre. Il est membre de la MAFKF depuis 2011, principalement en charge du relevé du site d’al-Quṣūr.

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.