Les figurines de terre cuite de Faïlaka : un catalogue en préparation

La campagne 2019 de la MAFKF fut l’occasion de réamorcer l’étude des figurines de terre cuite des sites d’époques achéménide et hellénistique de Faïlaka, en vue de leur publication exhaustive. Si l’intégralité des objets n’était pas accessible, une trentaine de figurines exposées au musée national à Koweït City, ainsi que des fragments mis à disposition à Faïlaka, ont permis de poursuivre les recherches. Un certain nombre de figurines de terre cuite découvertes à Faïlaka a déjà été publié, mais aucune publication ne les a encore toutes réunies et comparées. En 1982, la mission danoise a publié un catalogue des figurines découvertes au début des années 1960 dans la forteresse F5 (Mathiesen 1982). Ensuite, la mission française publia les figurines au fur et à mesure des découvertes avec le reste du matériel entre 1984 et 1988 (Salles 1986 et Connelly 1990a), et sous la forme d’un chapitre de catalogue d’exposition (Connelly 1990b). Constatant une lacune, le National Council for Culture, Arts & Letters a demandé en 2014 à la Mission archéologique franco-koweïtienne de Faïlaka d’entreprendre l’inventaire et la publication des figurines conservées au Musée national. En 2015 et 2016, l’enregistrement des figurines a été réalisé par Louise Constant et, en 2017, les dessins ont été confiés à Anna Palme-Koufas. Nous avons repris ce projet en 2019. Le catalogue en cours de réalisation, non seulement réunira enfin toutes les figurines en un seul ouvrage, mais devrait également palier la vision binaire présentée dans l’ouvrage d’Hans Erik Mathiesen. Sa séparation entre productions grecques et orientales a en effet minoré les rapports d’interculturalité dont certains objets témoignent. Cela a ensuite été accentué par l’analyse helléno-centrée proposée par Joan Breton Connelly.

Corpus et méthodologie

Les quatre sites d’où proviennent les figurines de terre cuite sont concentrés au sud-ouest de l’île (fig. 1). À peu près 280 ont été découvertes en 1984 au Tell Khazneh, un sanctuaire tout juste antérieur au IIIe siècle avant notre ère. De la forteresse hellénistique (tell F5), fouillée depuis les années 1960, proviennent environ 150 figurines. Une dizaine de moules de figurines ont été mis au jour en 1958 sur le site F4, proche de la forteresse, qui fut donc interprété comme un atelier. Cette conclusion n’est étayée par aucun autre élément. Enfin, dans le sanctuaire B6 fouillé en 1983, a été retrouvée une dizaine d’objets. Ces deux sites étaient déjà très mal conservés et les objets qui en proviennent peuvent donc difficilement être rattachés à un contexte fiable qui permette de les dater.

Fig. 1 : carte des sites archéologiques de l’île de Faïlaka où ont été découvertes les figurines du corpus (J. Bonnéric 2020, fond de carte H. David-Cuny 2010).

Le nombre exact de figurines n’a pas encore pu être déterminé malgré les publications antérieures car plusieurs objets sont inédits, et il n’existe pas encore d’inventaire général. De plus, certaines pièces ont vraisemblablement disparu pendant la guerre du Golfe. L’un des objectifs du catalogue est de dresser un inventaire exhaustif des figurines conservées. Il est possible d’estimer à environ 400 le nombre de pièces conservées au Musée national. Un récolement débuté en 2019 par le Département des Antiquités et des Musées devrait permettre une estimation précise. Trente-trois objets exposés au musée ainsi que quatre-vingts fragments déposés à Faïlaka ont pu être observés en automne 2019. En raison d’une sélection aléatoire par le personnel du musée, les pièces examinées ne s’avèrent pas suffisamment représentatives du corpus dans son ensemble pour réaliser des projections statistiques fiables.

Les figurines ont été examinées à l’œil nu et à la loupe (x 10), avec une attention particulière pour les éventuelles traces de traitement de surface, l’aspect des pâtes et pour déterminer les procédés de fabrication de la manière la plus détaillée possible. Ces derniers sont multiples : moulage, modelage, estampage, retouches au doigt ou à la pointe, … Parfois, des traces de peinture, de bitume ou de glaçure demeurent.

La documentation graphique est essentielle pour le catalogue. Chaque figurine a été photographiée par Hélène David-Cuny et les plus importantes dessinées par Anna Palme-Koufas. Des tests de numérisation 3D par photogrammétrie et par scanner ont également été réalisés avec Jean-Baptiste Houal, ingénieur de recherche au CNRS.

Des types et des techniques variés

Les observations menées en 2019 concernaient un corpus non-exhaustif et l’étude est encore en cours. Mais nous avons déjà un aperçu avec cinq groupes cohérents et quelques objets divers. Le corpus compte d’abord des personnages féminins nus (fig. 2), les bras le long du corps, le visage dépourvu de détails, et des cavaliers d’apparence encore plus sommaire (fig. 3). Ces deux groupes iconographiques, les plus courants à Faïlaka, s’inscrivent dans la continuité des traditions proche-orientales : les femmes nues frontales remontent au moins à l’époque néo-sumérienne, à la fin du IIIe millénaire en Mésopotamie (Barrelet 1968). Elles sont alors moulées en bas-relief sur des plaques, mais se tenant les seins ou les mains jointes sous la poitrine. Les bras disposés le long du corps ne semblent faire leur apparition qu’à l’époque achéménide voire à l’époque hellénistique, où l’on assiste également à une grande réduction de la précision dans la réalisation par rapport à l’époque néo-babylonienne.

 Fig. 2 : dessin de la figurine KM4161 appartenant au type des femmes nues frontales au visage vierge ; elle présente des traces de bitume (A. Palme-Koufas 2017).

Les cavaliers sont connus seulement à partir du Ier millénaire avant notre ère. Leur apparition et leur popularité ont été associées à l’usage croissant du cheval comme monture au Proche et au Moyen-Orient (Klengel-Brandt 1978, p. 59). Ils présentent à Faïlaka, par rapport aux personnages féminins, une plus grande variété de types différenciables par leur technique. Certains sont modelés et très rudimentaires, comme la figurine KM1739. Elle est façonnée en boudin, le visage du cavalier et la tête du cheval sont pincés pour évoquer très vaguement leur anatomie faciale. Les deux éléments ont été joints, et la jonction entre les deux a été lissée. Un chapeau en forme de galette a été collé sur le cavalier. D’autres cavaliers comme KM5256 ont été affublés de leurs détails par pastillage. Une autre variante typologique se caractérise par un visage estampé. Une disjonction entre deux couches d’argile sur la figurine KM3677 laisse bien apparaître la trace de doigt de l’artisan qui a estampé le visage à part (une boule d’argile est enfoncée contre un moule), avant de le coller au corps. La mauvaise jonction comme ici peut entraîner une cassure. Parallèlement à ces cavaliers, on trouve un ensemble de têtes de chevaux, mais de trop grande taille pour faire office de monture aux cavaliers dont nous disposons.

Fig. 3 : groupe des cavaliers sans visage, aux yeux pastillés et au visage estampé ; de gauche à droite : KM1739, KM5256 et KM3673 (E. Bergès 2019).

Une série de poings de dimensions variées (4 à 11 cm) et de styles différents, assez schématiques ou plus naturalistes, est exposée avec les figurines de terre cuite (fig. 4). Absentes des publications antérieures, à l’exception d’une figurine découverte au Tell Khazneh (Salles 1986, n°203), ces mains interrogent : proviennent-elles des sites d’époque hellénistique ou pourrait-il s’agir d’objets remontant à l’âge du Bronze ? Quand ont-elles été produites et pourquoi ? Des mains similaires ont été découvertes à Suse (Martinez-Sève 2002, p. 626‑628) mais proviennent également de contextes perturbés. D’autres parallèles doivent encore être trouvés afin de pouvoir conduire une analyse solide.

Fig. 4 : groupe des poings ; de gauche à droite : KM1434, KM57, KM1746, KM5824 et KM3717 (E. Bergès 2019).

Enfin, le corpus présente des objets plus exceptionnels, comme un petit moule représentant une figure dionysiaque, qui semble faire partie d’un thiase (voir l’illustration d’en-tête). De forme légèrement concave, son empreinte a dû être prise sur un vase en relief en marbre ou en bronze, et pouvait être destiné à estamper des décors sur de nouveaux vases.

Parallèlement à ces groupes majeurs, nous avons connaissance par les publications d’autres motifs. Parmi eux se trouvent des têtes féminines et masculines, dont l’iconographie et le style se rattachent à des productions susiennes (Martinez-Sève 2002, p. 237‑242) comme à des productions d’origine grecque. Ces dernières sont issues de types assez courants dès la fin du IVe siècle en Grèce, notamment à Athènes et à Tanagra. Elles sont caractérisées par des visages fins, des arcades sourcilières plus marquées qu’en Mésopotamie et des coiffures détaillées (côtes de melon ou arborant une stéphané). Généralement, la face et le revers sont moulés.

Conclusion

Que nous apprennent ces premiers ensembles ? Les types sont peu nombreux et peu représentatifs de l’ampleur de la production de figurines de terre cuite en Babylonie et en Susiane à l’époque hellénistique. Manquent notamment les musiciens et les femmes semi-allongées (Martinez-Sève 2002, p. 166‑221, 264‑267). Cela s’explique entre autres par la position de Faïlaka, excentrée du royaume séleucide. Des soldats y auraient été mobilisés et auraient emmené avec eux les figurines qu’ils possédaient. La présence de motifs d’origine grecque est notable et témoigne des transferts de thèmes parvenus jusqu’au Shatt al-Arab. Certaines hybridations entre manière « grecque » et manière « orientale », apparaissent par exemple dans les choix techniques des artisans. La figurine KM3678 (fig. 5) reprend ainsi un type féminin drapé d’origine grecque mais a été moulée en plein dans une seule valve, pratique plus courante en Mésopotamie.

Fig. 5 : figurine drapée moulée en plein dans une seule valve KM3678 (H. David-Cuny 2019).

La production des figurines n’a vraisemblablement pas eu lieu sur l’île. Des moules y ont été retrouvés mais ne correspondent pas au matériel découvert. L’étude finale nécessite donc de comparer les objets découverts à Faïlaka avec les figurines provenant d’autres sites de Babylonie et de Susiane afin de les remettre dans un contexte plus large et peut-être de déterminer leur provenance. Des similitudes typologiques ont pour l’instant été remarquées pour les figurines de cavaliers au visage estampé et sans visage, et pour les femmes nues avec les sites de Babylone et de Suse.

Bibliographie

Barrelet M.‑T., Figurines et reliefs en terre cuite de la Mésopotamie antique. Vol. 1, Paris, 1968.

Connelly J. B., « Hellenistic Terracottas of Cyprus and Kuwait », in Ammerman R. M. & Uhlenbrock J. P. (dir.), The Coroplast’s Art: Greek Terracottas of the Hellenistic World, cat. expo., New Platz /New Rochelle, 1990, pp. 94‑101.

Connelly J. B., « The terracotta figurines. Greek types and cult », dans Calvet Y. et Gachet J. (dir.), Failaka : Fouilles françaises, 1986 – 1988, Lyon, 1990, pp. 209‑220.

Klengel-Brandt E., Die Terrakottenaus Assur im Vorderasiatischen Museum Berlin, Berlin, 1978.

Klengel-Brandt E., Die Terrakotten von Babylon im Vorderasiatischen Museum in Berlin. Teil 1, Die anthropomorphenFiguren, Saarwellingen, 2006.

Langin-Hooper S., Figurines in Hellenistic Babylonia: miniaturization and cultural hybridity, Cambridge/New York, 2020.

Martinez-Sève L., Les figurines de Suse : de l’époque néo-élamite à l’époque sassanide, Paris, 2002.

Mathiesen H. E., Ikaros, the Hellenistic Settlements, Vol. I, The Terracotta Figurines, Copenhague, 1982.

Salles J.‑F., « Tell Khazneh : les figurines en terre cuite », in Calvet Y. et Salles J.‑F. (dir.), Failaka : Fouilles françaises, 1984‑1985, Lyon, 1986, pp. 107‑200.

Pour citer ce billet

Elsa Bergès, « Les figurines de terre cuite de Faïlaka : un catalogue en préparation », Le carnet de la MAFKF. Recherches archéologiques franco-koweïtiennes de l’île de Faïlaka (Koweït), 6 mai 2020. [En ligne] https://mafkf.hypotheses.org/2056

Elsa Bergès

Elsa Bergès est étudiante à l’EPHE en cursus Histoire de l’art et Archéologie et se spécialise en coroplathie grecque. Elle est diplômée de premier cycle à l’Ecole du Louvre et réalise actuellement un master II intitulé « Les figurines de terre cuite d’Ikaros (Faïlaka) à l’époque hellénistique : un phénomène d’hybridation des formes aux marges du monde grec ? », sous la direction de François Queyrel. Outre son sujet de mémoire, elle s’intéresse à la coroplathie du bassin méditerranéen, en particulier les productions cyrénéennes, de l’époque grecque archaïque à l’époque impériale.

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.